climat

Dialoguer pour le report modal Lyonnais

La croissance du trafic TER et TGV depuis Lyon implique une saturation du réseau ferroviaire. Celle ci est principalement due à un sous dimensionnement du réseau ferroviaire dans Lyon et entre Saint Fons et Grenay. Alors qu'un rapport ministériel réalisé en 2009 par Marie-Line MEAUX souligne ces dysfonctionnements, la FRAPNA demande la mise en place d'un débat public permettant de trouver des issues à cette situation qui limite les offres de déplacement ferroviaire autour de Lyon.

Contournement Ferroviaire de l'Agglomération Lyonnaise Nord

Tronçon ferroviaire localisé à l'Est de Lyon visant à décharger le centre de Lyon d'un trafic ferroviaire très dense. Ce projet permettrait au transport de fret de contourner l'agglomération lyonnaise et permettrait par là de développer l'offre en transport ferroviaire local (TER) et ainsi favoriser le report modal de la voiture vers le train. Ce projet traverse toutefois des zones sensibles vis à vis des populations et des milieux naturels dont la prise en compte doit être améliorée.

Contournement autoroutier à l'Ouest de Lyon

Cette nouvelle autoroute contournant l'Agglomération Lyonnaise sur un axe Nord Sud traverserait les Monts du Lyonnais sur une quarantaine de kilomètre. Ce projet est issu des réflexions sur l’aménagement du territoire lyonnais datant des années 1990 qui restaient centrées sur l'utilisation de la voiture. Aujourd'hui, ce projet ne semble pas prioritaire tant ses conséquences seraient désastreuses pour les Monts du Lyonnais dont les communes ont fait part de leur forte opposition.

Projet de doublement des pistes de l'Aéoroport Lyon Saint exupéry

Initié dans les années 1990 alors que les prévisions de trafic aérien étaient bien supérieures à ce qu'elles sont aujourd’hui, ce projet reste toutefois inscrit dans les différents documents d'aménagement de l'Est Lyonnais (DTA, SCOT…) Ce doublement des pistes viendrait consommer plus de 1000ha d'espaces agricoles qui représentent un potentiel majeur pour l'agriculture de proximité de la région Lyonnaise et renforcerait les nuisances dans la plaine de l'Est Lyonnais qui est déjà contrainte par de nombreuses grandes infrastructures.

Projet de voie rapide à l'Ouest de Lyon porté par le Grand Lyon

Le Tronçon Ouest du Périphérique lyonnais (TOP), est un projet de voie rapide à l'Ouest de Lyon porté par le Grand Lyon qui l'a renommé "Anneau des Sciences". La FRAPNA Rhône a retenu des enjeux naturalistes sensibles et une incohérence totale avec les enjeux climatiques de l'agglomération (objectif de baisse des émissions GES sur les transports) et la préservation de la qualité de l'air. Une contribution par un cahier d'acteur de la FRAPNA Rhône et des campagnes de communication et d'inventaires naturalistes a été réalisée.

Projet d'autoroute entre Lyon et Saint-Étienne, déjà reliées par l'A47.

Cette autoroute constituerait un doublon autoroutier entre Lyon et Saint-Étienne qui sont déjà reliées par l'A47. Initiée en 1993, la DUP a été signée en juillet 2008 et l’État recherche actuellement un concessionnaire pour lancer les travaux et exploiter cette autoroute. Ce projet traverse le plateau Mornantais, territoire composé d'une mosaïque de milieux ouverts des plus riches en biodiversité du département du Rhône. Il accueille notamment le Busard cendré, espèce rare dont la survie des populations serait directement menacée par le projet.

Projet de tunnel sous le Semnoz

Ce vieux projet de l’État à plus de 40 ans, né dans le contexte du « tout voiture » Il est repris aujourd'hui par le Conseil Général de Haute-Savoie pour le tunnel (130 M€). L’agglomération d’Annecy et les communes se chargeant des accès au tunnel. Il s'agit de faire une liaison Sud d'Annecy entre la RD 3508 (extrémité Est de la voie rapide) au Nord et la RD 1508 quelque part autour de Sévrier au Sud via un tunnel sous le Semnoz qui surplombe la rive ouest du lac.

Parc éolien offshore en mer Yeu/Noirmoutier

62 éoliennes de 8 mW chacune. Le parc, d’une surface de 82 km2 serait distant de Noirmoutier de 17 km et de 12 km de l’île d’Yeu. La zone d'implantation a fait l’objet d’une concertation approfondie menée au niveau local entre 2009 et 2011. FNE soutient ce projet sous réserve que la concertation multi-acteurs soit bien construite et que les résultats des études environnementales soient satisfaisants.

Parc éolien en mer de Saint-Nazaire

Le projet se compose de 80 éoliennes en mer d’une capacité unitaire de 6 MW* pour une puissance totale de 480 MW*. Les éoliennes seront localisées à plus de 12 km au large de la Loire-Atlantique, sur une surface globale de 78 km². La production envisagée équivaut à couvrir la consommation électrique moyenne de 700 000 habitants, soit 54% des habitants de Loire-Atlantique. Le débat public a eu lieu du 20 mars au 20 juillet 2012. Les associations ont été parties prenantes.

Parc éolien offshore Dieppe-Le Tréport

Exploitation d'un parc d'une capacité de production de 496 MW au large de la commune du Tréport. Quatre années d’études et de concertation (élus, APNE, etc.) seront nécessaires avant de voir les premières éoliennes implantées en mer. De 2014 à 2018, des études seront menées afin de confirmer la faisabilité technique et environnementale du projet. Le chantier devrait démarrer en 2018. Les associations sont associées dans les phases de concertation.

Pages