Communiqués

Entretenir nos autoroutes plutôt que d’en construire des nouvelles

Le ministre de l’Economie vient d’annoncer que le groupe de travail consacré aux autoroutes présentera ses conclusions le 10 mars prochain. Rappelons que l’Etat est actuellement en discussion avec les sociétés concessionnaires d’autoroute pour négocier un plan de relance. Cette négociation se fait en dehors de toute consultation du parlement et pourrait conduire à prolonger certaines concessions pour quatre années supplémentaires. Un cadeau financier pour les sociétés concessionnaires.


La hausse des tarifs est nécessaire pour les poids-lourds

Quoi de plus normal qu’une hausse des péages d’utilisation des autoroutes si cette augmentation correspond à ce qui est appliqué dans d’autres modes de transport comme le ferroviaire ? Au lieu d’interdire ces augmentations, l’Etat devrait exercer son rôle de contrôle et appliquer le principe utilisateur-payeur. Actuellement, un poids lourd paie un tarif seulement trois fois plus élevé qu’une voiture individuelle alors que l’usure de la chaussée peut être 1000 à 10 000 fois plus élevée ! De la même façon, les péages peuvent être modulés en fonction des normes de pollution, ce qui inciterait les utilisateurs à l’achat de véhicules moins polluants. Alors que les concessionnaires d’autoroutes ont bénéficié de nombreux avantages, ces recettes supplémentaires provenant des poids lourds pourraient permettre de financer les modes de transport alternatifs via l’AFITF1 .

Un plan de relance totalement inutile

L’Etat propose de prolonger encore le réseau autoroutier, alors que les derniers projets mis en service ont bien confirmé que les prévisions étaient totalement surestimées et que les trafics n’étaient pas au rendez-vous. Nous souhaitons que l’Etat privilégie des travaux d’entretien du réseau autoroutier pour les maintenir en bon état. Comme pour les autres infrastructures de transports, FNE recommande que ceci se fasse par l’intermédiaire des Contrats de Plan Etat Région en cours de négociation. Les CPER sont négociés pour une période de quatre à cinq ans, ce qui permet un contrôle immédiat. L’entretien n’est plus assuré et le réseau national routier non concédé se dégrade car les crédits d’entretien et de modernisation (en particulier pour la sécurité routière) sont de plus en plus faibles.

Michel Dubromel, responsable du dossier Transports : « Parmi les travaux urgents, les mesures en faveur de la biodiversité pour respecter les continuités écologiques des infrastructures autoroutières doivent être considérées comme une priorité. Ces mesures n’en étaient pas une dans le paquet Vert2 précédemment négocié.L’Etat devrait se concentrer sur la maîtrise du patrimoine autoroutier en rachetant les concessions autoroutières et en garantissant l’entretien du réseau routier, celui qui est le plus utilisé pour nos déplacements quotidiens. Il doit disposer de temps pour négocier au mieux le rachat des autoroutes au lieu de de se précipiter. »

1agence de financement des infrastructures de transport de France

2en janvier 2010, le Ministère signe des "Avenants verts" avec les 5 sociétés concessionnaires d'Autoroutes. En échange d'un allongement de 1 an des contrats de concession, les sociétés concessionnaires s'engagent à réaliser des travaux pour un montant de 1, 023 milliards. Les travaux seont réalisés pour préserver ds zones hydrauliques sensibles, protéger les riverains contre le bruit, sauvegarder la biodiversité, restaurer les aires de repos et réduire les émissions polluantes.



Télécharger ce communiqué en format PDF.

En savoir plus sur les concessions autoroutières
Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE.
Le jeudi 05 mars 2015
Je relaie J'agis Je donne