Actualités

Le chacal doré, futur trésor de la faune française

Jusqu’ici principalement présent en Asie et en Europe centrale et du sud-est, le chacal doré a été observé ces dernières années en Italie, en Suisse, en Autriche, en Allemagne et depuis 2017 en France, où il a montré son museau pointu sur des clichés pris par des pièges photographiques. Cousin du loup, du renard et du chien, le chacal doré appartiendra-t-il bientôt au bestiaire de la faune française ? Chronique de France Nature Environnement.

La conquête de l’ouest européen

Le chacal doré est arrivé il y a plusieurs millénaires aux portes sud de l’Europe, sa colonisation s’arrêtant alors aux Balkans. Dans les années soixante, l’acharnement contre le loup (dont la forte régression a pu laisser vacants des milieux favorables), la diminution des abattages de chacals dans les Balkans et une évolution plutôt favorable des paysages agricoles et forestiers européens lui ont permis de reprendre sa conquête. Le canidé s’établit alors en Hongrie, Roumanie, Bulgarie… jusqu’au nord-est de l’Italie. En 2011, les pièges photographiques posés par les associations de protection de la nature et les chasseurs pour le suivi de la faune dans les Alpes révèlent son passage en Suisse, puis finalement en France en 2017.

Loup, renard et chien tout à la fois

Le chacal doré (Canis aureus) est un mammifère appartenant à la famille des canidés, comme le loup, le chien (forme domestique du loup) ou encore le renard. S’il est génétiquement proche du loup, il a une taille plus modeste, proche de celle du renard mais avec une queue plus courte et très touffue. Son pelage est plutôt fauve avec quelques nuances grises mêlées de noir (visibles sur le dos et les oreilles) et deux bandes de couleur claire sur le cou.

Il s’accommode facilement de milieux divers, qu’il s’agisse de paysages secs ou de zones humides, à l’exception de la haute montagne et des zones d’agriculture intensive ou fortement urbanisées. L’important pour lui est de trouver de la nourriture en quantité suffisante et la tranquillité nécessaire pour élever ses jeunes. Souvent, la femelle réutilise un terrier de renard ou de blaireau pour donner naissance à sa portée qui compte entre 2 et 4 petits, parfois jusqu’à 9. Quatorze semaines après leur naissance, les jeunes pourront suivre les adultes à la recherche de nourriture.

De mœurs plutôt nocturnes, le chacal vit en couple avec ses petits nés pendant l’année, même s’il arrive, comme chez le renard, qu’un ou deux adolescents restent pour aider les parents à l’élevage de la portée suivante. Mais généralement, comme chez le loup, les jeunes adultes quittent le clan et parcourent plusieurs centaines de kilomètres depuis leur lieu de naissance pour trouver de nouveaux territoires favorables.

Opportuniste avant tout

La taille modeste du chacal doré ne lui permet pas de s’attaquer à de grandes proies. Il se nourrit ainsi de petits mammifères, comme des rongeurs ou des lièvres, des oiseaux et leurs œufs qu’il trouve au sol, de reptiles et amphibiens, d’insectes et de fruits, qu’il capture au gré de ses recherches, comme le renard.

Le chacal est également charognard : il peut profiter des restes d’ongulés (chevreuils, sangliers…) laissés par des prédateurs plus grands que lui, voire fouiller dans les décharges pour se nourrir de déchets alimentaires.

On lui reconnaît ainsi un rôle essentiel dans l'équilibre écologique par sa consommation des rongeurs et des animaux affaiblis ou malades et en réduisant la propagation de nombreuses maladies par le nettoyage des carcasses des animaux morts.

Même dans les pays européens où le chacal doré est bien installé, les attaques sur le cheptel sont rarissimes. Il y a donc peu de raisons de s’inquiéter pour cet aspect, a fortiori lorsque des moyens de protection des troupeaux et des poulaillers face au loup et au renard sont déjà correctement mis en place.

Ni chassable, ni protégé

Pour l’instant, l’espèce ne bénéficie d’aucun statut réglementaire en France. Le chacal doré est toutefois protégé en Italie, en Allemagne et en Suisse et figure à l’annexe V de la directive européenne « Habitats Faune Flore sauvages ». Ce statut oblige les États membres à garantir le maintien de l’espèce dans un état de conservation favorable. Par ailleurs, l’expansion de son aire de répartition se faisant de façon naturelle et au regard de sa proximité génétique avec le loup, le chacal doré n’est pas considéré comme une espèce exotique envahissante.

Une arrivée à prendre comme une bonne nouvelle

Après les alertes récurrentes des scientifiques sur l’érosion toujours accélérée de la biodiversité, l’arrivée naturelle de cette nouvelle espèce sur le territoire français est une bonne nouvelle. Elle montre que les écosystèmes permettent à plusieurs prédateurs de s’installer, même s’il s’agira d’examiner la coexistence entre le chacal, le loup et le renard roux, ce dernier pouvant se trouver en concurrence avec le nouvel arrivé pour la nourriture et les habitats favorables. Cette arrivée est aussi une belle opportunité d’améliorer nos connaissances incomplètes sur la biologie et le comportement de cet animal.

Chien, loup ou chacal ?

Des recherches récentes ont montré que les animaux considérés jusqu’alors comme des chacals en Afrique du Nord constitueraient finalement une autre espèce : le loup doré africain (Canis anthus).

Appartenant à la même famille que le chien, le chacal peut s’hybrider avec ce dernier. Ceci a été mis en évidence en Croatie. L’hybridation avec le loup est suspectée, mais n’a pas été démontrée pour l’instant.

Article paru dans la Lettre du Hérisson n°269, juillet 2019

Crédit photo : Christophe Gilles

Par FNE
Le jeudi 11 juillet 2019
Je relaie J'agis Je donne