Communiqués

Accélération écologique et justice sociale : les 8 mesures prioritaires

En mars dernier, 19 organisations dont France Nature Environnement s’unissaient pour porter ensemble la convergence de l’écologie et du social à travers le Pacte du Pouvoir de Vivre. La semaine dernière, lors de son discours de politique générale, Edouard Philippe annonçait deux priorités : l’environnement et la justice sociale. Craignant que la volonté affichée d’engager la transition écologique, d’éradiquer la grande pauvreté, d’endiguer la disparition de la biodiversité et de réduire les inégalités ait très peu de chances de voir le jour si le gouvernement n’actionne pas les leviers nécessaires, les organisations du Pacte du Pouvoir de Vivre, qui sont désormais 43, proposent 8 mesures à mettre en oeuvre au plus vite.

Répondre à l’urgence écologique et sociale sans normes, sans fiscalité écologique, sans investissements massifs… Mission impossible !

Le discours de politique générale du 12 juin qui devait présenter l’acte II du quinquennat, ressemble finalement à s’y méprendre à l’acte I. Depuis deux ans, les paroles sont souvent prometteuses ; mais les actions structurantes et ambitieuses continuent de se faire attendre, et les contradictions se multiplient. En effet, si on ne peut que partager les deux premières priorités citées par le Premier ministre dans son discours : l’environnement et la justice sociale, il reste à voir les actes.

Nos organisations jugeront bien évidemment sur pièces l’action du gouvernement. Mais nous craignons, au vu des derniers mois et des annonces faites, que sa volonté d’engager la transition écologique, d’éradiquer la grande pauvreté, d’endiguer la disparition de la biodiversité et de réduire les inégalités ait très peu de chance de voir le jour si le gouvernement n’actionne pas les leviers nécessaires. En effet, il sera impossible pour le gouvernement d’engager la transformation de notre société sans activer les trois leviers principaux des politiques publiques que sont :

  1. L’investissement
  2. La fiscalité
  3. La norme

 

Et aucun de ces leviers n’a aujourd’hui la faveur du gouvernement. D’abord le respect de la règle des 3% reste une priorité absolue pour Édouard Philippe. Ceci rend impossible la mise en place d’un grand plan d’investissement pourtant si nécessaire : 55 à 85 milliards d’euros sont par exemple nécessaires pour engager la transition écologique. De même le Premier ministre s’est clairement exprimé plusieurs fois contre l’augmentation de la fiscalité alors que c’est un moyen incitatif fort pour encourager les bonnes pratiques et comportements et décourager celles qui doivent disparaître. Adossée à un revenu climat, une fiscalité écologique peut par ailleurs inciter les ménages à s’engager dans la transition sans les mettre en difficulté. Enfin, à de nombreuses reprises le Premier ministre s’est prononcé contre toute sur-transposition des directives européennes, refusant donc d’interdire ou d’obliger par la loi ou par décret. Ainsi de quelles marges de manœuvres collectives dispose-t-on ? Où sont les espaces pour passer des mots aux actes ? Quelle ambition donner alors à la transition écologique et la justice sociale qu’Édouard Philippe a appelée de ses vœux le 12 juin ?

Les 8 mesures d'urgence que le premier ministre aurait dû annoncer

Mesure n°1 : En finir avec les logements indignes et les passoires énergétiques en interdisant à terme leur mise en location

Mesure n°2 : Évaluer l’impact de toute nouvelle loi et politique publique sur les 10 % les plus pauvres de la population et au regard des Objectifs de Développement Durable

Mesure n°3 : Revaloriser les minima sociaux et les faire évoluer au même rythme que les revenus du travail

Mesure n°4 : Un projet de loi de finances 2020 écologique et social

Mesure n°5 : Un projet de loi de finances solidaire pour plus de justice

Mesure n°6 : Permettre aux migrants qui se trouvent en France d’y déposer leur demande d’asile

Mesure n°7 : Une ambition budgétaire pour le grand âge et l’autonomie dans le PLFSS 2020

Mesure n°8 : Systématiser la proposition d’accompagnement humain à l’exercice des droits et généraliser les Maisons de services au public (MSAP)

 

Voir le dossier de presse

Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE
Le mardi 18 juin 2019
Je relaie J'agis Je donne