Communiqués

Cop21 : la chine fait partie de la solution

Première contributrice mondiale en termes d’émissions de gaz à effet de serre, la Chine va jouer un rôle clef dans les négociations climat. L’accord de Paris ne pourra atteindre ses objectifs s’il n’inclut pas les principaux pollueurs. Demain mardi 1er décembre, le Forum Chine Europe, organisation qui œuvre au rapprochement et à la collaboration entre les sociétés civiles chinoise et européenne, organise une grande conférence au Bourget. L’occasion pour FNE, qui participe activement à cette initiative depuis plus d’un an, de rappeler les enjeux relatifs à l’intégration de la Chine à la lutte contre les changements climatiques.

L’accord ne se fera pas sans la Chine

L’objectif de la COP21 est d’intégrer tous les pays membres de la convention climat et de faire en sorte qu’ils contribuent à l’effort global de réduction des émissions. Le protocole de Kyoto de 1997 avait « épargné » les pays en développement et les pays les moins avancés, estimant alors qu’il était trop tôt. Aujourd’hui la situation a changé et l’urgence climatique est telle que l’action doit être globale et collective. Par ailleurs, la Chine est devenue l’une des principales puissances économiques mondiales tout en étant le premier pays émetteur de GES.

Calcul des émissions de GES : une comptabilisation tronquée

L’intégration de la Chine à l’effort global soulève la question du calcul des gaz à effet de serre et de la responsabilité des pays développés. Actuellement, la comptabilisation des émissions utilisées dans le cadre de la convention climat repose sur une évaluation territoriale. Sont inclus dans ce périmètre les émissions des ménages (chauffage et voiture), celles des industries, de l’agriculture et de l’énergie. Or avec le paysage industriel mondial actuel et le développement des échanges internationaux, cette méthodologie ne donne pas une image exacte des émissions générées par les habitants d’un pays qui sont liées à l’ensemble des biens consommés et des services utilisés.  Depuis 2007 la Chine émet officiellement plus de CO2 que les Etats-Unis. Mais en application du principe de comptabilisation des émissions liées à la consommation, un citoyen des Etats-Unis émet trois fois plus qu’un chinois.

Les sociétés civiles européennes et chinoises s’engagent

Dans un texte qui sera présenté officiellement demain au Bourget les ONG rappellent plusieurs principes forts qui doivent guider la coopération sino-européenne : révision de la gouvernance internationale en laissant une plus large place à la société civile, instauration d’une taxe carbone mondiale, fixation d’un objectif 100 % énergies renouvelables, etc.

Pour Denez l’Hostis, président de FNE : « L’un des enjeux de la COP21 est d’obtenir un accord universel associant l’ensemble des Etats membres de la convention climat. A ce titre la participation pleine et entière de la Chine s’avère nécessaire et incontournable. Elle ne saurait être possible sans une mobilisation forte des sociétés civiles sino-européennes à laquelle  FNE prend part aux côtés du Forum Chine Europe. »

Télécharger ce communiqué en format PDF.

 

Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE
Le lundi 30 novembre 2015
Je relaie J'agis Je donne