Communiqués

Création du Parc naturel marin de l'estuaire de la Gironde et des Pertuis charentais…sur le papier !

Ce samedi, la ministre de l’Ecologie signera enfin le décret de création du septième Parc Naturel Marin français, celui de l'estuaire de la Gironde et des Pertuis charentais, le plus grand de métropole ! Après un abandon de 5 ans, France Nature Environnement et ses associations membres la LPO, la SEPANSO Gironde, Nature Environnement 17, Ré Nature Environnement, Vendée Nature Environnement et Coorlit 85, mobilisées depuis le début du projet, saluent cette bonne nouvelle mais restent exigeantes concernant les objectifs et la gouvernance du parc et s’inquiètent des moyens humains et financiers qui seront déployés. Explications.

<strong><br />
</strong>
<div align="justify"><strong>Un parc attendu pour un milieu exceptionnel </strong><br />
<br />
6 000 km&sup2;, 700 kilom&egrave;tres de c&ocirc;tes, des zones d&rsquo;enjeux &eacute;cologiques majeurs, une multitude d&rsquo;activit&eacute;s maritimes&hellip;Nos associations soutiennent pleinement l&rsquo;esprit de ce parc marin qui conduira les acteurs du littoral, &agrave; approfondir leurs connaissances des milieux marins et estuariens, &agrave; d&eacute;battre de fa&ccedil;on concert&eacute;e &agrave; propos des orientations &agrave; donner aux activit&eacute;s maritimes et nautiques dans le but d&rsquo;en p&eacute;renniser les ressources, prot&eacute;ger les milieux marins et assurer la vie &eacute;conomique raisonn&eacute;e des territoires concern&eacute;s. Rappelons qu&rsquo;un parc marin a pour mission premi&egrave;re la connaissance du patrimoine marin, puis la protection du milieu marin, et, enfin, son d&eacute;veloppement durable. Son action doit viser &agrave; concilier les activit&eacute;s existantes les unes avec les autres en s'appuyant sur le rassemblement, au sein d&rsquo;un seul conseil de gestion tel un &laquo; parlement de la mer &raquo;, des &eacute;lus, professionnels, usagers et associations territorialement concern&eacute;s.<br />
<br />
Pour Allain Bougrain Dubourg, Pr&eacute;sident de la LPO : &laquo; <em>La LPO se r&eacute;jouit de la cr&eacute;ation du Parc Marin, qui vient conforter notamment les r&eacute;serves naturelles qu&rsquo;elle g&egrave;re et qui accueillent les effectifs d&rsquo;oiseaux hivernants les plus importants de la fa&ccedil;ade Atlantique.</em>&raquo;<br />
<br />
A cette occasion, FNE et ses associations membres attendent la reconnaissance et un appui pour les gestionnaires associatifs des aires prot&eacute;g&eacute;es.<br />
<br />
<strong>Pour un parc repr&eacute;sentatif des int&eacute;r&ecirc;ts environnementaux</strong><br />
<br />
La cr&eacute;ation de ce parc est une bonne nouvelle pour les milieux marin et estuarien. N&eacute;anmoins, les associations exigent que soient d&eacute;finis un p&eacute;rim&egrave;tre coh&eacute;rent et une gouvernance &eacute;quilibr&eacute;e afin de d&eacute;fendre les int&eacute;r&ecirc;ts de ce milieu naturel remarquable &agrave; sa juste mesure.<br />
<br />
Nos associations demandent l&rsquo;int&eacute;gration du plateau de Rochebonne ainsi qu&rsquo;un d&eacute;coupage en deux comit&eacute;s g&eacute;ographiques et non trois[1], comme propos&eacute; lors des derni&egrave;res r&eacute;unions de concertation et ce, afin de respecter le fonctionnement naturel des milieux.<br />
<br />
Par ailleurs, un parc marin concilie nature et activit&eacute;s. La repr&eacute;sentativit&eacute; des d&eacute;fenseurs de l&rsquo;environnement s&rsquo;am&eacute;liore, tout en restant malheureusement toujours minoritaire, ce qui est insatisfaisant. Les oc&eacute;ans, &eacute;tant devenus progressivement de nouveaux moteurs &eacute;conomiques (&eacute;nergies marines renouvelables, extraction de granulats marins, etc.), nos associations poursuivront leur investissement au sein du &laquo; parlement de la mer &raquo; et exigeront que la protection du milieu marin soit clairement affich&eacute;e dans les orientations du parc afin d&rsquo;&eacute;viter un accaparement par les activit&eacute;s &eacute;conomiques. <br />
<br />
Pour Yves Le Quellec, pr&eacute;sident de Vend&eacute;e Nature Environnement : &laquo; <em>Cette cr&eacute;ation est une bonne nouvelle et contribuera &agrave; renforcer le lien terre-mer, n&eacute;glig&eacute; aujourd&rsquo;hui. Parce que l&rsquo;essentiel de la pollution en mer vient des bassins versants, nous ferons en sorte de consolider les travaux portant sur l&rsquo;interface entre les espaces marins et terrestres.</em> &raquo;<br />
<br />
<strong>Une belle ambition&hellip;sur le papier pour l&rsquo;instant !</strong><br />
<br />
Depuis l&rsquo;enqu&ecirc;te publique en 2011, nos associations n&rsquo;ont cess&eacute; de s&rsquo;interroger sur les engagements humains, techniques et financiers dont sera dot&eacute; le parc marin. A ce jour, ces interrogations ne peuvent &ecirc;tre que renforc&eacute;es aux regards des actualit&eacute;s r&eacute;centes : Cr&eacute;ation du parc marin du bassin d&rsquo;Arcachon, projets de parcs marins en Martinique ainsi qu&rsquo;au Cap Corse, extension du r&eacute;seau Natura 2000 en mer, mise en &oelig;uvre de la directive-cadre strat&eacute;gie pour le milieu marin, int&eacute;gration de l&rsquo;agence des Aires Marines Prot&eacute;g&eacute;es au sein de l&rsquo;Agence Fran&ccedil;aise pour la Biodiversit&eacute;, etc. Les surfaces &agrave; prot&eacute;ger et les probl&eacute;matiques marines augmentent, pas les moyens. Nos associations s&rsquo;interrogent donc sur la strat&eacute;gie de la France en mati&egrave;re de protection du milieu marin et rappellent qu&rsquo;un parc marin a besoin de ressources pour fonctionner, r&eacute;pondre aux enjeux et &agrave; ses missions et mener des projets. L'&eacute;tendue et la diversit&eacute; des probl&eacute;matiques du parc marin de l'estuaire de la Gironde et des Pertuis charentais appelleront ind&eacute;niablement des moyens accrus en termes de personnels, de sp&eacute;cialistes et de r&eacute;partition g&eacute;ographique.<br />
<br />
Pour Denez L&rsquo;Hostis, pr&eacute;sident de France Nature Environnement et administrateur de l&rsquo;Agence des Aires Marines Prot&eacute;g&eacute;es: &laquo;<em>Rappelons que les oc&eacute;ans sont les premi&egrave;res victimes des changements climatiques et sont au c&oelig;ur de la machine climatique plan&eacute;taire. La cr&eacute;ation de parcs naturels marins peut et doit r&eacute;pondre aux enjeux des changements climatiques. A l&rsquo;approche de la COP21, la France, second domaine maritime mondial, doit se montrer exemplaire en la mati&egrave;re en mettant en &oelig;uvre une strat&eacute;gie ambitieuse de cr&eacute;ation et de gestion des aires marines prot&eacute;g&eacute;es ! </em>&raquo;<br />
<br />
[1] Les trois comit&eacute;s g&eacute;ographiques propos&eacute;s &eacute;taient le littoral vend&eacute;en, la mer des Pertuis et l&rsquo;estuaire de la Gironde<br />
<a href="/sites/default/files/com/cp_en_pdf_2/cp-030415.pdf"><br />
T&eacute;l&eacute;charger ce communiqu&eacute; en format PDF.</a><br />
</div>
<br />

Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE.
Le mardi 07 avril 2015
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don