Actualités

Le loup ibérique

Alors que le loup italien est présent dans les Pyrénées-Orientales, la mission loup s’est interrogée sur la répartition du loup de l’autre côté des Pyrénées. À quand une rencontre entre les deux sous-espèces ?






Présentation de l’espèce
Le loup ibérique (Canis lupus signatus) que l’on nomme aussi loup d’Espagne est une sous-espèce du loup gris. On le trouve exclusivement sur la péninsule ibérique où sa répartition est extrêmement variable. En Espagne, la population de loups s’étend sur presque 1/5 du pays. L’essentiel de la population est localisé dans le quart nord-ouest du pays (Galicía, Asturias, Cantabría, Castillà y León). Un petit noyau de population, complètement isolé, se situe au sud du pays en Andalousie. Au contraire de l’Espagne où le loup s’étend sur de vastes territoires, au Portugal sa répartition est beaucoup plus réduite et localisée. La population se divise en deux noyaux distincts séparés par le fleuve Douro : le nord (Viana do Castelo, Braga, Vila Real, Bragança, une partie du district de Porto) concentre l’essentiel de la population (cinquante meutes) qui reste stable et communique avec les populations espagnoles. En revanche, au sud, la situation est plus critique : l’espèce n’occupe plus que quelques secteurs (Aveiro, Viseu, Guarda, Castelo Branco).

Quel avenir pour le loup ibérique ?
Le nombre important de loups en Espagne pourrait laisser croire que la situation y est idyllique. Or, le loup bénéficie d’une protection à deux vitesses : au sud du fleuve Douro, le loup est protégé, au nord, il est gibier. Mais même là où le loup est protégé, tout n’est pas mis en œuvre pour une bonne acceptation de l’espèce. Les dégâts imputables au loup ne sont indemnisés que dans les parcs et les réserves nationales. Ailleurs, ce sont les chasseurs qui sont chargés des remboursements, ce qu’ils ne font que très rarement. Au nord du Douro, la chasse au loup sert surtout à calmer les esprits et lorsque la pression est trop forte, des battues sont déclenchées. Des chasses à l’affût mises aux enchères sont également organisées. Des postes de tirs sont placés à proximité de charniers. Lorsque le loup y pointe son museau, le tireur n’a plus qu’a appuyé sur la gâchette. Il faut ajouter le retour du poison et les actes de braconnage qui lèsent également l’expansion de l’espèce.

Répartition du loup ibérique en Espagne et au Portugal

Au Portugal, alors que l’espèce était largement répandue au début du 20ème siècle, la population a régressé au point d’atteindre cent-cinquante individus dans les années 80. La ratification par le pays de la Convention de Berne en 1988 a donné au loup une protection totale qui jusque-là pouvait être chassé. Grâce à cette disposition, la population s’est stabilisée Elle reste toutefois très menacée, à cause du grand isolement géographique de certaines meutes qui fait plâner un risque de consanguinité, de la forte dégradation des habitats de l’espèce due à la monoculture de l’eucalyptus et du bouleversement des pratiques agricoles causé par l’entrée du pays dans la Politique Agricole Commune, et du fort développement des infrastructures routières qui cloisonnent les populations. Les chiens en divagation constituent aussi une menace qui est double pour le loup. Comme en France, ils attaquent les troupeaux domestiques et laissent au loup le rôle du bouc émissaire. Enfin, des cas d’hybridation entre les chiens et les loups ont été rapportés, et quoique encore rares, peuvent menacer la conservation de l’espèce, surtout dans les noyaux très isolés situés au sud du Douro.

Une rencontre entre le loup italien et espagnol ?
Dans la partie orientale des Pyrénées françaises, une petite poignée de loups venus d’Italie est installée. A priori, une rencontre entre les populations française et ibérique n’est pas pour demain. Du côté français, les procédures de tir sont déjà possible en cas de pertes sur les troupeaux. Du côté de la péninsule, les menaces restent nombreuses, même sur le dynamique noyau espagnol. Mais il est vrai que l’opportunisme du loup et ses capacités à couvrir de grandes distances ont souvent conduit à d’étonnantes nouvelles. Qui aurait pu croire que les loups italiens reviendraient en France et poursuivraient leur route, malgré la forte présence humaine et les nombreux obstacles, pour s’installer au pied des Pyrénées ?

Découvrir le loup ibérique grâce à Sentiers Nature
Par FNE.
Le vendredi 18 décembre 2009
Je relaie J'agis Je donne