Actualités

Mauvaise qualité de l’air au Mont-Blanc : La politique du tout routier responsable

Selon le bilan annuel 2010 d’AIR APS (1), les pires résultats en matière de pollution de l’air au Dioxyde d’Azote (N02) et aux particules (hors 2007 pour ces dernières) viennent d’être enregistrés au pied du Mont blanc, respectivement à Chamonix et Passy . L’air respiré dans cette région n’a pas respecté les lois françaises et européennes. Explications.

Un système de filtration qui filtre uniquement les particules, côté français…

En 2002, l'ATMB (Autoroutes et Tunnel du Mont-Blanc) et l'Etat français avaient fait de nombreuses promesses pour faire avaler aux citoyens la pilule de la réouverture du tunnel du Mont-Blanc, dont une promesse de filtration des rejets polluants de la galerie.

Il aura fallu attendre 8 ans pour que cet engagement soit réalisé - de façon partielle. En effet, seules les particules sont retenues par le filtre et seul le côté français du tunnel est équipé de ce filtre. Tous les rejets continuent à être crachés à l'air libre en Italie.

 

Toujours plus de trafic routier… et de pollution

Le tunnel du Mont-Blanc, avait-on encore promis, ne retrouverait jamais plus de 50% des poids lourds d'avant la catastrophe, jugés à très juste titre trop nombreux et dangereux dans cet ouvrage. Paroles en l'air, puisqu'aujourd'hui 75% des poids lourds de 1998 ont retrouvé l'accès au tunnel du Mont-Blanc.

Les conséquences de ce trafic lourd sont multiples, pour l'environnement et la santé locale, avec en particulier des niveaux de NO2 (polluant routier par excellence), qui dépassent très largement la norme légale. La moyenne annuelle s'est établie à 49µg/m3 air en 2010, contre 40µg autorisés par la loi.

Pour Anne Lassman-Trappier de l’association Environn’Mont-Blanc, membre de France Nature Environnement : « Les contrôles stricts des poids lourds, instaurés à la réouverture du tunnel, ont très rapidement été oubliés et surtout, toutes les déclarations en faveur du report modal n'ont jamais été suivies de mesures concrètes. Le doublement du fret ferroviaire avait été annoncé, mais l'inverse s'est produit. Le transport de marchandises par le rail a baissé de 10% en France, alors que dans le même temps il augmentait de 15% dans le reste de l'UE. »

 

La solution passe par le rail

La ligne ferroviaire historique du Mont Cenis, en Savoie, vient de connaître plusieurs années de travaux et la mise au gabarit de ses 8 tunnels. Ses capacités sont aujourd’hui décuplées et elle pourrait transporter une part considérable des marchandises qui traversent aujourd’hui les Alpes françaises par la route.

Pour Anne Lassman-Trappier : « Seul le report d'une partie de la circulation, des voyageurs comme des marchandises, vers le rail pourra améliorer durablement la qualité de l'air, réduire les nuisances sonores, qui sont insupportables, les émissions de CO2 climaticides et tendre à mieux respecter notre environnement. »

 

(1) Lien vers le bilan de l'air 2010

Par FNE.
Le mardi 01 février 2011
Je relaie J'agis Je donne