Communiqués

Cese : un avis sur l’usage de l’eau en agriculture qui va faire couler de l’encre

Le 23 avril 2013 le Conseil Economique Social et Environnemental (CESE) a voté l’avis sur la gestion et l’usage de l’eau en agriculture avec 103 votes pour, 21 contre et 46 abstentions. Celui-ci trace la voie d’une adaptation de l’agriculture face au réchauffement climatique, à la raréfaction de la ressource en eau et tente d’apporter des solutions à sa dégradation. Issu d’un compromis négocié avec les représentants de la société civile, cet avis reste modéré et trace des objectifs qui, bien qu’ambitieux , sont loin d’être radicaux. La FNSEA et le groupe des coopératives ont voté contre l’avis, rejetant le compromis malgré l’introduction de dissensus dans l’avis et malgré des mois de travail d’échanges et de négociations au sein de la troisième chambre de la République. Réaction de FNE


L’eau une ressource stratégique pour l’agriculture… aussi

L’enjeu de la gestion durable de l’eau est capital pour l’agriculture, pour la pérennité de son activité et des services qu’elle nous rend en nous nourrissant. Les effets liés à son usage en agriculture impactent tous ses autres usages et fonctions, dans un système ouvert, qu’il s’agisse de ressources en eau potable ou des fonctions environnementales de l’eau pour la biodiversité et la dynamique des milieux d’un point de vue pédologique (les sols) et morphologique (le relief).

Pour Benoit Hartmann, porte-parole de FNE : « L’évolution des modes de production agricoles, l’intensification extrême obtenue grâce à l’élevage en batterie, aux tourteaux de soja importées d’Amérique du sud pour ces élevages, à l’usage de pesticides et de l’irrigation, a des conséquences souvent néfastes sur le cycle naturel de l’eau. Les algues vertes ne sont que la partie émergée de l’iceberg. La quantité et la qualité de l’eau disponible sur un bassin versant dépendent en grande partie des usages qu’en fait l’agriculture, comme gros consommateur. Lorsque la ressource se fait rare et se dégrade, comme dans beaucoup de régions tous les étés, il faut apprendre à partager et optimiser l’usage de l’eau pour restaurer sa qualité et retrouver sa disponibilité. »

Pour un usage sobre de l’eau

C’est une évidence de rappeler que nous dépendons tous de l’eau pour vivre, seul besoin commun de tous les organismes vivants. Toute la question se résume en : comment se nourrir sans pour cela épuiser et dégrader la ressource ? Comment l’agriculture peut-elle améliorer sa résilience face au changement climatique sans devoir augmenter les intrants, et entrer en concurrence avec les autres usages de l’eau ? La réponse semble tenir en deux mots : agronomie et mutualisation.

Les solutions de demain sont là aujourd’hui, dans les territoires. Il existe déjà une agriculture productive à faible niveau d’intrants permettant à des agriculteurs de bien gagner leur vie tout en préservant leurs ressources. En dépendant moins des intrants, qu’il s’agisse d’eau, mais aussi de pétrole, de pesticides et autres -comme les tourteaux de soja- les exploitations sont plus robustes et plus résilientes. En privilégiant des cultures adaptées au contexte pédo-climatique (sol et climat locaux) on peut mieux ajuster les besoins d'irrigation. Quand le climat devient méditerranéen, plutôt que de tenter vainement de rester dans le « monde d’avant » à grand coup de pesticides et d’irrigation, il faut s’adapter en cultivant d’autres variétés, en changeant de méthodes culturales. Il faut promouvoir l'agro-écologie, le « produire autrement » auquel le ministre de l’agriculture semble attaché, face à l’agriculture industrielle, réhabiliter la santé, le goût et la qualité comme critères déterminants.

Pour Jean-Claude Bévillard, vice président de FNE : « Il faut que ceux qui pratiquent cette agriculture durable et productive, qui optimise l'énorme potentiel de l'agro-écosystème pour limiter les apports d'intrants extérieurs, aient les moyens de partager leur expérience. »

La FNSEA et les Coopératives, submergés par la minorité des irrigants, refusent le dialogue et le partage de la ressource

Une fois de plus, en ne votant pas l’avis, le syndicat majoritaire de la profession agricole et les coopératives font preuve de leur conservatisme et de leur difficulté à dialoguer rationnellement lorsqu’il s’agit de l’avenir de l’agriculture, contrairement à d’autres représentants de la profession, moins dépendants de l'agro-industrie. Ceci expliquant sans doute cela. Comment ne pas voir en effet la main des lobbies dans ce vote "contre" alors que l’avis est modéré et propose aussi des pistes pour financer la mutation nécessaire d’une part de l’agriculture ?

Pour Bernard Rousseau responsable des question eau pour FNE : « La politique de l’eau ne doit pas être prise en otage par l’agriculture productiviste de la FNSEA, alors que le gouvernement a lancé une démarche d’évaluation de la politique de l’eau et qu’il se doit de défendre l’intérêt de tous les citoyens, en retrouvant le bon état des eaux comme il s’y est engagé ».

S’il avait été plus radical, l’avis aurait pu proposer l’interdiction progressive d’irriguer les céréales à seule fin d’augmenter les rendements par exemple, pour la réserver aux productions qui en dépendent comme le maraîchage l'arboriculture et l’horticulture ; ou encore proposer de taxer à 100% des polluants majeurs pour l’eau, l’environnement et la santé, comme les pesticides. Mais rien d’aussi sévère, la recherche de consensus, fût-il modeste, est sincère. Si les votes "contre" sont décevants, en revanche les abstentions sont difficiles à comprendre, surtout lorsqu’elles sont fondés sur des arguments de compétitivité. La fiscalité écologique outre qu’elle protégera les populations financera la transition vers un système à faible impact, donc concurrentiel. Ces abstentions semblent dire : nous souhaitons le changement, la transition, mais sans rien changer. C’est une occasion manquée.

Pour Bruno Genty, président de FNE : « Il est grand temps de sortir des postures et de saisir la main tendue, la FNSEA et les Coopératives ne peuvent plus se couper du reste de la société. Un pacte agricole, social et environnemental doit être noué. Un pacte où tous les acteurs impliqués, du producteur agricole au consommateur final, auront leur part de responsabilité. La solution pour s’adapter au changement climatique et sortir de la spirale de la dégradation doit être trouvée ensemble, au risque sinon de voir l’adaptation se faire aux dépends du plus grand nombre et au bénéfice temporaire de quelques-uns dont les avantages seraient bien fragiles parce qu’injustes.»

Télécharger ce communiqué en format PDF.


Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE.
Le mercredi 24 avril 2013
Je relaie J'agis Je donne