predateurs

Tir du loup : l’Etat rappelé à l’ordre par la justice

Le tir ne peut être que le dernier recours utilisable

Tirs de 40 loups : France Nature Environnement et la LPO saisissent le Conseil d’État

En à peine 5 ans, l’État a multiplié par plus de 6[1] le seuil maximal de loups susceptibles d’être tués. Une augmentation qui intervient sans que l’efficacité de ces destructions pour faire baisser les prédations n’ait été prouvée, ni même étudiée. 

Premier loup tué dans le cadre du nouvel arrêté

Le loup a été abattu à Cervières par un lieutenant de louveterie dans la soirée du 25 juillet 2017. Depuis ce mois de juin, le loup est à l’origine de plusieurs attaques dans cette commune du Briançonnais.

Le 18 juillet 2017, les ministres de l'agriculture et de l'environnement signaient un arrêté autorisant la destruction de 40 loups d'ici le 30 juin 2018.

La France tue de plus en plus de loups au lieu d'organiser la cohabitation

Les experts confirment les risques d’atteinte au bon état de conservation de cette espèce protégée ; les études les plus récentes confirment que les tirs indifférenciés sur des loups, partout en France y compris où il n’y a pas d’élevage extensif, ne permettent pas de diminuer les attaques sur les troupeaux en particulier lorsque ceux-ci ne font pas l’objet de mesures de protection adéquates.

Consultation publique : le loup ne se « gère » pas à coups de fusil !

Loup

Comment faire pour dire non ?

Jusqu'au 3 juillet 2017, rendez-vous sur la page du Ministère de la transition écologique dédiée à la consultation publique sur le projet d’arrêté fixant le nombre maximum de loups (Canis lupus) dont la destruction pourra être autorisée pour la période 2017/2018.

Autorisation de destruction de deux loups supplémentaires

Par cet arrêté daté du 10 avril et publié au journal officiel du 19 avril 2017, la ministre autorise la destruction de deux loups supplémentaires qui viennent s’ajouter au 36 déjà autorisés. Cet arrêté devrait être suivi prochainement par un autre arrêté autorisant le tir de deux loups en plus.

Gestion de la présence du Loup : l’État fait fausse route selon les scientifiques

Une commande ministérielle

En avril 2016, le Secrétariat d’État à la Biodiversité a commandé au Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) et à l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), une expertise collective scientifique et technique sur la situation du loup en France à l’horizon 2025/2030. L’objectif de cette évaluation prospective était de dégager les conditions de viabilité à long terme de l’espèce en France et d’établir des scénarios sur l’extension géographique possible de la population.

Le loup, coupable idéal ?

Non, le loup n’a pas été réintroduit en France

Agissez pour sauver l'ours des Pyrénées !

Une consultation électronique du public est ouverte jusqu’au 8 mars prochain. Elle porte sur le programme que l’État va mettre en place dans les 10 ans pour sauver l’ours. Ce plan prévoit des actions indispensables pour assurer la conservation de cette espèce, comme le soutien au pastoralisme et au développement des activités humaines en présence de l’ours, l’amélioration des connaissances sur les mesures de cohabitation, la valorisation de la présence de l’ours,…

Pages