Actualités

Les effets secondaires du TAFTA nous rendent déjà malades

De récentes révélations devraient faire grossir les rangs de l'opposition contre le TAFTA/TTIP. Alors même qu'il n'est pas encore voté, l’accord transatlantique paralyse déjà depuis plusieurs années la politique européenne sur une question majeure de santé publique, d’après deux ONG européennes.

Connaissez-vous le lien entre baisse de la fertilité masculine, augmentation du nombre de micro pénis, déformations génitales à la naissance, accroissement du nombre de pubertés précoces, multiplication de certaines formes de cancers, féminisation des poissons ? Ceci est une petite partie de la longue et anxiogène liste des phénomènes dont les perturbateurs endocriniens sont responsables.

Les perturbateurs endocriniens désignent toutes les substances chimiques venant détraquer notre système hormonal. Bisphénol A et phtalates sont les plus connus d’entre eux mais bien d'autres sont à éliminer du marché.

Le problème n’est pas nouveau. Après 15 ans de publications scientifiques, l’Europe réagit enfin en chargeant, en 2009, la Commission européenne de donner un cadre juridique permettant une définition plus fine des perturbateurs endocriniens et établir une première règlementation. Date butoir pour le tout : décembre 2013. Un premier rapport tombe en 2012. Et puis…  plus rien.




Le TAFTA fige la réglementation des perturbateurs endocriniens


Que s'est-il passé ? Quel rapport avec le TAFTA, aussi appelé le TTIP ? Un article récent du Monde s'avère éclairant sur le sujet : les ONG européennes Corporate Europe Observatory (CEO) et Pesticide Action Network (PAN) ont épluché les échanges internes au sein de la Commission eurpéenne. Alors qu'elles n'ont pas travaillé ensemble, leurs conclusions se rejoignent et sont sans appel. Les lobbyistes, notamment américains, ont soigneusement sapé le projet de légiférer en faveur de la santé publique en Europe. Le vendeur de pesticides CropLife América et les chimistes de l'American Chemistry Council ont notamment fait pression en rappelant au secrétariat général de la Commission que cette réglementation contre des produits pourtant toxiques « apparaît en contradiction avec les négociations américano-européennes en vue d’un TTIP ».

Les contacts entre la Commission et les lobbyistes se multiplient alors. Peu de temps après, la date-butoir de 2013 est abandonnée et une étude d'impact demandée, repoussant toute idée de réglementation à, au mieux, 2017. Cette étude doit évaluer le coût d'une réglementation pour l'économie et notamment étudier ses « impacts potentiels sur l’industrie chimique et le commerce international ». Pour compléter le tout, la Commission Juncker a récemment décidé de dessaisir le Commissaire européen à l’environnement, pourtant en pointe sur le dossier, au profit du Commissaire à la croissance et à l’emploi. 

Un révélateur des effets du TAFTA


Outre le retard pris sur l’inquiétante et urgente question des perturbateurs endocriniens, ce dossier met en lumière les effets délétères et déjà palpables du TAFTA. D'un côté, avec le système de tribunaux arbitraux, les élus feraient risquer de coûteux procès à leurs Etats s'ils votent une loi nuisant au commerce d'une entreprise (voir des exemples en infographie 1). De l'autre, avec une harmonisation des règles de vente entre l'Europe et les Etats-Unis, ils se verront obligés de trouver un accord avec ces derniers s'ils souhaitent voter des lois plus exigeantes en termes de qualité des produits (voir infographie 2). Au final, les élus seraient dans l'impossibilité de voter des lois en faveur de l'intérêt général et subiront le poids des multinationales.

Infographie 1


Infographie 2


Soyons plus puissant que les lobbyistes

Que faire face à une telle influence ? Deux millions de voix ont déjà dit non à ces traités mais la Commission européenne et le Parlement européen semblent atteints de surdité. Le TAFTA fait l'objet d'une mobilisation de grande ampleur des deux côtés de l'Atlantique. En France, des élus locaux ont récemment rejoint les ONG, syndicats, agriculteurs, cinéastes, philosophes, sociologues, économistes et citoyens déjà opposé à cet accord. Et plus la contestation prend de l'ampleur, plus les citoyens sont informés, plus nous pourrons devenir un contre-pouvoir influent face à ces lobbyistes.

Signez la pétition

Informez votre entourage, partagez la pétition, déclarez-vous en zone hors TAFTA ou rejoignez un collectif local


Par FNE.
Le jeudi 04 juin 2015
Je relaie J'agis Je donne