Actualités

Les 3èmes Assises nationales des risques naturels : le temps du citoyen acteur et du partage de responsabilités ?

Les 22 et 23 mars 2016, FNE, via son réseau Villes et Territoires Soutenables, et ses associations membres (FNE PACA, FNE Bouches du Rhône, FNE Midi-Pyrénées, le GRAPE Normandie…) étaient présentes au Pharo, à Marseille, pour les troisièmes Assises Nationales des Risques Naturels. Compte-rendu.

Les Assises, entre travaux de réflexion et information

De nombreux moments de convivialité, tables-rondes et ateliers donnant largement la parole aux participants étaient au menu des ces troisièmes assises. Des évènements partenaires ont permis de belles surprises, comme la projection du film « Get ready »[1] par la Caisse Centrale de Réassurance, présentant l’enjeu de l’adaptation aux changements climatiques, avec l’exemple de la ville de Sommières, reconnue par l’ONU pour sa résilience face au risque inondation.

Les discours d’ouverture se sont montrés prometteurs : les personnalités présentes, dont Ségolène Royal, Ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer et Julien Ruas, adjoint au maire de Marseille, ont replacé les associations comme acteurs de la prévention des risques naturels, aux côtés des Elus, services de l’Etat, scientifiques et professionnels. Toutefois, à l’exception d’une association humanitaire de l’urgence, nous n’avons pas retrouvé de représentants des associations à la tribune dans les grandes tables rondes des Assises.

La Ministre a annoncé plusieurs actions gouvernementales en faveur de la prévention des risques naturels, dont la mise en place d’un programme de formation, notamment à la culture du risque, à destination de 700 collèges, ainsi que l’octroi d’une aide de 20 000€ pour les 122 territoires à risque important d’inondation pour des actions de sensibilisation et de formation de la population.

Interrogation sur le rôle et l’évolution des documents de prévention des risques et réflexion sur l’association du citoyen

La nécessité de faire évoluer la réglementation actuelle a été abordée à plusieurs reprises. Christian Estrosi, Président du conseil régional PACA, s’est déclaré favorable à la possibilité de modifier plus facilement et rapidement les plans de prévention des risques suite à une catastrophe naturelle. François de Canson, Maire de La-Londe-les-Maures, a fait part de son souhait de voir évoluer la notion de travaux d’urgence vers plus de souplesse en prolongeant la « phase d’urgence » après la période de crise. Mais les solutions ne se trouvent pas là pour tous les élus : pour Marie-France Beaufils, Sénatrice d’Indre et Loire et maire de Saint-Pierre-des-Corps, si la réglementation doit tenir compte de la réalité du terrain, elle doit également permettre la mise en place de solutions durables, comme l’obligation de ne construire qu’au-dessus du niveau des plus hautes eaux connues.

FNE soutient cette position. En effet, si la réflexion sur la gestion de l’urgence et post-crise est essentielle, il est impératif de remettre la mémoire collective et la résilience des territoires au centre des préoccupations. Le développement de la culture du risque est une clé essentielle de la prévention des risques. C’est bien sa faiblesse qui a mené ces dernières années à créer des territoires vulnérables plutôt que de privilégier leur résilience face aux risques naturels, en permettant de conserver un modèle de développement qui incite les communes à urbaniser toujours plus. FNE a eu la satisfaction de voir que les idées et suggestions qu’elle a mises en débat lors de l’atelier «  le citoyen acteur » se sont largement retrouvées dans ses conclusions, comme la nécessité de développer une culture commune et participative et d’associer le citoyen-expert aux documents d’urbanisme.

Des idées à développer

Durant les Assises, la question du faire ensemble a été constamment en toile de fond, à commencer par la nécessité de rendre plus accessibles et attrayants les documents relatifs aux risques naturels, comme les DICRIM[2]. De même, la formation des architectes et artisans sur l’adaptation du bâti a été soulignée et un travail avec les assureurs sur la responsabilisation des citoyens est nécessaire. L’AFA, Association Française de l’Assurance, a d’ailleurs présenté son Livre Blanc, avec un état des lieux sans concession ni langue de bois, que FNE peut pratiquement signer des deux mains.

Des solutions sont déjà identifiées : pour mobiliser les habitants, il existe les « réserves citoyennes » (groupe de « réservistes » mobilisables), les plans familiaux de mise en sécurité et les maisons de quartier. Il serait utile de les encourager. L’utilisation des réseaux sociaux, Twitter en particulier, a fait ses preuves pour la gestion de crise lors de précédentes catastrophes naturelles. La mise en place des démarches paysagères et naturalistes peut également permettre de se réapproprier le territoire. La création d’un label « ville résiliente » a été évoquée : cela pourrait être une piste pertinente.

Passer des idées… aux actes

Au-delà des propositions et idées formulées lors de cet évènement, il est à présent nécessaire que chacun s’engage à proportion de ses responsabilités. Les programmes d’actions et de prévention des inondations, qui permettent la mise en œuvre de financements importants, ne doivent pas augmenter aveuglément les dispositifs de  protection mais prendre en compte prioritairement la prévention et l’information du public.

Il est nécessaire de veiller à l’application de la loi et à un contrôle accru, notamment pour la loi littoral, particulièrement sur les espaces remarquables. Mais cela passe par des budgets conséquents et la formation du personnel. Les outils existants doivent être généralisés et améliorés : par exemple, la totalité des départements littoraux doivent être enfin couverts par des plans de prévention des risques littoraux (PPRL).

 

La position défendue par FNE :

  • reconnaissance de la place et du rôle des APNE dans la prévention des risques,

  • changement de savoir-être et savoir-faire des acteurs ; en reconnaissant l’intérêt de protéger les écosystèmes, en mettant en place des alternatives aux digues, et en élaborant des plans de prévention des risques ambitieux, à travers une véritable concertation.

 

 

Par Sarah Vaillant, coordinatrice du réseau Villes et Territoires Soutenables (VTS) de FNE,

Anaïs Lozano, juriste et chargée de mission aménagement du territoire et urbanisme à FNE 13,

avec l’aimable contribution de Christian Garnier, pilote du réseau VTS de FNE

 


[2] Document d'Information Communal sur les Risques Majeurs

Par fne-writer
Le jeudi 08 septembre 2016
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don