Actualités

Zoonoses, le mal du siècle ?

Ironie : c’est l’un des plus petits êtres vivants, un virus, qui a réussi à mettre à l’arrêt les activités de l’espèce dominante, l’humain. Mais d’où vient ce virus inconnu jusqu’alors ? Qu’ont à y voir les chauves-souris et le pangolin ? Quels processus ont permis son émergence ? Peut-on entrevoir des solutions ? Voici quelques éclairages.

L’épidémie qui s’est muée en quelques semaines en pandémie a pour origine un coronavirus, le Sars-CoV-2. Les coronavirus sont une immense famille de virus qui infecte différents animaux. Ils sont communs chez la faune sauvage, en particulier chez les chauves-souris et les oiseaux. Mais on les retrouve aussi chez le chat et le chien. Des coronavirus, habituellement bénins, infectent aussi l’humain, causant de petits rhumes. Ils ne sont dangereux que pour les personnes très fragiles. Mais ces virus peuvent parfois acquérir de nouvelles propriétés et devenir plus virulents.

Ainsi, en 2002, est apparu en Chine, un premier Sars-CoV, qui se transmet facilement de l’animal à l’homme, puis d’homme à homme, et déclenche une détresse respiratoire aigüe, voire le décès des personnes infectées. Il s’est très vite diffusé à l’échelle mondiale. Dix ans plus tard, rebelote. Un nouveau virus, le Mers-CoV, apparaît cette fois au Moyen-Orient, causant des difficultés respiratoires, associées à des problèmes gastro-intestinaux. Fin 2019, un troisième coronavirus, agressif et extrêmement transmissible à l’homme, apparaît en Chine. Proche cousin du Sars-CoV, il prend le nom de Sars-CoV-2 et la maladie est nommée Covid-19. Sa grande transmissibilité et sa forte létalité ont obligé à des mesures sanitaires inédites à l’échelle mondiale.

Le point commun de ces maladies émergentes, c’est qu’elles trouvent toutes leur origine chez les animaux.

Les zoonoses, c’est quoi et comment ça marche ?

Ces maladies transmissibles de l’animal à l’humain, et vice-versa, sont appelées zoonoses. Ces contaminations peuvent se faire par contact direct avec un animal, ses sécrétions, déjections ou son environnement souillé, par voie alimentaire ou encore par l’intermédiaire d’un vecteur, comme un insecte. Elles frappaient sans doute déjà les chasseurs-cueilleurs, mais la sédentarisation des populations humaines et la domestication des animaux a engendré une proximité nouvelle, favorisant l’émergence de zoonoses. Ainsi, la rougeole et la tuberculose viennent de la vache, la coqueluche du cochon et la grippe des canards.

Le Sars-CoV de 2002 tire ses origines des chauves-souris, et serait passé à l’homme par l’intermédiaire de la civette masquée, une sorte de mangouste masquée comme un raton laveur. Pour le Mers-CoV, c’est le dromadaire qui a joué l’entremetteur.

Concernant Sars-CoV-2, le scénario de contamination n’est pas encore très clair. Les recherches génétiques ont montré qu’il est identique à 96 % avec un coronavirus d’une espèce de chauve-souris présente en Asie du Sud-Est. Plusieurs coronavirus au génome très proche de Sars-CoV-2, dotés de mutations identiques sur les protéines de surface, ont aussi été identifiés chez le pangolin. Mais d’autres espèces animales, sauvages et domestiques, y ont sans doute mis leurs pattes.

Ce qui est sûr, c’est que mettre en contact direct, comme sur les marchés chinois, des animaux sauvages prélevés directement dans la nature avec des animaux domestiques voués à la consommation humaine offre les bonnes conditions pour faire sauter les barrières et favoriser les adaptations du virus à l’humain.

Éradiquer la faune sauvage pour limiter l’émergence de nouveaux pathogènes ?

Les régions les plus riches en biodiversité sont aussi les plus riches en pathogènes. Ne faudrait-il pas tout simplement éradiquer la faune sauvage ? Justement non, car d’abord, nous avons besoin de la biodiversité pour les services gratuits qu’elle nous rend : se nourrir, épurer l’eau et l’air… Ensuite, dans des écosystèmes riches, les espèces sont diversifiées. En cas de confrontation avec un virus, cette diversité joue le rôle de rempart en détruisant le virus ou en diluant sa propagation.

Ne tirez pas sur la chauve-souris !

Des recherches récentes montrent que les chauves-souris ont développé un système immunitaire capable de résister à de nombreux virus. Lors d’une attaque par un virus, l’organisme de l’animal répond par une puissante décharge inflammatoire, identique à celle qui tue les victimes humaines du Covid-19. Mais chez la chauve-souris, cette tempête inflammatoire est tempérée pour éviter des effets délétères sur l’organisme, ce que cherchent justement à faire les réanimateurs dans les hôpitaux. Eradiquer les chauves-souris, c’est se priver de comprendre ce mécanisme de défense immunitaire pour sauver des vies humaines.

Les chauves-souris ont naturellement peu de contacts directs avec les animaux domestiques et les humains. Ces barrières naturelles ont sauté car l’homme a mis en contact des chauves-souris avec des animaux domestiques, sur des marchés par exemple. La destruction de leurs habitats naturels pour les cultures, l’élevage ou l’urbanisation a aussi favorisé leurs interactions avec les animaux domestiques et les humains. Ce sont les échanges mondialisés qui ont diffusé le virus.

Vers un nouveau pacte avec la nature ?

Nous ne pouvons nous contenter de contenir les maladies, les unes après les autres, au prix d’efforts économiques, sociaux et sanitaires difficiles et douloureux, aux bilans humains très lourds. Si les liens entre biodiversité et maladies infectieuses sont très complexes, les déséquilibres écologiques actuels, associés à nos activités de production et aux déplacements mondialisés de biens et de personnes, modifient en profondeur les interactions entre la faune, les pathogènes et l’humanité. Plutôt que de chercher à aseptiser la nature, nous devons nous attaquer aux processus qui permettent l’émergence de tels virus. Le plaidoyer porté par la fédération sur les changements climatiques, l’érosion de la biodiversité, les solutions fondées sur la nature, l’artificialisation des territoires, les productions locales ou la réduction des pesticides contribue à créer ce nouveau pacte avec la nature. Continuons à le défendre.

Article paru dans la Lettre du Hérisson n°271

Par FNE
Le vendredi 14 août 2020
Je relaie J'agis Je donne