Communiqués

Climat : le (maigre) bilan gouvernemental passé à la loupe

Emmanuel Macron interviendra cet après-midi devant les 150 membres de la Convention citoyenne pour le Climat. Il donnera une nouvelle fois l’illusion de l’action. Pourtant, les chiffres sont là : la France ne respecte pas ses budgets carbone et n’a pas mis en oeuvre les moyens pour redresser la barre. Les associations du Réseau Action Climat dressent le bilan de l'impact de l'action gouvernementale sur le climat.

Les réponses politiques face au besoin d’une transition écologique, socialement juste, ne sont pas à la hauteur et ne permettent pas de créer le climat de confiance nécessaire pour impulser les transformations sociétales dont nous avons besoin pour préserver un monde vivable pour tous. Ces changements concernent aussi les secteurs productifs : l’industrie et l’agriculture. Il est grand temps d’aligner le besoin de leur transformation à l’urgence climatique avec une promesse d’accompagnement des entreprises, des territoires et des salariés et sous-traitants. Le maintien du statu quo ne créera que des perdants…

Le Réseau Action Climat et ses associations membres font le bilan de l’action d’Emmanuel Macron sur les politiques nationales pour le climat depuis le début de son quinquennat et les résultats sont loin d’être à la hauteur des discours. Son intervention devant la convention citoyenne pour le climat ne changera pas la donne. C’est bien d’actes concrets et de transformations profondes et justes dont nous avons besoin.

Le Haut Conseil pour le Climat a rappelé dans son rapport en juin dernier que la France devrait multiplier par au moins trois d’ici 2025 la baisse annuelle de ses émissions de gaz à effet de serre pour atteindre ses objectifs. Or, les lois votées l’année dernière sont largement insuffisantes pour respecter cette trajectoire. L’écart entre les objectifs et la réalité risque encore de se creuser. Alors que l’accord de Paris va entrer en vigueur, que les engagements des Etats doivent être revus à la hausse pour respecter l’objectif de rester bien en deçà de 2°C et autant que possible à 1,5°C, cet échec français est un très mauvais signal pour emmener les autres pays vers une réhausse de l’ambition et éviter les impacts catastrophiques pour les populations les plus fragiles.

Au sein de l’Union européenne, il est vrai que la France se montre volontaire et fait partie des pays qui portent une ambition climatique renouvelée pour l’Europe, avec des succès notamment la relève de l’objectif de développement des énergies renouvelables pour 2030 ou la fin des financements aux énergies fossiles de la Banque européenne d’investissements d’ici 2021. De même, l’annonce du doublement de sa contribution financière au fonds vert permet de créer une dynamique à l’échelle internationale. Emmanuel Macron s’est posé en champion du climat sur la scène internationale.

Néanmoins, les mauvais résultats au niveau national mettent en péril sa crédibilité et celle de la France. Il n’a pas d’autre alternative que de passer sérieusement à l’action sans plus attendre.

Voir l'analyse complète

Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE
Le vendredi 10 janvier 2020
Je relaie J'agis Je donne