Actualités

Notre Dame des Landes : une victoire à comprendre, un avenir qui reste à construire

Le 17 janvier, le Premier Ministre annonçait l’abandon du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Les cris de joie dans le bocage et les locaux parisiens de France Nature Environnement saluèrent l’aboutissement du plus vieux combat environnemental de France, fruit d’une mobilisation citoyenne sans faille et décision lucide d’un gouvernement s’appuyant sur une médiation exemplaire.

[Lettre du Hérisson n°267]

L’engagement associatif et citoyen dans une médiation exigeante

Le 13 décembre 2017 marqua un tournant avec la remise du rapport de médiation. Celui-ci a notamment apporté des éléments objectifs en faveur d'une alternative trop longtemps ignorée : la rénovation de l’aéroport Nantes-Atlantique. Approche critique des chiffres avancés, débat contradictoire systématique, commande d’expertises indépendantes : innovant, ce processus de médiation fut également rigoureux et exigeant pour tous ceux qui s’y sont impliqués. France Nature Environnement salue les militant.e.s de son mouvement1 et des associations amies2 qui ont mobilisé des centaines d’heures pour porter leurs arguments face à ceux des promoteurs de projet, services de l’Etat compris.

Dans ce cadre, la mise à disposition de deux expertises citoyennes réalisées ces dernières années a été un facteur décisif. La première est constituée par les travaux de l’Atelier Citoyen sur la rénovation de l’aéroport existant. Nous devons la seconde aux bénévoles experts des Naturalistes en Lutte, qui ont identifié sur le terrain pas moins de 146 espèces protégées, dont certaines avec des populations significatives, apportant un démenti scientifique aux études d’impacts tronquées3.

Notre Rêve des Landes… reste à construire

Le 10 février, les forces vives porteuses d’alternatives se rassemblaient sur place pour fêter la victoire et discuter du champ des possibles désormais ouvert. Dès la fin du mois suivant, cependant, l’ultimatum que le gouvernement avait imposé aux occupants du site arrivait à terme et une opération de « normalisation » de la zone était initiée. Impliquant 2500 gendarmes mobiles, celle-ci entraîna de violents affrontements ainsi que la destruction de lieux de vie et d’expérimentation sociale, économique et environnementale.

Totalement disproportionnée et principalement destinée à donner des gages aux déçus de l’abandon, cette opération a eu pour principal résultat de marginaliser les forces modérées du débat, qui avaient ancré leur combat citoyen dans une attitude pacifiste et légaliste.

Le temps aurait pourtant dû être à l’apaisement par la co-construction. Le choix opéré en début d’année serait en effet un trompe-l’œil si les terrains préservés du nouvel aéroport devaient être livrés aux appétits de l’urbanisation ou d’une agriculture intensive. Pour France Nature Environnement, il est primordial d’inscrire les activités humaines du territoire dans une approche respectueuse de ses précieux écosystèmes et favorisant les pratiques agroécologiques. Ceci suppose de refondre les documents d’urbanisme existants et de mettre en œuvre un projet de territoire basé sur les atouts de celui-ci, assis sur un outil de gouvernance pluraliste. Nous avons porté au plus haut niveau de l'Etat ces propositions mais n’avons pour l’instant pas été entendus.

La transition écologique du processus de décision, c’est pour quand ?

Le Premier Ministre avait conclu ainsi son discours du 17 janvier : « Pour le futur, il faudra aussi tirer les leçons de l’échec de Notre-Dame-Des-Landes en termes de débat public, de procédure, de présentation et de discussion des alternatives ».

Depuis, des analyses éclairées soulignant le faible poids de la dimension environnementale dans cette décision ainsi que des annonces relatives au projet de Grand Contournement ouest de Strasbourg ont montré que ce « changement de logiciel » n’a malheureusement pas encore eu lieu.

Le cas Notre-Dame-des-Landes constitue pourtant une nouvelle illustration des limites des processus actuels de prise de décision, déjà entrevues avec le drame du barrage de Sivens et ayant fait à l’époque l’objet d’une réforme législative inachevée. Le rapport de médiation relève de fait que « les évaluations relatives aux options alternatives devraient être faites en amont des décisions à prendre, et non en aval à titre de justification ». C’est bien cette phase « amont » de concertation que les pouvoirs publics devraient chercher à consolider. Identification transparente des objectifs poursuivis, étude des alternatives dans une approche « Eviter – Réduire – Compenser », analyse précoce des enjeux environnementaux… : la modernisation du processus de décision, permettant de choisir le projet répondant aux besoins collectifs avec le moindre impact environnemental, reste à mettre en place.

S’il est tentant de voir dans l’annonce du 17 janvier le début du déclin d'un ancien monde, nous avons conscience que le nouveau monde reste à construire et que cette phase est au moins aussi compliquée que la précédente. Les événements de ces dernières semaines sur place le démontrent, mais nous continuerons à porter nos propositions constructives. Il est encore temps de faire de l’abandon du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes le premier pas d’une véritable transition écologique du processus de décision publique.

Florence Denier-Pasquier
Secrétaire Nationale
Représentante de France Nature Environnement au Conseil économique, social et environnemental

1 Bretagne Vivante, Eau et Rivières de Bretagne, Coordination LPO Pays de la Loire, Fédération Bretagne Nature Environnement et FNE Pays de la Loire
2 ACIPA, CéDpa, Atelier Citoyen...
3 Ces inventaires naturalistes ont été publiés dans la revue scientifique de Bretagne Vivante, Penn ar Bed n°223-224 en avril 2016
Par FNE
Le mardi 21 août 2018
Je relaie J'agis Je donne