predateurs

L’ours, l’or brun des Pyrénées

Campagne de désinformation des opposants à l'ours

Dans la nuit du 2 au 3 juillet 2016, plus de 100 brebis ont basculé dans le vide à Luz-Saint-Sauveur. Sans attendre les conclusions de l’enquête en cours pour déterminer la cause de ce dérochement, des opposants à l’ours ont manifesté le 5 juillet devant le parc national des Pyrénées où se réunissait le conseil d’administration pour demander le retrait immédiat des ours.

Le tir de 36 loups désormais autorisé

Ce plafond maximal de prélèvement prévoit un premier plafond de 27 loups, à ne pas dépasser avant le 30 septembre 2016. Il est également prévu que dès que le plafond de 23 loups détruits avant le 30 septembre 2016 ou de 32 loups détruits avant le 30 juin 2017 est atteint, seuls les tirs de défense pourront être autorisés.

Lynx et chat forestier, félins sauvages de nos forêts

Elle se tiendra à partir de 20 h à salle des fêtes de Moye (Haute-Savoie)

Entrée libre.

Plus d’information auprès de la FRAPNA Haute-Savoie au 09 72 52 33 68

Enfin un pas pour sauver l'ours brun des pyrénées !

Après 6 ans d’attente et de tergiversations pour répondre à la commande du Ministère de l’Environnement passée en 2010, cet avis est un pas déterminant  vers le lâcher d’une femelle en Béarn afin d’éviter l’extinction du noyau historique de présence de l’ours.
L’expression favorable d’élus en faveur de ce renforcement dénote une forte évolution des mentalités et de l’acceptation de l’ours sur le terrain.

Deux loups morts dans les Alpes Maritimes

Le 12 juin 2016, un louveteau blessé probablement par ses congénères, a été récupéré à Caille (Alpes Maritimes). L’animal n’a pas survécu à ses blessures.

Le 21 juin 2016, c’est le cadavre d’une louve qui a été découvert à Tende (Alpes Maritimes). L’autopsie a révélé de nombreuses morsures profondes causées par un ou plusieurs grands canidés. Ce sont ces blessures qui ont entraîné la mort de l'animal.

Sur la période 2015/2016, 15 loups ont été tués dans ce seul département sur les 36 loups autorisés. Ces morts signent-elles la déstructuration des différentes meutes ?

Le canidé tué dans un poulailler en Dordogne était bien un loup

Il aura fallu attendre plus de 7 mois avant d’avoir la confirmation le 16 juin 2016 par le procureur de la République de Périgueux que l’animal abattu était bien un loup. L’office national de la chasse et de la faune sauvage avait récupéré la dépouille de l'animal très amaigri, à peine 17 kg, et présentant une blessure à l'une des pattes avant qui avait du être prise dans un piège. L’examen externe laissait déjà penser qu’il s’agissait d’un loup.

Une ourse et ses trois petits repérés en Ariège

Ces images ont été découvertes le 14 juin dernier au moment du contrôle des pièges photographiques par l’équipe de suivi de l’ours brun de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage. Pour l’heure, faute d’indice génétique, l’identité de la femelle et le sexe des petits âgés d’environ 5 mois restent inconnus.

Il s’agit de la 3ème reproduction repérée cette année dans les Pyrénées, après les deux détectées sur le versant espagnol.

Le tir de deux loups supplémentaires autorisé : pas de répit pour le loup

Suite au tir d’une louve au courant de la nuit du 13 au 14 juin 2016 à La Bollène Vésubie (Alpes Maritimes) dans le Mercantour dans le cadre d’un tir de défense renforcée, le plafond maximal de prélèvement autorisé fixé à 36 loups pour la saison 2015/2016 a été atteint.

Alors que la consultation pour le plafond maximal de prélèvement pour la saison à venir est toujours en cours et qu’il doit prendre effet le 1er juillet prochain, la ministre a décidé de ne pas laisser de temps mort au loup en autorisant le tir de deux loups d’ici le 30 juin.

Lâcher d'un ours brun en Catalogne : signe d'espoir pour Cap Ours

Les associations membres de Cap Ours, dont FNE, se  félicitent de la décision prise par la Catalogne de lâcher un mâle, car elle représente l'espoir d'une évolution positive à l'avenir. Nous souhaitons que ce premier pas effectué par nos amis catalans afin de consolider la population pyrénéenne d’ours bruns soit suivi d’autres lâchers, notamment en Navarre et Aragon. Nous espérons que cet exemple fera sortir le gouvernement français de son immobilisme dans ce dossier, en attente depuis 2010, et l'incitera à renforcer en urgence la population dans les Pyrénées Occidentales.

Pages