Actualités

Non à EuropaCity : un autre projet est possible

Le 12 septembre, la Commission nationale du débat public a présenté son bilan du débat public sur EuropaCity, projet centre commercial pharaonique, à la limite du Val d'Oise et de la Seine-Saint-Denis, véritable catastrophe écologique en perspective.

EuropaCity, qu’est-ce que c’est ?

A la jonction Val d’Oise et de la Seine-Saint-Denis, Immochan, filiale immobilière du Groupe Auchan, a jeté son dévolu sur d'excellentes terres agricoles pour y construire EuropaCity. Depuis son annonce en octobre 2010, le Collectif pour le Triangle de Gonesse, qui regroupe aujourd’hui une quinzaine d’associations, dont quatre départementales (Les Amis de la Terre Val d’Oise, Environnement 93; MNLE 93; Val d’Oise Environnement) et a reçu le soutien de FNE Île-de-France, intervient et conteste ce projet, avec le soutien de France Nature Environnement. Il s'agit d'un « pôle de loisirs, de commerces, de culture et d’hôtellerie » qui ouvrirait vers 2024, sur la partie sud d’une vaste enclave agricole de 700 hectares, le Triangle de Gonesse, coincée entre les aéroports de Roissy-CDG et du Bourget. Un complexe démesuré, extrêmement coûteux et très énergivore, sous un couloir aérien, interdit à l'habitat, avec tous les dangers et nuisances sonores que cela représente ! 

Un ticket de caisse à 9 zéros 

Les chiffres donnent le vertige : 3,1 milliards d’euros d’investissements privés, 1 milliard de fonds publics, pour un complexe de 630 000 m2 (avec parc nautique et pistes de ski « indoor »), l’équivalent à la fois du parc Astérix, du centre Pompidou, du palais des Congrès de Paris, du parc Monceau et de trois centres commerciaux alentours (Aéroville, O’Parinor et Le Millénaire). Un projet qui prétend atteindre l'objectif annuel de 31 millions de visiteurs (deux fois Disneyland, première destination touristique d’Europe). Pour le desservir, l’établissement public d’aménagement de la Plaine de France (EPA) a obtenu de l’État et de la région Ile-de-France l’implantation et le financement public d’une gare du Grand Paris Express, la seule qui serait programmée en plein champ.

Interventions gouvernementales sur le débat public

Le débat public s’est tenu du 15 mars au 13 juillet 2016. Le rapport du débat sera présenté par la CNDP le 12 septembre. Le débat n’avait pas commencé que déjà ses principes démocratiques étaient bafoués. Car le gouvernement, par la voix du préfet d'Ile-de-France, apporte son soutien sans faille à Immochan et à son partenaire, le géant chinois Dalian Wanda.

Pour la préservation des terres agricoles et de l’environnement

EuropaCity constituerait d’abord une véritable catastrophe écologique. La charte de l’environnement, annexée à notre constitution, proclame que "toute personne a le devoir de prendre part à la préservation et à l'amélioration de l'environnement" et que “les politiques publiques doivent promouvoir un développement durable". Pourtant, en affirmant son soutien au projet EuropaCity avant que la Commission Nationale du Débat Public (CNDP) n'engage le débat,  le gouvernement a bafoué ces principes. Pour l'autorité environnementale, ce projet est destructeur de terres agricoles de “très grande valeur agronomique”, générateur d'émissions de gaz à effet de serre et de nuisances pour les riverains. A l'issue de la COP 21, nous avons plus que jamais besoin de sols capables de capter du CO2, d'absorber le ruissellement des eaux et de nous nourrir. Un véritable trésor millénaire que le groupe Auchan s’apprêterait à détruire de façon irréversible.

Pour la préservation du tissu commercial et social existant

Les porteurs de projet mettent en avant la création d’emplois non délocalisables. Mais une trentaine de centres commerciaux existants et des milliers d’emplois seraient très fortement  concurrencés par ce projet. Le coup de grâce aussi pour les commerces et services de proximité et le tissu social de villes et quartiers déjà en souffrance. Des activités culturelles et de loisirs qui seraient éloignées des lieux de vie, mettant en danger des équipements de proximité (MJC, salles de spectacles, clubs sportifs locaux, maisons de quartiers, médiathèques...), qui tentent de promouvoir un accès réel à la culture et au loisir pour tous. Enfin la construction d’une gare en plein champs, complètement à l'écart des zones d'habitation, ne servirait pas les habitants mais uniquement les intérêts privés d’Auchan et de Dalian Wanda.

Suite au bilan de la CNDP rendu mi-septembre, le maître d’ouvrage dispose désormais de trois mois pour décider des suites à donner à son projet. Au regard des avis majoritairement négatifs et des arguments des opposants, FNE et FNE IDF demandent l’abandon de ce projet inutile.

Le point de vue de Sarah Vaillant, coordinatrice du réseau villes et territoires soutenables de FNE

"FNE soutient le collectif pour le triangle de Gonesse dans sa lutte contre le projet Europacity. Parce que nos choix en termes d'urbanisme et d'aménagement ont de trop nombreux impacts sur notre environnement (artificialisation des sols ; dégradation des paysages ; pression sur les ressources naturelles, la biodiversité, et les écosystèmes ; pollutions, déchets ; impact climatique), il est urgent de dire non aux grands projets inutiles comme Europacity. Les porteurs de projet mettent en avant un projet « profondément raisonnable », qui donnera une place à la nature. Pourtant, la réalité est tout autre, Europacity va engendrer la destruction de terres agricoles pour créer une « ferme urbaine », des « murs d’eau interactifs » et des « nuages rafraichissants ». A-t-on vraiment besoin de ce simulacre de nature ?" 

 

Par Bernard Loup, Président de Val-d’Oise Environnement

Par fne-writer
Le jeudi 08 septembre 2016
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don