agriculture

Etiquetage : demandez à vos députés clarté et transparence sur nos aliments

70 % des Français1 sont prêts à modifier leur consommation alimentaire pour des produits plus responsables pourtant, c’est le dilemme dans les rayons. Le consommateur est face à une jungle bien obscure de labels, appellations et allégations sur les produits alimentaires. « Sans résidu de pesticides », « label rouge », « bleu blanc cœur », « produit de nos montagnes » : certains sont gages de qualité, d'autres de simples logos marketés et peu de citoyens disposent d'un doctorat en la matière pour s’y retrouver.

Régime (trop) draconien pour les ambitions du projet de loi agriculture et alimentation

Après près  de  10  mois  de  travaux, il  est  difficile de  retrouver  l’ambition  annoncée  des  États Généraux de l'Alimentation dans les processus en cours. Au-delà de l’enjeu de lisibilité des mesures, amoindrie par le morcellement des dispositifs, la batterie de propositions n’est pas à la hauteur des conclusions des ateliers des États Généraux de l'Alimentation et des attentes des citoyens.

Pesticides : tops et flops de ce mois d'avril

Les tops pour la biodiversité et la santé publique

Du côté de la France

Loi alimentation : des avancées environnementales à confirmer et à approfondir

Le moment est venu pour les députés de faire entendre la voix des citoyens qu’ils représentent et de prendre en considération les recommandations issues des Etats Généraux de l’Alimentation qui avaient été largement ignorées dans le texte présenté par le gouvernement. Les députés de la commission du développement durable ont commencé ce travail en adoptant 99 amendements, dont :

Enquête : les impacts dramatiques de la culture du soja en Amérique latine

Un an exactement après l’adoption de la loi sur le devoir de vigilance des maisons mères, nos associations interpellent des entreprises de l'industrie agroalimentaire et de la grande distribution pour les prévenir que leurs chaînes de production pourraient contenir du soja produit au détriment de l’environnement et des droits humains.

La disparition des oiseaux n'est pas une fatalité

Près d'un tiers des populations d'oiseaux des milieux agricoles et bâtis ont disparu en 30 ans

Déclin des pollinisateurs : dites à la Commission européenne d'agir

En tonnes, 35 % de la production mondiale issue des cultures dépend des pollinisateurs. Pourtant, depuis 30 ans, les activités humaines et notamment l'agriculture industrielle sont à la source d'un vaste déclin des populations de pollinisateurs dans les pays de l'Union Européenne. Le besoin d'une intervention rapide et stratégique pour les préserver a d'ailleurs été mis en évidence par le riche rapport sur les pollinisateurs de la Plateforme Intergouvernementale scientifique et politique sur la Biodiversité et les Services Écosystémiques (IPBES).

Pages