Actualités

Sauvetage d’Air-France KLM : soutenir l’emploi et le climat (et non les pollutions)

Le groupe Air France-KLM vient d’annoncer une perte nette de 1,8 milliard d’euros au premier trimestre 2020 du fait de la crise du COVID-19. Il envisage également des suppressions de postes. Alors que le gouvernement français a récemment consenti une aide de 7 milliards d’euros au transporteur, France Nature Environnement milite, avec le collectif Stay Grounded et ses 250 ONG, pour que ces aides d’État soient conditionnées à des critères d’emploi et de climat.

Les pertes financières étaient attendues, elles sont désormais chiffrées. Le groupe franco-néerlandais Air France-KLM vient d’annoncer ce jeudi 7 mai qu’il enregistre une perte de 1,8 milliard d’euros au premier trimestre. Prévoyant un effondrement pour le deuxième et troisième trimestre, le transporteur aérien déclare également entamer des pourparlers avec les syndicats sur « une éventuelle réduction des effectifs ».

Le 24 avril dernier, l’État avait pourtant volé au secours du groupe en consentant une aide de 7 milliards (4 milliards d'euros de prêts garantis par l'Etat et 3 milliards d'euros de prêts directs). Pour France Nature Environnement comme pour l’ensemble des 250 ONG membres du collectif « Stay Grounded », ce plan d’urgence financé par l’argent public doit être à la fois au service de la sécurité économique des salariés mais aussi de l’intérêt général : celui de faire respecter a minima les objectifs climatiques fixés par l’Accord de Paris à tous les secteurs, aviation comprise.

Secteur aérien : ne subventionnons pas une augmentation des pollutions

Avant l’épidémie, le secteur aérien était responsable de 5 % de l’impact climatique mondial, en comptant les émissions de gaz à effet de serre et l’effet réchauffant des trainées de condensation formées dans l’atmosphère.

Certain·es avancent que les progrès technologiques tels que la baisse de consommation de carburant par avion permettent de réduire l’impact climatique de l’aviation. Seulement les données sont têtues. Certes, cette consommation par avion a baissé mais cela n’a nullement compensé l’explosion du nombre total d’avions en circulation et donc, la hausse de l’impact du secteur sur le climat : entre 2000 et 2018, les émissions de CO2 ont augmenté de 21 % selon un rapport conjoint de la DGAC et du ministère de l’environnement.

L’engouement pour l’avion est notamment tiré par des prix du billet maintenus artificiellement bas, grâce aux nombreuses exonérations et aides dont bénéficie le secteur aérien (taux réduit de TVA, subventions publiques aux aéroports et compagnies…). La seule exonération de la TICPE sur le kérosène représente à elle seule un manque à gagner de 3,6 milliards d’euros par an pour les caisses de l’État d’après le ministère des finances.

Forte de ce constat, France Nature Environnement défend les trois grandes mesures formulées avec le collectif Stay Grounded au sein de la plateforme NotreChoix.org

Notre volonté se résume à 3 conditions pour le soutien au secteur aérien

1. Priorité aux employés 

Au lieu de voler au secours des cadres dirigeants et des actionnaires, toute aide financière devrait faire bénéficier les travailleurs et travailleuses de solides protections en matière de travail et de santé et assurer un revenu de base suffisant aux personnels.

2. Une transition juste vers une mobilité respectueuse du climat 

Tout soutien public doit s’assurer que l'industrie aéronautique s'aligne sur une trajectoire de 1,5 °C. Les réductions d'émissions doivent être réelles et ne pas faire appel à des mécanismes comptables douteux, tels que la compensation carbone, ni reposer sur des biocarburants qui nuisent à l'environnement, à la sécurité alimentaire et aux droits fonciers. L’aviation verte est une illusion, les voyages en avion doivent donc être réduits. Il faut désormais mettre fin à tous les projets d’extension d’aéroports et fermer les lignes aériennes intérieures pour lesquelles une alternative train existe.

3. Pas de sauvetages sans une fin des exemptions fiscales

Il n'est pas juste de sauver le secteur aérien avec l’argent des contribuables alors que celui-ci ne paie presque pas de taxes, lui donnant ainsi un avantage injustifié sur les modes de transport à faibles émissions. Il faut donc mettre un terme aux exonérations fiscales : obliger les compagnies aériennes à payer une taxe sur le kérosène et remplacer les programmes de fidélité qui incitent à prendre davantage l’avion, par des taxes équitables et progressives qui pénalisent ceux qui le prennent souvent.

Par FNE
Le mardi 12 mai 2020
Je relaie J'agis Je donne