Communiqués

Affaire du Régent : Les pesticides de la faim

Le 2 septembre la cour d’appel de Toulouse a confirmé le non-lieu rendu le 30 janvier 2009 au bénéfice de Bayer et BASF dans l'affaire du pesticide Régent, soupçonné de provoquer une surmortalité des abeilles.


Les abeilles ont perdu

FNE qui avait fait appel de l'ordonnance de non lieu, au côté des autres parties civiles, fait part de sa grande déception. Les intérêts industriels à court terme l’emportent sur l’indispensable défense de la nature, de la biodiversité, de l’environnement et de la population.

Pour Claudine Joly, membre du réseau agriculture de FNE : « il ne fait pas de doute que la disparition des abeilles est en grande partie due à l'effet combiné des pesticides (effet cocktail) utilisés à outrance en agriculture. Cet effet n'est malheureusement jamais étudié lors de la délivrance des autorisations de ces produits, c'est inadmissible et irresponsable ! »

Une catastrophe écologique et humanitaire

Rappelons que la disparition des abeilles, et au-delà la disparition des insectes pollinisateurs, est une catastrophe écologique à plusieurs titres : perte de biodiversité animale (il existe plusieurs espèces d'abeilles et d’autres insectes pourraient être affectés à notre insu) mais aussi végétale, sachant que 80% des espèces végétales dépendent des insectes pour leur survie.

Enfin il faut garder présent à l’esprit que cette disparition annoncée pourrait devenir une future catastrophe si leur rôle de polinisateur de nos cultures n’était plus assuré dans nos champs, nos vergers et nos jardins. D’ores et déjà les pertes en production sont notables, elles sont estimées à 15 milliards de dollars de perte pour les Etats Unis*. La disparition des abeilles affecte l’économie agricole au point d’obliger certains agriculteurs à louer des ruches.

FNE se pourvoit en cassation.

*source:http://ecologie.nature.free.fr/pages/dossiers/dossier_disparition_abeilles/dossier_disparition_abeilles.htm

Télécharger ce communiqué en format PDF.


Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE.
Le mercredi 08 septembre 2010
Je relaie J'agis Je donne