sante

L'usage de pesticides en agriculture a augmenté de 12,4 %

Constat d’inefficacité des politiques : des millions dépensés et la nature ne s’est jamais aussi mal portée

L’urgence est là. Les conséquences d’une utilisation massive des pesticides sont bel et bien identifiées, les indicateurs sont tous au rouge : impact de plus en plus avéré sur la santé des consommateurs et des agriculteurs, déclin de la biodiversité[1], dégradation des écosystèmes, pollution de l’eau[2] et de l’air, etc. Pourtant, l’utilisation de pesticides continue d’augmenter.

En Corse, habitants et touristes victimes de la pollution de l'air des navires

60 000 personnes meurent chaque année de la pollution de l'air du transport maritime en Europe : tel est le bilan d'une étude de l’université de Rostock et le centre de recherche sur l’environnement allemand Helmholzzentrum Munich publiée en 2015.

Révélations inquiétantes sur la pollution de Sanofi à Lacq

Pollution massive de l’air et manquements graves de l’industriel

Arkema, opacité renforcée sur le bassin industriel de Lacq

La sourde oreille face à une situation sanitaire et environnementale alarmante

L'Assemblée Nationale arrose de pesticides la loi alimentation

De bien petites avancées qui ne compensent pas les grands échecs

Projet de loi « ELAN » et exposition aux champs électromagnétiques : non à la remise en cause de la loi Abeille

Au nom de la réduction de la fracture numérique, l’article 62 du texte prévoit en effet une annulation des dispositions de la loi Abeille[1] – à peine appliquées – qui encadrent l’installation d’antennes-relais. Les opérateurs de téléphonie mobile qui n’ont cessé de faire pression au nom de la « lourdeur » de la loi Abeille se réjouissent d’avoir eu l’oreille attentive du gouvernement. La loi Abeille encadre l’installation des antennes relais en imposant un délai de consultation des maires et une information des riverains.

Étiquetage environnemental : merci pour cette victoire !

Samedi 26 mai, vers 17h, les députés ont répondu à notre appel, à votre appel. En effet, l'amendement déposé par la députée de la Somme Barbara Pompili (La République En Marche) et une quarantaine de députés a été adopté.

Il exige qu'à partir du 1er janvier 2023, un étiquetage soit mis en place afin d'informer le consommateur sur :

Les ONG dévoilent un projet de loi d’avenir pour les transports et la mobilité

Un test de sincérité du gouvernement sur le climat

Les résultats des arbitrages en cours sur la loi d’orientation des mobilités et la programmation des investissements dans les infrastructures de transport seront révélateurs de la sincérité du gouvernement quant aux engagements pris sur la préservation du climat et de la santé et pour améliorer les transports du quotidien.

Pollution de l’air : l’(in)action de la France renvoyée devant la cour de justice européenne

Trop polluer coûte déjà cher à la France… et l’addition pourrait être salée

Troisième cause de mortalité en France, la pollution de l’air coûte chaque année 100 milliards d’euros au pays. Son coût sanitaire n’est pas prêt de diminuer puisque depuis près de 10 ans, la France dépasse régulièrement les seuils de pollution à ne pas dépasser pour les particules fines et le dioxyde d’azote1

Etiquetage : demandez à vos députés clarté et transparence sur nos aliments

70 % des Français1 sont prêts à modifier leur consommation alimentaire pour des produits plus responsables pourtant, c’est le dilemme dans les rayons. Le consommateur est face à une jungle bien obscure de labels, appellations et allégations sur les produits alimentaires. « Sans résidu de pesticides », « label rouge », « bleu blanc cœur », « produit de nos montagnes » : certains sont gages de qualité, d'autres de simples logos marketés et peu de citoyens disposent d'un doctorat en la matière pour s’y retrouver.

Pages