Communiqués

Convention pour le développement de l’hydroélectricité : FNE ne signe pas !


Les Faits

Etabli à l’occasion de la révision des Schémas Directeurs d’Aménagement et de Gestion des Eaux, « l’état des lieux » réalisé dans les bassins hydrographiques, montre que les impacts de l’hydroélectricité constituent l’un des obstacles majeurs à l’atteinte des objectifs fixés à la France par la Directive Cadre Européenne dans le domaine de l’eau (1).

Suite au Grenelle de l’Environnement, Monsieur Jean Louis Borloo, Ministre d’Etat, de l’Energie, du Développement Durable et de la Mer, avait annoncé le plan de relance de l’hydroélectricité en France, lors d’une conférence de presse à Génissiat en juillet 2008. Sans tenir aucun compte de l’opposition qui existe entre la continuité écologique des cours d’eau et l’édification de barrages, les pouvoirs publics annoncèrent une augmentation substantielle (environ 8%) de notre parc d’équipement hydroélectrique.

Pour résoudre ce qui semblait apparaître à certains comme une contradiction majeure, une « Table ronde Hydroélectrique » fut alors constituée. Elle réunissait les différentes parties prenantes : associations d’élus, syndicats représentant la grande et la petite hydroélectricité, et des associations environnementales dont la fédération France Nature Environnement. Son objectif : l’élaboration d’une charte de développement de l’hydroélectricité que les différentes parties prenantes allaient devoir signer.

Après presque deux années de réunions, et de débats autour d’un texte initial fortement imprégné par une culture énergétique productiviste, les parties prenantes sont conviées le mercredi 23 juin à 8h30 à parapher le texte final, à Paris en l’Hôtel de Roquelaure en présence de Monsieur Jean Louis Borloo et de Madame Chantal Jouanno qui seront les premiers à le signer. FNE ne sera ni présente à cette manifestation, ni signataire de cette convention.

Les raisons de ne pas signer cette convention

Elles apparaissent dans le titre de la convention : « Convention d’engagements pour le développement d’une hydroélectricité durable en cohérence avec la restauration des milieux aquatiques suite au Grenelle de l’Environnement ».
Signer cette convention, c’est s’engager pour le développement de l’hydroélectricité dans un pays où pratiquement tous les fleuves et toutes les rivières sont déjà fortement équipés. Signer, c’est s’engager à accepter la destruction à terme des derniers tronçons de rivières vivantes du pays, et notamment des petits cours d’eau, souvent de très bonne qualité.

Les grands sites énergétiques étant déjà pourvus, signer c’est accepter l’installation de 500 à 1000 microcentrales qui viendraient s’ajouter aux 1500 ouvrages qui, déjà, barrent, détournent et modulent le débit des cours d’eau. Et tout cela, nous dit-on, pour lutter contre l’effet de serre en évitant de produire du CO2.

Cet objectif laisse FNE dubitative, car la contribution de la France ne représente qu’environ 1% des émissions mondiales de Gaz à effet de serre (GES). Sur ce 1%, la très grande majorité des GES, est issue de la combustion des produits fossiles carbonés (1). Ce ne sont pas 500 ou 1000 microcentrales supplémentaires qui vont changer le bilan carbone du pays ni sauver le monde d’effets climatiques désastreux, pas plus que le nucléaire qui représente pourtant un apport d’énergie significatif(2). Nous sommes d’autant plus dubitatifs, qu’on envisage toujours une augmentation de la consommation des produits fossiles carbonés, donc une augmentation des concentrations des GES dans l’atmosphère.

FNE n’est pas anti-hydroélectricité. Mais en France, pays déjà fortement équipé en grands barrages hydroélectriques, nous avons atteint la limite. Toutefois, nous sommes favorables à la modernisation et à l’optimisation énergétique des ouvrages existants en y intégrant bien sûr des critères environnementaux…l’Etat s’engageant à les faire respecter. Il est bon de rappeler que FNE milite pour une société qui vise la sobriété énergétique et la réduction de l’utilisation des ressources.

La deuxième partie du titre annonce : « une hydroélectricité durable en cohérence avec la restauration des milieux ». Comme il n’existe pas de barrages qui ne barrent pas les rivières, la seule manière efficace pour restaurer les milieux, c’est soit de déconstruire ceux qui existent et qui sont problématiques comme Poutès Monistrol(3), soit de ne pas en construire de nouveaux, et ceci en cohérence avec l’esprit de la Directive Cadre sur l’Eau qui prône la continuité écologique des cours d’eau. Un vrai challenge pour cette convention…qui ne donne pas le mode d’emploi pour résoudre cette contradiction majeure.

Pour FNE, l’efficience environnementale de cette convention n’est pas avérée, elle poursuit d’autres buts. Quand on milite depuis des décennies pour une Loire Vivante, et des rivières libres, comme le fait FNE, il n’est pas possible de signer cette convention.

(1) : DCE et continuité écologique, bon état écologique voir « lettre eau » N°49 et N°50 ; pour CO2, énergie fossile et l’hydroélectricité, voir les « lettres Eau » N° 45 ; N° 46 ; N° 47 et la LH en 2009

(2) : La seule solution pour lutter efficacement contre l’effet de serre est de réduire fortement la consommation mondiale de produits fossiles carbonés, y compris la nôtre.

(3) : Le démantèlement du barrage de Poutès Monistrol était inscrit dans la convention, il en a été sorti dans la phase finale des discussions : une grande victoire associative !

Télécharger ce communiqué en format PDF.

Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE.
Le lundi 21 juin 2010
Je relaie J'agis Je donne