predateurs

Bonne nouvelle : le gouvernement confirme la réintroduction de deux ourses dans les Pyrénées

France Nature Environnement soutient fortement ce projet de lâcher deux femelles qui contribuera à enrayer le déclin de la population d’ours dans les Pyrénées, dernier territoire où l’espèce est encore présente dans notre pays.

Dites oui au lâcher de 2 ours pour sauver l'espèce dans l'ouest des Pyrénées !

Pourquoi faut-il se mobiliser en faveur de ces lâchers ?

Afin d’enrayer le déclin de la population d’ours dans les Pyrénées, dernier territoire où l’espèce est encore présente dans notre pays, la France a engagé plusieurs programmes pour sauver l’ours en travaillant, sur la qualité des habitats par la mise en place d’une stratégie pyrénéenne de valorisation de la biodiversité, et sur les effectifs de la population d’ours en engageant en 1996, 1997 et 2006, plusieurs opérations de lâchers d’ours en provenance de Slovénie.

Sondage : Les Français comme les Pyrénéens attendent des lâchers d'ourses en Béarn

Quatorze associations environnementales ont choisi l’avant-veille de la journée mondiale de la vie sauvage instituée par l'ONU pour rendre public un nouveau sondage confirmant le soutien massif des Français comme des Pyrénéens à la protection de l'ours en France et au lâcher de deux femelles en Béarn où il ne reste plus que deux mâles.

Ce sondage, représentatif de la population française et des Pyrénées Occidentales[1], réalisé par l'IFOP la semaine dernière, est particulièrement clair :

Loup : mobilisez-vous contre des mesures inacceptables !

Sur quoi porte cette consultation ?

Elle porte sur le projet de plan d’action national sur le loup et les activités d’élevage qui fixe les axes d’actions que l’État mettra en place d’ici 2023. Son contenu est donc déterminant car il définit les mesures qui seront mises en place pour la gestion de la présence du loup vis-à-vis de l’élevage.

Le chacal doré serait arrivé en France

Une arrivée qui reste à confirmer

Ces clichés ont été pris dans le massif du Chablais, à proximité de la frontière avec la Suisse où la présence du chacal doré a été recensée à plusieurs reprises. L’Office national de la chasse et de la faune sauvage souhaite conduire des mesures sur le terrain pour s’assurer que l’animal en question est bien un chacal.

Tir du loup : l’Etat rappelé à l’ordre par la justice

Le tir ne peut être que le dernier recours utilisable

Tirs de 40 loups : France Nature Environnement et la LPO saisissent le Conseil d’État

En à peine 5 ans, l’État a multiplié par plus de 6[1] le seuil maximal de loups susceptibles d’être tués. Une augmentation qui intervient sans que l’efficacité de ces destructions pour faire baisser les prédations n’ait été prouvée, ni même étudiée. 

Premier loup tué dans le cadre du nouvel arrêté

Le loup a été abattu à Cervières par un lieutenant de louveterie dans la soirée du 25 juillet 2017. Depuis ce mois de juin, le loup est à l’origine de plusieurs attaques dans cette commune du Briançonnais.

Le 18 juillet 2017, les ministres de l'agriculture et de l'environnement signaient un arrêté autorisant la destruction de 40 loups d'ici le 30 juin 2018.

La France tue de plus en plus de loups au lieu d'organiser la cohabitation

Les experts confirment les risques d’atteinte au bon état de conservation de cette espèce protégée ; les études les plus récentes confirment que les tirs indifférenciés sur des loups, partout en France y compris où il n’y a pas d’élevage extensif, ne permettent pas de diminuer les attaques sur les troupeaux en particulier lorsque ceux-ci ne font pas l’objet de mesures de protection adéquates.

Pages