sante

Pollution du transport maritime : Mieux vaut prendre un bol d’air en mer du Nord qu’en Méditerranée

Première conférence internationale sur le transport maritime organisée par des associations

L’adoption de la « déclaration de Rome », réalisée dans le cadre d’une conférence internationale organisée à Rome, ce mardi 28 mars 2017, qui a rassemblé les différents acteurs du transport maritime,vise l’instauration d’une zone de contrôle des émissions en Méditerranée.

Diesel : L’enfumage continue

En septembre 2015, le scandale Volkswagen éclate. Sur certains véhicules diesel de la marque, un logiciel truqueur a été trouvé, permettant au véhicule de détecter quand il se trouve en situation de test en laboratoire, afin de limiter les émissions de dioxyde d’azote et donc réussir le test d’homologation. Le dioxyde d’azote (NO2) est un gaz irritant, notamment pour l'appareil respiratoire et qui contribue aux effets cardiovasculaires sur la santé.

Pollution de l'air : l'Europe met la France face à ses responsabilités

La pollution au diesel en ligne de mire

L'Europe lance ce "dernier avertissement"[1]  car la France n'a pas "remédié aux infractions répétées aux limites en matière de pollution atmosphérique fixées pour le dioxyde d'azote".

Pollution : Oui se chauffer au bois peut être écologique si…

Un cocktail de solutions contre un cocktail de pollutions

Exigez le droit de vivre #LoinDesPesticides : participez à la consultation

Dans les méandres législatifs, la révision d'un arrêté ouvre parfois des voies aux changements. La révision de l'un d'entre eux, l'arrêté relatif à la mise sur le marché et à l’utilisation des produits phytopharmaceutiques et de leurs adjuvants visés à l’article L. 253-1 du code rural et de la pêche maritime, est une des rares occasions pour éloigner les épandages de pesticides des habitations.

Transport maritime : toujours plus gros, toujours plus polluant

Pollution de l’air des navires : une augmentation de particules fines inquiétante

Pesticides : vendre coûte que coûte !

Le constat est sans appel et connu de tous : les indicateurs d’usage des pesticides sont dans le rouge. Malgré les dispositifs volontaires mis en place depuis 2007 pour expérimenter et proposer des alternatives, l’usage des pesticides a augmenté notablement de 9.7% en 2014 par rapport au chiffre de l’année précédente. On est très loin de l’objectif du Grenelle de diviser par 2 la consommation en 2018[1].

Demandez aux ministres de tenir les pesticides loin des riverains

jeune fille sur une balancoire dans son jardin à la campagne
Objet de votre mail
Le mail
Monsieur Le Ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation et de la Forêt,
Madame La Ministre de l'Environnement,
Madame La Ministre de la Santé
_
Je tiens à attirer votre attention sur l'impérieuse nécessité d'améliorer l'encadrement réglementaire de l'usage des pesticides au moment où un nouvel arrêté sur le sujet est en préparation. La consommation de pesticides continue d'augmenter en France alors qu'ils nuisent à l'environnement et à notre santé.
_
Leur nocivité environnementale est aujourd'hui avérée. Ils attaquent et imprègnent tous les milieux naturels : 92% des cours d’eau sont pollués, la qualité de l'air souffre des épandages notamment dans les régions d’usage intensif, les sols s'appauvrissent, la faune et la flore subissent de lourdes pertes etc.
_
L'enjeu est également de santé publique. L'expertise collective de l’Inserm, publiée en 2013, met en évidence une association entre les expositions aux pesticides et certaines pathologies chroniques, notamment certains cancers, certaines maladies neurologiques (maladie de Parkinson, maladie d’Alzheimer, troubles cognitifs...) et certains troubles de la reproduction et du développement.
_
Il devient donc impératif de réduire l’exposition des agriculteurs mais aussi des populations à ces produits. Car si les citoyens sont exposés à travers l'alimentation, certains sont également soumis à un haut risque de contamination lorsque l’épandage de ces produits se fait aux abords de leurs lieux de vie.
_
C'est pourquoi, je vous demande de défendre une meilleure protection des citoyens en encadrant les épandages de produits chimiques de synthèse par les dispositions suivantes :
- en arboriculture, où la pulvérisation se fait en hauteur avec une dispersion beaucoup plus large, interdiction de pulvériser des produits à moins de 50 mètres des lieux d’habitation
- pour toutes les autres cultures, interdiction de pulvériser des produits à moins 10 mètres des zones habitées et de zones naturelles (cours d’eau tels que définis dans la loi biodiversité, forêts …) ou cultivées
- une possibilité de dérogation à ces distances uniquement si la technique de pulvérisation utilisée est à faible dispersion ou si la parcelle traitée est isolée par des obstacles végétaux (comme des haies) ou artificiels (comme des filets).
_
Monsieur Le Ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation et de la Forêt, Madame La Ministre de l'Environnement, Madame La Ministre de la Santé, je compte sur vous pour que cet arrêté en cours de préparation soit l’occasion d’une meilleure protection des populations. Le contraire serait incompréhensible pour les citoyens.
_
Soyez assuré.e.s, Mesdames les Ministres, Monsieur Le Ministre, de ma haute considération.
Entrez ici votre adresse mail. Il sera directement adressé à Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, Marisol Touraine, ministre de la Santé et Ségolène Royal, ministre de l'Environnement.

Pages