Actualités

Oiseaux protégés : dites non à une mesure répondant aux seuls intérêts des chasseurs

Le ministère de la transition écologique et solidaire a ouvert une consultation publique concernant le retrait de deux oiseaux, le canard pilet et le canard souchet, de la liste des espèces protégées de Guyane. Aucunement justifiée par des enjeux de protection de la biodiversité, cette proposition vise uniquement à satisfaire les intérêts des chasseurs. France Nature Environnement vous invite à vous opposer à ce projet : participez à la consultation avant le 25 décembre.

Pourquoi faut-il se mobiliser en faveur de ces oiseaux ?

Si ces deux espèces sont protégées en Guyane, elles sont en revanche chassables en France métropolitaine. Les chasseurs utilisent des oiseaux de ces espèces comme “appelants” : maintenus captifs, ils attirent par leurs cris les oiseaux sauvages qui deviennent des cibles faciles pour les chasseurs.

Or, la présence du canard souchet et du canard pilet sur la liste des espèces protégées de Guyane oblige les chasseurs de métropole à respecter une réglementation stricte qui impose le marquage et l’enregistrement dans un fichier des oiseaux détenus. Les chasseurs veulent s’affranchir de cette réglementation : pour cela, ils ont fait pression sur le ministère pour retirer ces deux espèces de la liste des oiseaux protégés de Guyane.

Il s’agit donc d’un projet d’arrêté qui vise uniquement à satisfaire les intérêts des chasseurs et qui ne répond à aucune considération de protection de la biodiversité. Au contraire, il retire le statut de protection à ces espèces qui, même si elles sont peu fréquentes en Guyane, méritent de bénéficier d’une protection réglementaire.

Le Conseil National de Protection de la Nature, instance officielle consultée sur ce projet d’arrêté, a rendu un avis défavorable à l’unanimité, estimant que le ministère n’avait pas à supprimer le statut de protection de ces oiseaux pour satisfaire des intérêts catégoriels.

Comment participer à la consultation ?

Rendez-vous avant le 25 décembre sur la page web de la consultation pour avoir plus d’informations et postez votre commentaire sur la page prévue à cet effet. Il est important de personnaliser votre réponse et de ne pas faire un simple copier-coller des arguments proposés, pour que votre réponse soit bien comptabilisée lors de la synthèse de cette consultation.

Je participe

Que dire ?

Nous vous invitons à répondre à la consultation en donnant un avis défavorable à ce projet. Vous pouvez reprendre tout ou partie des arguments mentionnés ci-dessus.

Plus nous serons nombreux à répondre, plus nous aurons de chance d'être entendus : n'hésitez pas à partager cet appel à votre entourage avant le 25 décembre.

Je partage sur Facebook

Je partage sur Twitter

Je partage sur Linkedin

Par FNE
Le lundi 16 décembre 2019
Je relaie J'agis Je donne