Communiqués

Convention pour le développement de l’hydroélectricité : FNE ne signe pas !

<strong><br />
</strong>
<div align="justify"><strong>Les Faits</strong><br />
<br />
Etabli &agrave; l&rsquo;occasion de la r&eacute;vision des Sch&eacute;mas Directeurs d&rsquo;Am&eacute;nagement et de Gestion des Eaux, &laquo; l&rsquo;&eacute;tat des lieux &raquo; r&eacute;alis&eacute; dans les bassins hydrographiques, montre que les impacts de l&rsquo;hydro&eacute;lectricit&eacute; constituent l&rsquo;un des obstacles majeurs &agrave; l&rsquo;atteinte des objectifs fix&eacute;s &agrave; la France par la Directive Cadre Europ&eacute;enne dans le domaine de l&rsquo;eau (1). <br />
<br />
Suite au Grenelle de l&rsquo;Environnement, Monsieur Jean Louis Borloo, Ministre d&rsquo;Etat, de l&rsquo;Energie, du D&eacute;veloppement Durable et de la Mer, avait annonc&eacute; le plan de relance de l&rsquo;hydro&eacute;lectricit&eacute; en France, lors d&rsquo;une conf&eacute;rence de presse &agrave; G&eacute;nissiat en juillet 2008. Sans tenir aucun compte de l&rsquo;opposition qui existe entre la continuit&eacute; &eacute;cologique des cours d&rsquo;eau et l&rsquo;&eacute;dification de barrages, les pouvoirs publics annonc&egrave;rent une augmentation substantielle (environ 8%) de notre parc d&rsquo;&eacute;quipement hydro&eacute;lectrique.<br />
<br />
Pour r&eacute;soudre ce qui semblait appara&icirc;tre &agrave; certains comme une contradiction majeure, une &laquo; Table ronde Hydro&eacute;lectrique &raquo; fut alors constitu&eacute;e. Elle r&eacute;unissait les diff&eacute;rentes parties prenantes : associations d&rsquo;&eacute;lus, syndicats repr&eacute;sentant la grande et la petite hydro&eacute;lectricit&eacute;, et des associations environnementales dont la f&eacute;d&eacute;ration France Nature Environnement. Son objectif : l&rsquo;&eacute;laboration d&rsquo;une charte de d&eacute;veloppement de l&rsquo;hydro&eacute;lectricit&eacute; que les diff&eacute;rentes parties prenantes allaient devoir signer. <br />
<br />
Apr&egrave;s presque deux ann&eacute;es de r&eacute;unions, et de d&eacute;bats autour d&rsquo;un texte initial fortement impr&eacute;gn&eacute; par une culture &eacute;nerg&eacute;tique productiviste, les parties prenantes sont convi&eacute;es le mercredi 23 juin &agrave; 8h30 &agrave; parapher le texte final, &agrave; Paris en l&rsquo;H&ocirc;tel de Roquelaure en pr&eacute;sence de Monsieur Jean Louis Borloo et de Madame Chantal Jouanno qui seront les premiers &agrave; le signer. FNE ne sera ni pr&eacute;sente &agrave; cette manifestation, ni signataire de cette convention. <br />
<br />
<strong>Les raisons de ne pas signer cette convention</strong><br />
<br />
Elles apparaissent dans le titre de la convention : &laquo; Convention d&rsquo;engagements pour le d&eacute;veloppement d&rsquo;une hydro&eacute;lectricit&eacute; durable en coh&eacute;rence avec la restauration des milieux aquatiques suite au Grenelle de l&rsquo;Environnement &raquo;.<br />
Signer cette convention, c&rsquo;est s&rsquo;engager pour le d&eacute;veloppement de l&rsquo;hydro&eacute;lectricit&eacute; dans un pays o&ugrave; pratiquement tous les fleuves et toutes les rivi&egrave;res sont d&eacute;j&agrave; fortement &eacute;quip&eacute;s. Signer, c&rsquo;est s&rsquo;engager &agrave; accepter la destruction &agrave; terme des derniers tron&ccedil;ons de rivi&egrave;res vivantes du pays, et notamment des petits cours d&rsquo;eau, souvent de tr&egrave;s bonne qualit&eacute;. <br />
<br />
Les grands sites &eacute;nerg&eacute;tiques &eacute;tant d&eacute;j&agrave; pourvus, signer c&rsquo;est accepter l&rsquo;installation de 500 &agrave; 1000 microcentrales qui viendraient s&rsquo;ajouter aux 1500 ouvrages qui, d&eacute;j&agrave;, barrent, d&eacute;tournent et modulent le d&eacute;bit des cours d&rsquo;eau. Et tout cela, nous dit-on, pour lutter contre l&rsquo;effet de serre en &eacute;vitant de produire du CO2.<br />
<br />
Cet objectif laisse FNE dubitative, car la contribution de la France ne repr&eacute;sente qu&rsquo;environ 1% des &eacute;missions mondiales de Gaz &agrave; effet de serre (GES). Sur ce 1%, la tr&egrave;s grande majorit&eacute; des GES, est issue de la combustion des produits fossiles carbon&eacute;s (1). Ce ne sont pas 500 ou 1000 microcentrales suppl&eacute;mentaires qui vont changer le bilan carbone du pays ni sauver le monde d&rsquo;effets climatiques d&eacute;sastreux, pas plus que le nucl&eacute;aire qui repr&eacute;sente pourtant un apport d&rsquo;&eacute;nergie significatif(2). Nous sommes d&rsquo;autant plus dubitatifs, qu&rsquo;on envisage toujours une augmentation de la consommation des produits fossiles carbon&eacute;s, donc une augmentation des concentrations des GES dans l&rsquo;atmosph&egrave;re. <br />
<br />
FNE n&rsquo;est pas anti-hydro&eacute;lectricit&eacute;. Mais en France, pays d&eacute;j&agrave; fortement &eacute;quip&eacute; en grands barrages hydro&eacute;lectriques, nous avons atteint la limite. Toutefois, nous sommes favorables &agrave; la modernisation et &agrave; l&rsquo;optimisation &eacute;nerg&eacute;tique des ouvrages existants en y int&eacute;grant bien s&ucirc;r des crit&egrave;res environnementaux&hellip;l&rsquo;Etat s&rsquo;engageant &agrave; les faire respecter. Il est bon de rappeler que FNE milite pour une soci&eacute;t&eacute; qui vise la sobri&eacute;t&eacute; &eacute;nerg&eacute;tique et la r&eacute;duction de l&rsquo;utilisation des ressources.<br />
<br />
La deuxi&egrave;me partie du titre annonce : &laquo; une hydro&eacute;lectricit&eacute; durable en coh&eacute;rence avec la restauration des milieux &raquo;. Comme il n&rsquo;existe pas de barrages qui ne barrent pas les rivi&egrave;res, la seule mani&egrave;re efficace pour restaurer les milieux, c&rsquo;est soit de d&eacute;construire ceux qui existent et qui sont probl&eacute;matiques comme Pout&egrave;s Monistrol(3), soit de ne pas en construire de nouveaux, et ceci en coh&eacute;rence avec l&rsquo;esprit de la Directive Cadre sur l&rsquo;Eau qui pr&ocirc;ne la continuit&eacute; &eacute;cologique des cours d&rsquo;eau. Un vrai challenge pour cette convention&hellip;qui ne donne pas le mode d&rsquo;emploi pour r&eacute;soudre cette contradiction majeure.<br />
<br />
Pour FNE, l&rsquo;efficience environnementale de cette convention n&rsquo;est pas av&eacute;r&eacute;e, elle poursuit d&rsquo;autres buts. Quand on milite depuis des d&eacute;cennies pour une Loire Vivante, et des rivi&egrave;res libres, comme le fait FNE, il n&rsquo;est pas possible de signer cette convention.<br />
<br />
(1) : DCE et continuit&eacute; &eacute;cologique, bon &eacute;tat &eacute;cologique voir &laquo; lettre eau &raquo; N&deg;49 et N&deg;50 ; pour CO2, &eacute;nergie fossile et l&rsquo;hydro&eacute;lectricit&eacute;, voir les &laquo; lettres Eau &raquo; N&deg; 45 ; N&deg; 46 ; N&deg; 47 et la LH en 2009 <br />
<br />
(2) : La seule solution pour lutter efficacement contre l&rsquo;effet de serre est de r&eacute;duire fortement la consommation mondiale de produits fossiles carbon&eacute;s, y compris la n&ocirc;tre. <br />
<br />
(3) : Le d&eacute;mant&egrave;lement du barrage de Pout&egrave;s Monistrol &eacute;tait inscrit dans la convention, il en a &eacute;t&eacute; sorti dans la phase finale des discussions : une grande victoire associative ! <br />
<br />
<a href="/sites/default/files/com/cp_en_pdf_2/cp-210610-02.pdf">T&eacute;l&eacute;charger ce communiqu&eacute; en format PDF.</a><br />
<br />
</div>

Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE.
Le lundi 21 juin 2010
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don