Actualités

Lutte contre la pollution de l’air au pied du Mont-Blanc : ne nous privons pas d’alternatives au tout routier

RFF (Réseau Ferré de France) vient d’annoncer que le développement de la ligne ferroviaire "Mont-Blanc Express" qui dessert la vallée de Chamonix et qui relie le réseau ferroviaire français au réseau suisse (Valais) n'était plus une priorité. Les travaux de modernisation seraient reportés, privant ainsi la vallée d’une vraie alternative ferroviaire, malgré l’urgence de la situation. La région souffre en effet d'une dégradation de la qualité de son air qui lui vaut l'application prochaine d'un Plan de Protection de l'Atmosphère (PPA).

Alors que les élus de la vallée de Chamonix conduisent depuis plusieurs années une politique très volontariste de développement des transports en commun (rail et bus), pour un meilleur respect de l'environnement et de la santé publique, l'annonce de RFF apparaît comme un véritable couteau planté dans le dos. La modernisation de la ligne Mont-Blanc Express avait pourtant été annoncée très publiquement le 29 janvier dernier par de nombreuses personnalités, dont Jean-Jack Queyranne, le Président de la Région Rhône-Alpes[1].

La vallée de Chamonix et toute la région voisine (vallée de l'Arve) font aujourd'hui l'objet d'une procédure de mise en place d'un PPA, une première en France en dehors d'une agglomération de plus de 250 000 habitants, tant la qualité de l'air y est préoccupante pour plusieurs polluants. Les dioxydes d'azote, émis sur ce territoire à 80% par les transports, ont dépassé les seuils autorisés par la loi et le PPA préconise l'amélioration très significative de l'offre ferroviaire pour l'accès à cette partie de la Haute-Savoie et à ses nombreuses stations alpines.

Dans un tel contexte, le revirement de la part de RFF est inconcevable. Il est, au contraire, indispensable de respecter le calendrier fixé pour les travaux de la ligne, qui devaient débuter en mars 2012, mais aussi d'aller beaucoup plus loin afin d'offrir un service amélioré dans une région française de plus en plus délaissée par le ferroviaire. La réduction du trafic routier via une alternative ferroviaire efficace est, sans aucun doute, une des nécessités incontournables pour l'amélioration de la qualité de l'air au Pays du Mont-Blanc.

Lien vers l'actu : La vallée de Chamonix engagée pour la mobilité durable, mais impuissante face au trafic poids lourds


[1] Signature de la convention tram train avec tous les partenaires, dont RFF : http://www.chamonix-mont-blanc.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=533&Itemid=405

Par FNE.
Le jeudi 13 octobre 2011
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don