agriculture

Eurodéputés, ne rasons pas forêts et espaces naturels pour produire de l'énergie

Depuis plusieurs mois, l’Union Européenne a entrepris la refonte de la directive énergie renouvelable avec l’objectif d’augmenter leur production d'ici 2030. L'intention est hautement louable mais certaines dispositions soumises au vote s'avèrent particulièrement inquiétantes puisqu'elles nuisent à la biodiversité et contribuerait finalement à accélérer le dérèglement climatique qu'elle est censé combattre. Pour comprendre, il faut s'intéresser aux bioénergies, la première énergie renouvelable en France et en Europe.

Etats généraux de l’alimentation : après les discussions, place à l’action

Tout d’abord, nous dénonçons fermement le fait que, parallèlement aux discussions des EGA censées préparer un virage agroécologique de notre agriculture et de notre alimentation, le gouvernement ait opéré ces 6 derniers mois des reculs sur des sujets cruciaux : suppression d'aides au développement de l’agriculture biologique, autorisation de nouveaux néonicotinoïdes, entrée en vigueur provisoire du CETA, fragilisation de la politique foncière.

Quiz : connaissez-vous l'impact de l'alimentation sur la biodiversité ?

 

Pesticides dans les cours d’eau : la situation s’aggrave

Protection des points d’eau : l’enjeu des cartes

Pour faire face à la contamination généralisée de nos cours d’eau, un arrêté ministériel[1] imposait depuis 2006 des zones de non traitement (ZNT) : des aires en bordure des points d’eau, sur lesquelles il est interdit d’épandre des pesticides. Cette mesure a fait ses preuves pour limiter la pollution, à condition que la largeur de cette bande soit suffisante, mais aussi que cette mesure concerne l’ensemble de nos points d’eau, même les plus petits.

Glyphosate : vous en reprendrez bien pour 5 ans ?

Une décision mitigée pour une réautorisation polémique

France Nature Environnement salue la position de la France au cours des âpres négociations sur la sortie du glyphosate. Malheureusement, et malgré la forte mobilisation de la société civile, le Gouvernement n’a pas réussi convaincre les 18 Etats membres qui ont voté pour le texte de la Commission européenne : une réautorisation du glyphosate pour 5 ans.

Nouveaux OGM : le Haut Conseil des Biotechnologies entretient le flou

Le terme de nouvelles techniques d’amélioration des plantes (New Plant Breeding Techniques) recouvre une dizaine de méthodes permettant d’apporter artificiellement en laboratoire des modifications dans le génome des plantes, conférant à celles-ci des caractéristiques particulières comme la résistance à certaines maladies ou la tolérance à des herbicides.

Rencontres FNE Ile de France : protéger l’agriculture et la biodiversité

Comment mieux consommer pour préserver la biodiversité ? Quel sont les liens entre biodiversité, agriculture et changements climatiques ? Quelle place pour la biodiversité dans les formations agricoles ? Pour répondre à ces questions, France Nature Environnement Ile de France réunira un panel d’experts de la protection de l’environnement et du monde agricole le 29 novembre à la Halle Pajol, à Paris.

Rémi Fraisse : 3 ans plus tard, où en est la démocratie ?

Plus jamais ça 

Les associations demandent la suspension immédiate du Sulfoxaflor, pesticide tueur d’abeilles

Plusieurs études scientifiques attestent de la mise en cause des néonicotinoïdes dans l’effondrement des populations des invertébrés. Une étude publiée hier par l'Université de Saskatchewan, au Canada, conclut à la disparition de 75% de la biomasse des insectes dans les aires protégées en 27 ans seulement.

Glyphosate : le Président Macron a cinq bonnes raisons de respecter ses engagements

Le renouvellement du glyphosate doit être soumis au vote très prochainement au sein de l’Union européenne. Si la France a déjà annoncé qu’elle voterait non à son autorisation pour dix nouvelles années, l’ombre d’une autorisation de cinq ou sept ans pour l’herbicide chimique le plus vendu au monde plane dangereusement au-dessus de millions de citoyens européens qui n’en veulent plus. Pour la société civile, il serait inacceptable que le gouvernement fasse passer les intérêts de l’industrie chimique avant la santé des consommateurs mais aussi celle des agriculteurs.

Pages

Faire un don