Actualités

Label bas-carbone et agriculture : à quand de vraies solutions ?

France Nature Environnement, le Réseau Action Climat, le CCFD-Terre Solidaire, la Fondation Nicolas Hulot, et Greenpeace ont décrypté le label bas-carbone et l’une de ses méthodes « Carbon-agri » dédiée au secteur agricole. Censé valoriser les comportements de réduction des émissions de gaz à effet de serre, il se révèle un frein à la transition écologique en l’état. Décryptage.

Le label bas-carbone, créé en 2018 par le gouvernement français, a pour but de « récompenser les comportements vertueux ». Pour l’instant, il s’applique au secteur forestier, via trois méthodes, et agricole, via la méthode “Carbon-agri”. Ce décryptage détaille les risques que constitue cet outil s’il était laissé en l’état, ainsi que les améliorations qu’il faudrait y apporter.

La compensation carbone : un outil de greenwashing

Le label bas-carbone repose sur la compensation carbone : une entreprise finance un projet de réduction d’émission et reçoit en échange des crédits carbone qu’elle pourra valoriser pour son propre compte. À l’heure de la crise climatique, un tel raisonnement est hautement problématique puisqu’il n’incite pas les entreprises à réduire leurs émissions.

Une émission est évitée, tandis qu’une autre est émise : c’est un jeu à somme nulle. A aucun moment le label ne requiert des financeurs qu’ils réduisent leurs propres émissions.

Le label bas carbone et sa méthode agricole, un frein à la transition agroécologique ?

À ce jour, la seule méthode validée par le label est “l’optimisation” des pratiques agricoles, c’est-à-dire des gains de productivité et non le changement profond de modèle souhaité par les citoyens et les scientifiques pour aller vers une des pratiques agro-écologiques.

Actuellement, le label bas carbone présente des risques, et sa déclinaison pour l'agriculture et l'élevage en particulier est inacceptable. En l’état, elle ne contribuera pas à l’effort climatique français et pourrait même nuire à d’autres objectifs comme ceux liés à la biodiversité et à l’indispensable transformation en profondeur de nos systèmes agricoles.

La France a très peu de temps pour impulser une réelle transition agroécologique. Si le label bas-carbone doit faire partie des leviers de la transition comme le souhaite le gouvernement, alors il est urgent de le modifier en profondeur, sans quoi il ne sera qu’un pansement vert sur une jambe de bois.

Télécharger l’analyse

 

Photo by Gautier Pfeiffer on Unsplash

Par FNE
Le jeudi 17 décembre 2020
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don