Actualités

Surmortalité autour de la plateforme chimique de Lacq

Alors qu'en 2002 une étude mettait en exergue une surmortalité de plus de 14% chez les moins de 65 ans dans la zone voisine des installations industrielles, aucune étude épidémiologique complémentaire n'a été menée depuis. La Sepanso 64 demande que cette étude soit faite dans les plus bref délais : aidez-les, signez la pétition.

© photo : Philippe Roos

Le bassin de Lacq est le 3ème pôle chimique en France. Installé autour d'un gisement naturel de gaz, dont l'exploitation s'est terminée en 2013, la plateforme s'est au fur et à mesure spécialisé dans la chimie fine. Elle compte aujourd'hui 20 installations classées Seveso, dont 14 Seveso seuil haut. 

Surmortalité mesurée aux abords des installations

L'institut de Santé Publique d'Epidémiologie et de Développement (ISPED) de l'Université Bordeaux 2 a rendu en 2002 une étude menée sur une période de 30 ans (entre 1968 et 1998) auprès de 22 723 habitants. Il en ressort une surmortalité de plus de 14% dans la zone d'habitation proche des installations industrielles chez les moins de 65 ans. Cette étude avait également observé qu'entre 1991 et 1998, il y avait 39% de cancers de plus que dans la zone témoin. Cependant, le lien entre le cocktail de 140 susbtances envoyé dans l'air par l'activité industrielle et la multiplication des cancers nécéssitait d'être approfondi.

Après mise en demeure de la France par la Comission européenne pour cause de déplassement des seuils d'émission dans l'air en 2007, études complémentaires en 2007 et 2013 par des bureaux dd'étude, et alerte de la Cour des Comptes en 2015, rien n'y fait, aucune étude épidémiologique n'a été initiée.

Pourtant, les riverains sont exposés à 140 substances, l'effet cocktail n'est pas pris en compte et l'impact sur l'environnement est reconnu...Il est temps d'agir.

Aidez la Sepanso 64 à faire réagir l'Etat et les industriels de Lacq : Signez la pétition

Par fne-writer
Le lundi 25 avril 2016
Je relaie J'agis Je donne