Actualités

Oiseaux et lignes électriques : mobilisation pour une meilleure protection

Du fait de la modification des paysages et de l’artificialisation qui ont marqué nos territoires ces dernières décennies, certains éléments naturels se font parfois de plus en plus rares : vieux arbres, haies mélangées, bosquets touffus… Dès lors, des installations artificielles telles que les lignes et pylônes électriques peuvent constituer des substituts attractifs pour des oiseaux en quête de supports pour se reposer ou même nicher. Ces utilisations opportunistes sont à l’origine d’accidents souvent mortels, mais des solutions existent pour les prévenir.

[Lettre du Hérisson n°267]

De nombreuses espèces (Cigogne blanche, Faucon crécerelle, Pie bavarde par exemple) se retrouvent parfois à utiliser les poteaux électriques pour installer leur nid. Les rapaces les utilisent quant à eux comme poste d’observation pour repérer leurs proies dans les vastes plaines agricoles. Les fils électriques sont aussi utilisés par les hirondelles, les moineaux et étourneaux comme reposoir pour se toiletter, se regrouper ou se reposer.

Tous ces oiseaux courent dès lors le risque de s’électrocuter, lorsqu’ils touchent simultanément deux composants sous tension, ou un composant sous tension et un autre composant du poteau/pylône relié à la terre. Ainsi, le Balbuzard pêcheur, rapace qui, comme son nom l’indique, se nourrit principalement de poissons, utilise parfois les plate-forme des pylônes de haute tension pour dépecer ses proies ruisselantes, ce qui peut générer un arc électrique fatal…

Menace invisible

De la pluie, un vent fort, un peu de brouillard… De mauvaises conditions météorologiques peuvent suffire à rendre les lignes électriques très peu visibles aux yeux des oiseaux, de même que l’obscurité de la nuit et la luminosité particulière du crépuscule. Les collisions avec les câbles sont alors fréquentes et généralement mortelles, même sans électrocution. Les rapaces sont particulièrement exposés en raison de leur technique de chasse. Ainsi, l’Aigle de Bonelli, l’Aigle royal ou encore le Faucon pèlerin repèrent leur proie à distance et foncent en piqué sur leur victime. Malheureusement, à ces vitesses et distances, les lignes électriques se confondent dans le paysage et les oiseaux peuvent percuter mortellement les câbles.

Le risque de collision s’accroît par ailleurs en période de reproduction quand les oiseaux effectuent d’incessants va-et-vient pour construire leur nid et nourrir leurs petits, et lorsque le réseau électrique est placé en travers d’axes migratoires. Notons que les lignes à haute tension sont les plus problématiques, en raison du nombre important de câbles superposés et de leur diamètre.

Quel impact ?

Du fait de leur envergure ou de leur comportement en vol, les rapaces, les grands voiliers tels que le Vautour ou encore les échassiers comme la Cigogne blanche sont les espèces les plus concernées par ces accidents. Toutefois, l’évaluation des effets à long terme sur les populations est complexe, tout simplement car il est difficile de comptabiliser les oiseaux morts sous les lignes. Les cadavres peuvent en effet être emportés rapidement par des prédateurs opportunistes. Par ailleurs, en fonction de la taille de l’oiseau et du couvert végétal, la probabilité de repérer les « victimes » peut être très variable. En revanche, en croisant les informations relatives aux configurations des lignes électriques, à la présence et au déplacement des oiseaux, à l’attractivité des milieux environnant et aux conditions météorologiques, il est possible d’identifier les zones à risques.

Les solutions

Depuis 2004, Réseau de Transport d’Electricité (RTE) et Enedis, gestionnaires des réseaux électriques en France, se sont associés à France Nature Environnement et à la LPO au sein du « Comité National Avifaune » pour travailler ensemble à la réduction des impacts des lignes électriques sur les oiseaux.

Photo : Chantier avifaune d'Enedis à Signes dans le Var © Benjamin Kabouche

Un premier objectif est l’amélioration des connaissances quant à ces impacts, notamment à travers une thèse en collaboration avec le Muséum National d’Histoire Naturelle. Ensuite, avec l’appui du réseau associatif, l’identification des points noirs permet la mise en œuvre de travaux de neutralisation : installation de balises sur les câbles pour les rendre plus visibles par les oiseaux, isolation des câbles à proximité des poteaux, remplacement des structures les plus dangereuses, installation de systèmes empêchant les oiseaux de se poser sur les poteaux et pylônes, mise en place de perchoirs à bonne distance des zones à risques pour limiter les électrocutions, etc.

Et à l’avenir ? Grâce aux connaissances acquises, l’enjeu est désormais d’éviter l’installation de nouvelles lignes dans les secteurs sensibles : voies de migration, zones de présence d’espèces rares et menacées, secteurs riches en avifaune… Plus d’informations sont disponibles sur le site internet de la LPO consacré aux rapaces.

Stéphanie Morelle

Signaler un support dangereux

Si vous découvrez un oiseau mort au pied d’un poteau ou pylône, relevez le numéro du support, notez le lieu de découverte (commune et lieu-dit) et l’espèce concernée, faites une photo en cas de doute et transmettez-nous l’information via nature@fne.asso.fr

Voir également

Par FNE
Le mardi 21 août 2018
Je relaie J'agis Je donne