Actualités

Le chacal doré serait arrivé en France

Un animal ressemblant à un chacal doré a été repéré sur des clichés pris par des pièges-photographiques posés par des chasseurs de Haute-Savoie. L’arrivée de ce petit prédateur était attendue au regard de son expansion en Europe.

Une arrivée qui reste à confirmer

Ces clichés ont été pris dans le massif du Chablais, à proximité de la frontière avec la Suisse où la présence du chacal doré a été recensée à plusieurs reprises. L’Office national de la chasse et de la faune sauvage souhaite conduire des mesures sur le terrain pour s’assurer que l’animal en question est bien un chacal.

Une arrivée prévisible et inéluctable

Le chacal doré est présent en Asie et en Afrique, mais également dans le sud-est de l’Europe d’où il s’étend petit à petit vers le nord et l’ouest depuis les années 80. Il est présent en Grèce et dans les Balkans et des présences ponctuelles sont notées en Italie, en Suisse, en Autriche, en Allemagne et en République tchèque. Son arrivée en France n’a donc rien de surprenant ; elle relève d’un phénomène naturel d’expansion. Il est d’ailleurs probable que cette expansion s’explique par l’acharnement contre le loup dont la disparition a laissé vacants des milieux favorables.

Le chacal doré, un canidé en or

Le chacal doré (canis aureus) a la taille d’un petit renard avec une allure de coyote. Son pelage est plutôt fauve avec quelques nuances grises mêlées de noir visibles sur le dos et les oreilles. On le trouve généralement dans des paysages secs et ouverts, mais il s’accommode facilement d’autres milieux, l’important étant de trouver de la nourriture en quantité suffisante et d’être tranquille pour élever ses portées qui comptent le plus souvent entre 2 et 4 petits, mais qui peut aller jusqu’à 9. Le chacal vit en couple et avec ses petits nés pendant l’année. Il arrive qu’un ou deux ados restent pour aider les parents à l’élevage de la portée suivante.

Sa taille modeste ne lui permet pas de s’attaquer à de grandes proies. Il se nourrit ainsi de petits mammifères, comme des rongeurs ou des lièvres, des oiseaux et leurs œufs qu’il trouve au sol, de reptiles et amphibiens, d’insectes et de fruits, et est facilement charognard.

On lui reconnaît ainsi un rôle essentiel dans l'équilibre écologique : par sa consommation des rongeurs et des animaux affaiblis ou malades et par le nettoyage des carcasses des animaux morts. Ainsi, il empêche certainement la propagation de nombreuses maladies.

Ni chassable, ni protégé

Pour l’instant, l’espèce ne bénéficie d’aucun statut réglementaire en France. Toutefois, le chacal doré figure à l’annexe V de la directive européenne Habitats Faune Flore sauvages. Ceci oblige les États membres à garantir le maintien de l’espèce dans un état de conservation favorable. Par ailleurs, sur la base d’études génétiques qui prouvent cette expansion naturelle, l’espèce n’est pas à considérer selon les instances européennes comme une espèce exotique envahissante

© Photo d'illustration d'un chacal doré - Cécile BH
Par fne-writer
Le vendredi 22 décembre 2017
Je relaie J'agis Je donne