Actualités

Université d’été, première année

Les 8 et 9 juillet, France Nature Environnement organisait sa première Université d'été. Au programme, réflexion sur le fond et la forme de nos actions, partage d’expériences et ping-pong intellectuel. Morceaux choisis et témoignages.

A l'ombre des chênes, la journée s’achève. Un verre à la main, les uns discutent stratégie médias. Un peu plus loin, d’autres découvrent les rudiments de la communication non-violente. Là-bas, des bénévoles s’initient au Mölkky, jeu d’adresse finlandais, tout en évoquant les derniers dossiers traités par chacune de leurs associations. Bienvenue à la première Université d’Eté de France Nature Environnement, qui se tenait les 8 et 9 juillet au domaine de Bierville, à  Boissy-la-Rivière, dans l’Essonne, au centre de formation de la CFDT. Durant deux jours, 200 participants venus de toute la France et aux profils variés. Ils sont bénévoles et salariés des associations de France Nature Environnement mais aussi sociologues, philosophes, journalistes, partenaires privés, étudiants ou tout simplement amis du mouvement et se retrouvent pour des conférences, des ateliers pratiques et des moments, donc, ludiques et conviviaux.

 

L'Université d'été 2016 : Écologie, la dernière utopie ?

Les écolos, de doux rêveurs ? 

Pour cette première édition, le sujet, « l'écologie serait-elle la dernière des utopies ? » est volontairement poil à gratter. Les écolos seraient-ils de doux rêveurs aux projets irréalistes ? « Sans braquer les participants, l’objectif était de sortir de notre zone de confort, de nous poser des questions qui fâchent », dévoile Marie-Anne Salomon, chargée de mission écologie, économie et société à France Nature Environnement, qui a coordonné l'événement. Derrière l’intitulé provocateur se cache un questionnement profond. L’époque actuelle est chargée de difficultés et de contradictions, la crise prend plusieurs visages : les crises économique, environnementale et sociale sont étroitement liées.

Un changement de modèle

Face à cela, la transition écologique propose un changement de modèle. Pourtant, même si nombreux sont ceux qui l’appellent de leurs vœux, dans les faits les choses avancent peu. Notre société évolue difficilement dans le sens de la transition écologique, le discours écologique, considéré comme utopique et/ou catastrophiste, n’est pas assez entendu. « Nous voulions permettre aux membres de notre mouvement de réfléchir ensemble à notre action autour d’un thème qui nous fédère, explique Marie-Anne Salomon. Notre second désir, c'était d’échanger avec des personnes extérieures au mouvement, sociologues, philosophes, historiens, entrepreneurs, élus, venus de tous les horizons. Quand on a l'ambition de transformer la société, on ne peut pas le faire tout seul. »

« Au fond, une bonne dictature ne serait-elle pas plus simple ? »

Dès la matinée du vendredi, le ton est donné. Les propos seront de haute volée. Catherine Larrère, philosophe, ouvre les travaux en s’interrogeant sur la distinction entre responsabilité et culpabilité dans le domaine des « écocides », les crimes envers l’environnement, souvent commis dans la durée. Les hommes qui déclenchèrent la révolution industrielle, s’ils sont responsables des changements climatiques, n’en sont pas forcément coupables. Retour dans le présent, avec Guillaume Duval, rédacteur en chef du magazine Alternatives économiques, qui taquine l’assistance, lui demandant si au fond une bonne dictature ne serait pas plus simple, tant obtenir un consensus politique large sur la transition écologique est une gageure. D’autant plus dans un monde où les puissants, appuyés par les lobbies, n’ont pas intérêt à ce que tout change, au contraire des plus faibles et des plus pauvres.

Faire tomber les verrous socio-techniques

Philippe Baret, agronome, décrypte quant à lui les « verrous socio-techniques », tous ces freins sociaux, techniques, psychologiques qui empêchent ce changement de modèle, illustrant son propos avec nos claviers d’ordinateur aux normes « azerty », conçus pour éviter que les tiges des machines à écrire ne s’emmêlent, machines depuis longtemps mises au placard : agencer autrement les touches rendrait notre frappe bien plus efficace, mais bouleverser ses habitudes demande des efforts importants. Lui succédant, Didier Livio, associé responsable Deloitte Développement Durable, aborde les façons de communiquer autour de la transition écologique.

L’heure est à la réciprocité des échanges

Les règles du jeu ont changé : à l’ère des réseaux sociaux et de la révolution numérique, le schéma classique émetteur-récepteur ne tient plus. L’heure est à la réciprocité des échanges. Une nouvelle donne à prendre en compte dans nos actions associatives. Les réflexions se prolongent par des échanges nourris avec la salle. « L’assemblée est extrêmement compétente, elle interroge ses pratiques et ses façons d’être. Un sentiment d’utilité l’anime. On sent aussi qu’elle est dans une période où elle est bousculée, la question de l’opposition à des projets étant plus forte », commente Etienne Ballan, sociologue et enseignant à l’Ecole nationale supérieure de paysage (ENSP). Il a animé les débats pendant deux jours avec intelligence et décontraction.

« Si les choses ne vont pas assez vite, ne serait-ce pas la faute des écolos ? »

Dans l’après-midi, travaux pratiques. Dans le cadre des ateliers, les participants sont invités à débattre autour de dix-neuf thématiques qui reviennent souvent dans le quotidien des associations : l’usage des mots, les liens entre transition écologique et justice sociale, les expériences de transition sur le terrain, le jeu médiatique.... L’ouverture, une fois encore, est de mise. Nombre d’intervenants ne viennent pas du mouvement France Nature Environnement mais nous côtoient régulièrement et agissent dans la même direction.

Autour de la table pour l’atelier  « La transition écologique est-elle une question d’argent ? », on trouve ainsi Jean-Michel Youinou, responsable énergie renouvelable au Crédit Coopératif, banque partenaire de France Nature Environnement depuis de longues années. L’établissement bancaire se distingue par le financement de projets de l’économie réelle, qui ont un impact positif sur l’emploi, l’exclusion, la protection de la nature. A ses côtés Daniel Cueff, maire de Langouët, et Claude Gruffat, président de la chaîne de magasins biologiques Biocoop. « Ensemble, nous sommes allés sur des terrains nouveaux, en nous demandant si ce n’est pas la faute des écolos si les choses ne vont pas assez vite en matière d’environnement, confie le chef d’entreprise. Comment inciter un public à adopter un nouveau modèle, sans braquer, sans culpabiliser ? J’ai ressenti beaucoup de tolérance et d’humilité dans les débats. » Hélène Pouille, dessinatrice, passe de salle en salle. Elle restituera avec talent les discussions d’un coup de feutre et en quelques mots-clés. La projection de « L’intérêt général et moi », suivie d’un débat avec Julien Milanesi, son réalisateur, clôt une première journée intense.

 

Écologie : la dernière utopie ? Les illustrations d'Hélène Pouille

Occupy Wall Street, Nuit Debout, les Zad : quand le pouvoir est contesté 

Samedi. Retour sur les bancs de la plénière. Sandra Laugier, philosophe, éveille les cerveaux en évoquant les modes d’action et le renouveau des pratiques démocratiques, revenant sur les mouvements Occupy, Nuit Debout ou les ZAD. « Dans toutes ces revendications, on retrouve, d’une part, une sorte de contestation de la représentativité du pouvoir, et d’autre part le refus d’une situation qu’on trouve inacceptable, analyse-t-elle. La défense d’un idéal démocratique passe par la réappropriation de l’espace public et l’idée d’une organisation politique qui va être exemplaire, horizontale ». Tout en nous interrogeant, ces nouvelles formes de mobilisation mettent en avant une idée chère à France Nature Environnement : la compétence n’est pas seulement du ressort des experts, les citoyens ont eux aussi la capacité de décider. Une fois de plus, l’intervention en tribune terminée, les questions de la salle fusent.

Des échanges de fond pour nourrir nos actions

A l’heure du bilan, pour le président de France Nature Environnement, le défi est relevé. « Depuis le début de mon mandat, en 2014, il me tenait à cœur d’organiser un tel événement. C’est l’occasion de vivre dans une atmosphère détendue des échanges de fond, tous azimuts, de nous remettre en question. Ce type de moment est à l’image de notre volonté d’ouverture, de dialogue. Et par la diversité des questions que nous traitons, par notre expérience de terrain, nous avons beaucoup à apporter » estime Denez L’Hostis. Toutes ces discussions vont nourrir nos actions au cours des prochains mois et feront l’objet d’une restitution via des actes numériques et une page spéciale sur le site d’Actu-environnement. Cette Université d’Eté a aussi été l’occasion de nombreuses prises de contact entre participants et intervenants venus de tous horizons, des échanges qui se poursuivront au-delà de ces deux journées.

Ce qu'ils en disent... 

Ce genre de rencontre m’aide à comprendre pourquoi notre société met tant de temps à changer. Un environnement qui profite à tout le monde, nous en avons pourtant tellement besoin ! J'ai aussi pu faire connaître aux journalistes qui étaient présents une initiative que nous menons dans le Jura, sur la problématique de gaz de houille, très polluants. Nous proposons aux élus de faire voter une motion dans leurs communes pour ou contre leur exploitation. Cela n'a aucune valeur juridique, mais nous aide à sensibiliser la population. Une idée simple à partager !  

Laure Subirana, bénévole à Jura Nature Environnement 

Initialement, je suis venu pour une réunion de travail sur le bénévolat. C’était vraiment riche. On a fait du partage d’informations, d'outils, on a échangé nos expériences. Lors des conférences plénières, la question de la non-violence et de la violence des actions, abordée samedi matin, m'a particulièrement intéressé. C’est super de pouvoir s’ouvrir à de nouveaux horizons. Ici, les avis sont parfois différents, mais nous sommes d’accord sur l’essentiel. 

Simon Hourlier, service civique à Alsace Nature 

Un rendez-vous comme celui-ci permet de prendre du recul par rapport à notre travail quotidien, où nous sommes toujours dans l'action. Il y a beaucoup de réflexion sur notre posture, la difficulté à faire passer nos messages, comment sont-ils perçus. J’ai notamment suivi l'atelier « La nature a-t-elle un prix ? », un sujet sur lequel il n’est pas évident de se positionner, et qui a donné lieu à des échanges très intéressants, avec des positions diverses. 

Charlotte Izard, responsable climat et territoires au Réseau Action Climat 

A lire et à voir pour prolonger l'Université d'été

Le principe démocratie de Sandra Laugier et Albert Ogien, une analyse très éclairante de toutes les formes de mobilisations démocratiques, (ed. La Découverte). Le site des Editions La Découverte
Penser et agir avec la nature, de Catherine et Raphaël Larrère (ed. La Découverte). Les deux auteurs interrogent la notion de nature et ses liens changeants avec l'homme. Le site des Editions La Découverte
Le public et ses problèmes, de John Dewey (ed. Gallimard). Ce philosophe des années 30, spécialiste de la démocratie, explique pourquoi la démarche de la société civile, qui réclame des comptes à ses dirigeants, est juste et légitime. Le site de Gallimard
S’engager pour un monde meilleur, dix propositions à votre portée de Frédéric Denhez (ed. Flammarion). Les idées de France Nature Environnement pour une alimentation saine, une agriculture durable, une large part d’énergies renouvelables, une biodiversité préservée. Notre boutique en ligne
L’intérêt général et moi, un film de Sophie Metrich et Julien Milanesi. Une autoroute construite mais vide (l’A65 Langon-Pau), un projet ferroviaire pharaonique (la LGV GPSO), un projet d’aéroport vieux de plus de 40 ans (Notre Dame des Landes). Sous ces infrastructures, des vies, des territoires, des espaces naturels sacrifiés ou devant l’être, au nom de l’intérêt général. Un film sur la démocratie des grands projets, aujourd’hui, en France. Toutes les dates des projections sur linteretgeneraletmoi.tumblr.com. 

 

L’Université d’Eté a été organisée avec le soutien  de l’Ademede Biocoop, du Crédit Coopératif, de Deloitte Développement Durable et du Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer. Merci à nos partenaires.

 

B. de Badereau 

La Lettre du Hérisson n°263 

 

Par FNE
Le mardi 08 novembre 2016
Je relaie J'agis Je donne