Actualités

Mauvaise pente pour la 3ème journée de COP21

Chaque jour, France Nature Environnement vous résume les point saillants de la COP21. Que retenir aujourd’hui ? Trois points pas vraiment encourageants…

Clivage profond en matière de financement

Les discussions techniques se poursuivent. Les négociateurs sont maintenant à la manœuvre pour traiter les différents points du futur accord. Et les vieux clivages refont surface… Sur la question de l’adaptation aux effets des changements climatiques, les blocages sont assez forts. Les annonces financières de ces derniers mois et plus récemment en ouverture de la COP21 représentent une première étape importante mais insuffisante pour répondre à l'enjeu financier. Le déficit pour l'adaptation reste criant et aucun engagement clair n'a été pris pour garantir la continuation et la montée en puissance de financements après 2020 dans le cadre de l'accord à Paris.

L’objectif à long terme de sortie des énergies fossiles bat de l’aile

L’un des enjeux de la COP21 est de fixer un objectif à long terme pour acter une fois pour toute la sortie des énergies fossiles et s’orienter vers un mix énergétique reposant à 100 % sur les énergies renouvelables. Plusieurs options figurent dans le texte de négociations : la "full decarbonization" (sortie définitive des fossiles en 2050) soutenue par les pays les plus vulnérables est en mauvaise posture alors que celle dénommée "climate neutrality" (neutralité carbone) semble monter en puissance.
Or cette seconde option est particulièrement problématique pour plusieurs raisons :
- le terme est incompréhensible et personne ne lui donne le même sens ;
- il ne dit rien de la nécessité d'aller vers un objectif de zero emissions  et puisque le diable se cache dans les détails, une partie des négociateurs préfèrent rester flous.  
- alors qu’il est nécessaire de réduire les émissions, l’option « climate neutrality » est une option qui peut très bien « vivre » avec une stabilisation de la situation actuelle ;
l’option recouvre des risques potentiels en termes de sécurité alimentaire car elle ouvre la porte à la séquestration du carbone à grande échelle.

Très probablement, ce sujet ne sera pas résolu au niveau des négociateurs cette semaine et sera dans le paquet de « patates chaudes » envoyé aux ministres. L’enjeu à ce stade est de s’assurer que les "bonnes" options seront encore sur la table à ce stade !

L’Iran fait du climat un levier diplomatique et géopolitique  

Hier, dans une interview donnée pour radio France, la vice-présidente iranienne Masoumeh Ebtekar est longuement revenue sur l’engagement de l’Iran et le rôle du climat dans la diplomatie actuelle. L’Iran annonce pouvoir contribuer à l’effort de réduction des émissions selon une trajectoire de - 4%/an d’ici 2030 dans les conditions économiques et politiques actuelles c'est à dire avec le maintien des sanctions dont elle fait l’objet. Si ces dernières devaient être levées, la république Islamique pourrait doubler cet effort. Plus que jamais, l’environnement et le climat change la donne de la diplomatie internationale.

FNE mobilisé : quelles mobilités pour répondre au défi climatique ?

France Nature Environnement organisait aujourd’hui à l’espaces généraitons climat du Bourget une grande conférence "Changements climatiques : un défi pour la mobilité". Acteurs économiques et collectivités sont ainsi venus débattre et présenter leur vision pour une mobiité qui contribue à la lutte contre les changements climatiques. Celle-ci passe par les usages collectifs des transports, les modes doux et actifs, l'utilisation des nouvelles technologies mais aussi l'inter-modalité c'est à dire la combinaison de plusieurs modes de transports lors d'un même déplacement.

Le jour 3 en une phrase

Rester flou : les négociateurs n'ont pas abandonné leurs vieilles manies et semblent laisser les patates chaudes aux bons soins des ministres, la semaine prochaine.

 

Par FNE
Le mercredi 02 décembre 2015
Je relaie J'agis Je donne