energies

Neutralité carbone et devenir de nos forêts : le gouvernement fait fausse route

La forêt : un atout pour atteindre la neutralité carbone

A elle seule, la forêt absorbe l’équivalent de 12% des émissions annuelles de CO2 de la France. En parallèle, l’utilisation du bois de nos forêts en tant que source d’énergie permet d’éviter environ 3,5% des émissions de CO2 par an. La forêt et le bois sont donc de véritables atouts pour atteindre la neutralité carbone et répondre aux enjeux du développement durable et de lutte contre les dérèglements : tout l’enjeu est de trouver l’équilibre entre ces deux approches.

Transition énergétique en danger : les ONG interpellent Nicolas Hulot

L’inquiétude des ONG fait notamment suite au dernier conseil d’administration d’EDF, au cours duquel le groupe a présenté une stratégie énergétique à long terme qui ne respecte pas la loi sur la Transition énergétique. Alors que l’Etat est actionnaire à 85 % d’EDF et que le ministre de la Transition écologique et solidaire est en charge de la politique énergétique, EDF se positionne une fois de plus comme le seul et unique pilote de la politique énergétique française, au-dessus des décisions législatives et gouvernementales.

Le gouvernement doit réévaluer en urgence le coût de Cigéo

Coût de Cigéo : le Conseil d’État légitime un arbitrage qui n’avait pas lieu d’être

Développement des énergies renouvelables : ne pas confondre vitesse et précipitation

France Nature Environnement s’est réjouie de débattre avec l’ensemble des parties prenantes, dans le cadre des groupes de travail mis en place par le gouvernement, des mesures visant à faire décoller les filières d’énergies renouvelables et permettre à la France de rattraper son retard sur les objectifs fixés par la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte.

Transition énergétique : quelle voie pour la France ?

Il y a matière à s’inquiéter. Le débat public sur la PPE intervient alors que le gouvernement a indiqué que l’objectif légal de réduction de la part du nucléaire à 50 % en 2025 ne serait pas respecté, et qu'EDF annonce ne prévoir aucune fermeture de réacteur nucléaire, hormis Fessenheim, avant 2029. En outre, le ministère de la Transition écologique et solidaire voudrait voir le débat circonscrit à deux scénarios uniquement : ceux qui prévoient des exportations d'électricité en hausse très forte et peu crédibles, et donc le moins de fermetures de réacteurs nucléaires possibles.

AREVA condamnée pour de multiples infractions environnementales

usine areva

À Narbonne, en 2009, une fuite émanant d’un tuyau corrodé sur le site de MALVESI, usine de retraitement de l’uranium d’AREVA (ex COMURHEX) a causé une pollution de l’eau. Différentes substances dangereuses dont de l’ammonium ont été rejetées dans un cours d’eau. Suite à cette fuite, la mortalité des poissons s'est avérée particulièrement importante et la pêche en aval a été suspendue. En 2011, le tribunal correctionnel avait condamnée une première fois AREVA à 60 000 euros d’amende.

Démocratie environnementale : quelle est la méthode du gouvernement ?

Débat illégitime ?

La loi dite « Bataille » de 1991 prévoyait l’étude des différentes solutions pour gérer les déchets nucléaires. Or aucun programme pour des solutions alternatives à l’enfouissement en profondeur n’a été conduit à ce jour.

Bure : l’expulsion n’enfouira pas le problème des déchets nucléaires

Les arbres du Bois Lejuc ne cacheront pas la forêt de casseroles traînées par le lobby nucléaire et notamment les diverses procédures judiciaires passées ou en cours. Les enjeux démocratiques liés au devenir de cette filière techniquement et économiquement à bout de souffle continueront d'exister malgré la brutalité employée à l'encontre de citoyen.ne.s qui dérangent car ils pointent du doigt les incohérences d'une industrie qui depuis trop longtemps se joue de l'Etat et donc de l'intérêt de la population.

Pages