Actualités

Le Grand Hamster, un rongeur hors du commun

Ne vous fiez ni à son nom, ni à son air de peluche : le Grand Hamster d’Alsace n’a rien d’un animal de compagnie. C’est un mammifère sauvage que l’on ne trouve en France qu’en Alsace. Peut-être plus pour longtemps d’ailleurs : l’espèce risque de disparaître.

Originaire des plaines de Russie et de l’Europe de l’Est, le Grand Hamster (Cricetus cricetus), appelé aussi Hamster commun, s’est installé dans les plaines cultivées de l’Ouest de l’Europe. En France, l’espèce n’est présente qu’en Alsace. De la taille d’un cochon d’Inde, le Grand Hamster présente un ventre noir et un dos roux clair avec des taches blanches sur le museau, les joues et les pattes. Ce rongeur trouve refuge dans la luzerne et dans les cultures de céréales à paille d’hiver qui lui fournissent gîte et couvert. 

Deux mètres sous terre 

Solitaire et agressif envers ses congénères, le hamster vit dans un terrier qu’il creuse dans les sols meubles et non inondables. Il y passe 95 % de son temps et ne le quitte qu’à l’aube et au crépuscule. Enfoncé jusqu’à deux mètres de profondeur, le terrier est doté d’une entrée principale oblique et de plusieurs galeries verticales servant de sorties de secours. Il est aussi composé d’une chambre pour l’été et d’une autre plus profondément enfouie pour l’hiver, de réserves pour stocker les provisions où les aliments sont triés selon leur nature (graines, tubercules, végétaux secs, etc.) et d’impasses qu’il utilise pour ses besoins.

Victime de campagnes de destruction intensive 

Après avoir passé le printemps et l’été à manger et à se reproduire, il profite de l’automne pour constituer des réserves en vue de l’hibernation qui s’étale d’octobre à avril. Pour déplacer sa nourriture, il remplit ses abajoues, sortes de poches de peau qui s’étendent depuis l’intérieur des joues jusqu’aux épaules. Il peut ainsi transporter entre 40 à 80 g par voyage. Son appétit féroce et les fortes densités d’autrefois lui ont longtemps valu d’être considéré par les agriculteurs comme un animal nuisible. Il a fait l’objet de campagnes de destruction intensive : noyade des terriers, lutte chimique.

De nuisible à espèce protégée

Le Grand Hamster est aussi victime de l’intensification des pratiques agricoles notamment de l’extension de la monoculture du maïs depuis les années soixante-dix, qui ont fortement impacté son habitat. Le maïs n’offre pas le couvert végétal essentiel au hamster à la sortie d’hibernation et l’augmentation de la taille des parcelles l’oblige à de plus grands déplacements, ce qui le rend vulnérable face aux prédateurs (renards, rapaces). Le travail plus précoce et plus intense du sol, le recours aux engrais et aux pesticides lui sont également néfastes. L’expansion urbaine et le développement des infrastructures de transport sont venus accroître la disparition des quelques habitats encore favorables. Le réseau routier très dense en plaine est particulièrement meurtrier : il oblige le hamster à traverser les routes pour se reproduire et pour trouver des habitats favorables.

Une population qui s'écroule 

Face à cette dégradation rapide des populations, en France mais aussi en Belgique et aux Pays-Bas, l’Europe a décidé de réagir en classant « espèce strictement protégée » le Grand Hamster en 1992. Pourtant la dégringolade des populations s’est poursuivie. Présente encore dans 201 communes alsaciennes au moment du classement, l’espèce n’était présente plus que dans 13 communes en 2013. Ce changement quasi du jour au lendemain du statut de nuisible à espèce protégée n’a donc pas suffi à inverser la situation, faute d’avoir également apporté des modifications aux pratiques agricoles et à l’aménagement du territoire.

Des résultats à la hauteur des moyens financiers ?

Ce n’est que sous la menace de sanctions financières de la part de la Commission européenne que la France a enfin lancé des plans d’action en faveur de l’espèce. Les deux premiers ont permis d’acquérir des connaissances sur l’espèce mais n’ont pas ralenti le déclin du hamster. Un troisième plan s’achevant en 2016 concentre tous les efforts dans trois zones disjointes de 9 000 ha près de Strasbourg où les populations seront renforcées par le lâcher d’individus élevés en captivité et où les habitats favorables à l’espèce seront maintenus par le conventionnement avec des agriculteurs. Que se passera-t-il pour le hamster sachant que pendant ce temps les dégradations sur les habitats en dehors de ce secteur se poursuivent ?

Un plan d'action européen 

Parallèlement à ce plan national, plusieurs partenaires se sont associés dans le cadre d’un programme LIFE, appelé Alister. Ce programme financé par l’Europe prévoit des actions complémentaires comme la reconnexion des zones où il est encore présent ou la sensibilisation des Alsaciens à cette espèce emblématique de leur région. Le Groupe d’étude et de protection des mammifères d’Alsace, partie prenante de ce programme Alister, et Alsace Nature défendent le retour vers une mosaïque culturale et une meilleure intégration de la biodiversité dans les projets d’aménagement. Réussir à sauver cette espèce symbole de la coexistence entre agriculture et nature sera riche d’enseignements pour la sauvegarde de la biodiversité.

Stéphanie Morelle, chargée de mission Biodiversité

Par FNE
Le vendredi 28 octobre 2016
Je relaie J'agis Je donne