Actualités

Réflexions autour du braconnage de Haute-Savoie

Lorsqu’à la fin de l’année dernière nous préparions notre rétrospective des actes de braconnage commis à l’encontre du loup, nous étions loin de nous douter qu’il coïnciderait à ce point avec l’actualité au moment de sa publication.






Cette plongée dans nos archives a révélé que depuis le retour de l’espèce en France, plus d’une vingtaine de loups a été braconnée. Et combien d’autres ont-ils péri du poison ou sous les coups de fusil ? Cette rétrospective, quoique morbide, donne un bon éclairage quant à l’impact néfaste que peuvent causer ces actes illégaux à l’égard de la population de loup, qui bien qu’en expansion spatiale, demeure néanmoins très fragile.

Une foule de questions, mais peu de réponses
Mais comment une partie du monde de la chasse ou de l’élevage en arrive à se mettre hors-la-loi ? Le loup met-il réellement en danger les populations d’ongulés sauvages comme l’avance avec assurance une partie du monde de la chasse ? Ou est-ce la crainte d’avoir un concurrent plus efficace qui s’en prendrait au gibier que les chasseurs se sont approprié ? L’investissement humain et financier du monde de la chasse dans la gestion de la faune chassable justifie-t-il, aux yeux de certains d’entre eux, une intervention hors-la-loi ? D’ailleurs, cet investissement dans la gestion cynégétique des territoires ne leur aurait-il pas fait oublier les principes naturels les plus basiques comme la prédation ? Le loup est-il dangereux pour l’homme au point d’en arriver à ces extrémités ?

La prédation, un processus naturel oublié
Voici un lot de question auxquelles il n’est pas facile de répondre, sauf peut-être sur l’accusation la plus souvent portée contre le loup qui décimerait ses espèces proies. En effet, comment se fait-il, si le loup est capable d’éradiquer ses espèces proies – qu’il n’ait pas lui-même disparu, faute de nourriture ? Très schématiquement, rappelons le principe de la prédation. Le loup, comme les autres prédateurs d’ailleurs, adapte son niveau de population à celui de ses proies. Ainsi, une augmentation des herbivores représente une augmentation de la ressource alimentaire pour les prédateurs qui bien nourris augmentent à leur tour leur population, faisant au passage baisser l’abroutissement et l’atteinte à la végétation par les herbivores. Mais nourrir plus de loups a pour corollaire d’accroître la prédation sur les herbivores qui alors régressent. Les carnivores n’ont plus assez à manger, leur population diminue laissant le temps aux herbivores de reconstituer leur effectif. Et voici que le cycle peut recommencer. Notons qu’à l’inverse de la chasse, qui recherche le trophée, la prédation naturelle s’exerce généralement sur les individus les plus faibles jouant ainsi un rôle bénéfique sur l’état sanitaire des proies.

Mais quelle est donc la part du loup ?
La littérature scientifique sur la prédation du loup existe, mais concerne essentiellement les contrées nord-américaines et les copier-coller avec les études menées dans les autres pays européens ne fonctionnement pas toujours ; les écosystèmes étant trop différents et caractérisés par des systèmes basés sur une à deux espèces proies.
Notons toutefois les résultats d’une étude conduite dans les Monts Cantabriques (Espagne) par Vincent Vignon. Elle a effectivement démontré que le loup a réduit de moitié une population de cerfs, mais cette dernière avait atteint un niveau démographique exceptionnel en Europe, avec une densité de 25 cerfs aux 100 hectares. Cette diminution de moitié de la population des cervidés a entraîné une réduction du nombre de loups, la population de cerfs s’est stabilisée autour de 12 animaux pour 100 hectares, soit encore trois fois plus que l’optimum recommandé par les forestiers français. Selon Eric Marboutin, chef de projet loup/lynx à l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS), ces résultats ne sont effectivement pas applicables au cas français car le loup porte sa prédation sur plusieurs espèces proies – cerfs, chevreuils, chamois, mouflon, sanglier – . Cette multiplicité des espèces proies atténue les effets de la prédation du loup sur la dynamique de chacune des proies (La Voie du Loup n°24 – 2006).

Quelle est alors véritablement la part du loup ? Il n’existe à l’heure actuelle aucune étude en France permettant de répondre objectivement à cette question. L’ONCFS dirige actuellement une telle étude, mais les résultats ne seront pas connus avant plusieurs années. Sur quelles données se basent alors les chasseurs pour crier au loup et à la disparition des chevreuils ?
Il est pourtant vrai qu’en certains endroits, les cadavres de proies sauvages semblent se multiplier, (sans pourtant que ces dégâts soient attribuables à 100 % au loup). Il est vrai aussi qu’en certains endroits, comme probablement dans le massif des Glières cet hiver ou encore le massif de Belledonne les années passées, que le canidé concentre ses attaques sur des zones plus proches des habitations. Ces attaques concentrées en certains lieux et plus proches des villages pourraient être expliquées par le fait que les proies sauvages, lors d’épisode neigeux conséquents et de mauvaises conditions atmosphériques prolongées gagnent des zones où la couche de neige est moindre et les zones d’herbage plus accessibles. Le loup suivant ses proies, il rend ses dégâts plus concentrés plus visibles.
Il est vrai aussi que l’arrivée dans un nouveau territoire du loup porte un coup dur aux populations de proies sauvages qui s’accompagne d’un phénomène de dispersion qui donne l’impression qu’il en a moins, et rend aussi l’effort de chasse plus important pour les chasseurs.

Si l’on suit l’argumentaire des chasseurs, il faudrait baisser les plans de chasse
Dans notre dossier Quel impact du loup sur les ongulés sauvages ?, faute d’étude « à se mettre sous la
dent» pour estimer l’impact du loup, nous avions à notre disposition les résultats des plans de chasse. Sur les trente dernières années (1973-2003 ou 2004), 1 849 659 ongulés sauvages ont été officiellement abattus. (Voir les tableaux dans notre dossier). En Haute-Savoie, en 2003, 1353 chamois ont été abattus contre 397 en 1976 et 807 en 1996, soit une multiplication par 3,4 du nombre de chamois tués par rapport à 1973.

Par extrapolation (sans doute un peu rapide) : si un loup « prédate » un ongulé par semaine (ce qui est supérieur à la réalité) et si les loups étaient une bonne centaine en 2004 (ce qui est largement surévalué), ils auraient consommé 5 200 ongulés, soit 4 % du tableau de chasse total des chasseurs. Poussons plus loin. Sachant qu’un loup mange, en moyenne, 2 kg de viande par jour, ramené à une année, cela fait 730 kg de viande par loup, soit pour une meute 3,5 tonnes par an. Autrement dit, les cerfs tués à la chasse en 2004 dans le seul département des Alpes-Maritimes permettraient à une meute de loups de se nourrir pendant 20 à 25 ans.

Et si l’on se cantonne à l’argumentaire développé par certains chasseurs, l’impact du loup mettant en péril l’avenir des populations d’ongulés sauvages, la meilleure mesure à prendre serait alors de réduire les plans de chasse, le temps que les effectifs se reconstituent.

Mais ces derniers réclament, en réaction d’urgence, le déclenchement d’un tir de prélèvement, avec en arrière plan l’idée d’obtenir une régulation et un cantonnement de l’espèce dans certains secteurs.

Une presse régionale qui en rajoute
Loin de calmer les esprits, la presse locale, peu encline vis-à-vis des prédateurs, se fait l’écho des positions les plus extrémistes, sans rechercher l’équilibre des points de vue. Elle a sollicité, par exemple, l’avis de Jean-Marc Moriceau, dont son dernier ouvrage traitant de la dangerosité du loup envers l’homme a créé une polémique entre ceux qui l’accusent de servir la cause des anti-loups, et ceux qui saluent son approche sans tabou. Le choix d’interlocuteurs controversés n’apaise pas le débat et ne permet pas au quidam d’en retirer une information objective.

NON à une procédure de tir en plein hiver
Les dispositions réglementaires européennes et française, précisent qu’il est possible de déroger à la protection du loup, uniquement en cas de dommages importants aux troupeaux. Les dégâts à l’encontre de la faune sauvage n’entrent pas en considération, et ce justement, parce qu’il s’agit du processus naturel de la prédation. De plus, en cas de d’autorisation d’un tel tir, l’État français, en plus de contrevenir aux engagements européens et à la réglementation française, n’ajouterait que de l’huile sur le feu. Des demandes identiques abonderaient deci-delà, depuis les autres massifs, sans que les autorités puissent justifier de l’avoir accordé ici et le refuser en d’autres endroits. Enfin, une telle autorisation constituerait un non-sens biologique : ce tir n’empêcherait pas la prédation sur la faune sauvage des autres loups présents dans le secteur. (Lire notre argumentaire contre le tir de prélèvement en hiver)

Poursuivre l’information objective sur le retour du loup
Le long travail d’explication et de sensibilisation mené par France Nature Environnement et ses associations de terrain a permis au grand public de mieux appréhender la problématique liée au retour du loup et d’apaiser les craintes issues de l’inconnu et de la méconnaissance de l’espèce. Il faut également saluer les résultats du travail conduit par l’État et les différents partenaires au sein du Groupe National Loup. L’investissement des uns et des autres pour comprendre les difficultés et les attentes de chacun a dépassionné le débat et a débouché sur des solutions concrètes. Bien évidemment, l’on pourra regretter que les choses prennent du temps, mais les avancées sont notables. Espérons que ce mouvement épidermique de certains chasseurs ne remettra en cause le travail accompli avec le monde pastoral. L’équilibre est effectivement encore bien fragile.

Lien vers les expositions de la Ligue ROC «Prédation et biodiversité » et « l’homme et les prédateurs une relation parfois difficile ».
Par FNE.
Le lundi 23 février 2009
Je relaie J'agis Je donne