Europe & international

TAFTA/CETA : un début d'attention de la part du président du Parlement européen

Le TAFTA et le CETA ne sont pas encore abandonnés mais vos signatures permettent déjà quelques avancées sur le dossier. S'il n'est pas (encore) temps de crier victoire, le collectif européen Stop TAFTA, dont France Nature Environnement est membre, a reçu quelques signaux positifs de la part de Martin Schulz, président du parlement européen.

Martin Schulz, Président du Parlement européen, a accepté les signatures de l’ICE Stop TTIP lors d'une action de remise en mains propres organisé par le collectif. Il était visiblement impressionné par le très grand nombre de signatures (pour mémoire: 3 284 289 !!) et a promis deux choses. Premièrement, il souhaite demander personnellement à la Commission des pétitions du Parlement européen d’envisager la possibilité d'une audience publique pour l’ICE Stop TTIP. Deuxièmement, il a évoqué l’accord entre le Canada et l’UE, le CETA, le qualifiant de problématique sous sa forme actuelle et a appelé la Commission européenne à entamer des renégociations avec le nouveau gouvernement canadien.

Nous rappellerons ses propos au Président Schulz et nous insisterons pour que le CETA ne soit pas ratifié. Actuellement, l’accord est en processus de vérification juridique ou « legal scrubbing » et une fois que ce processus sera achevé, le texte sera traduit dans toutes les langues officielles de l'UE. Il est probable que le processus de ratification commence l’année prochaine. Après cette étape, chaque État membre devra vraisemblablement le ratifier également. Nous avons donc encore beaucoup de temps pour faire entendre nos arguments à davantage de personnes et empêcher la ratification du CETA ! Pendant ce temps, les négociations du TTIP (ou TAFTA) peinent à avancer, un signe de réussite pour notre mouvement, qui lui monte en puissance.

Voir la vidéo du collectif Stop TTIP de la remise des signatures à Martin Schulz.
 

Maintenant que nous avons remis les signatures Stop TTIP à la Commission européenne et au Parlement européen, nous nous apprêtons à les présenter au Conseil européen des ministres du Commerce (European Council of Trade Ministers) vendredi prochain à Bruxelles. Après tout, ces trois institutions seraient responsables de l’aboutissement du CETA et du TTIP, on ne peut leur laisser la possibilité de prétendre un jour qu’elles n'auraient pas entendu parler de l’opposition des citoyens européens ! De plus, dans certains États membres de l’UE, nous prévoyons de remettre les signatures directement aux gouvernements ou aux parlements nationaux. Nous maintiendrons la pression et nous avons encore beaucoup d’idées pour stopper le TTIP et le CETA.

 

Restez attentifs!

Par FNE
Le lundi 23 novembre 2015
Je relaie J'agis Je donne