Communiqués

Interdiction du Cruiser : victoire pour les abeilles et FNE !

Le Ministre de l’agriculture a confirmé ce jour sa décision d’interdire le Cruiser sur colza. FNE se félicite de cette décision et demande de poursuivre sur cette dynamique en interdisant toute la famille des néonicotinoïdes, ces insecticides qui – comme le Gaucho – sont dangereux pour les abeilles.


Une première victoire dans un combat de longue haleine

Depuis son autorisation en enrobage des semences de maïs en 2008, FNE n’a cessé de se battre contre le Cruiser, cet insecticide devenu tristement célèbre en raison du danger qu’il représente pour les abeilles. En plus du plaidoyer auprès du Ministère de l’agriculture, FNE avait lancé une large pétition, une campagne d’affichage dans le métro et plusieurs actions en justice.

Aujourd’hui, un mois après avoir annoncé son intention de le faire, le Ministre confirme l’interdiction du Cruiser sur colza. Cette décision repose sur un nouvel avis de l’ANSES montrant l’effet de ce produit sur les abeilles, et intervient après avoir reçu l’avis de la société Syngenta, productrice de l’insecticide.

Pour Claudine Joly, chargée du dossier à FNE : « C’est une première victoire. Le colza étant la première plante mellifère de France, l’interdiction sur colza était la première des priorités, nous nous félicitons de cette décision qui marque un tournant dans la lutte contre les fléaux qui menacent les pollinisateurs. »

Aller plus loin pour sauver les pollinisateurs

FNE rappelle que le Cruiser n’est malheureusement pas autorisé que sur colza. Le maïs, la betterave et le pois sont aussi concernés.FNE rappelle également qu’au-delà du Cruiser, c’est globalement toute la famille des néonicotinoïdes, dont fait partie le fameux Gaucho, qui doit être réévaluée, comme le recommande l’ANSES.

Pour Jean-Claude Bévillard, Vice-Président de FNE en charge des questions agricoles : « En attendant la réévaluation européenne des néonicotinoïdes, nous recommandons d’appliquer le principe de précaution et d’interdire tous les pesticides à base de néonicotinoïdes, qui sont dangereux pour les abeilles. L’utilisation généralisée des insecticides en enrobage de semences représente un danger pour la biodiversité dans son ensemble. »

FNE rappelle que la survie de 80% des espèces végétales dépend directement de la pollinisation par les insectes. Pour sauver les pollinisateurs, l’interdiction des insecticides les plus dangereux est une priorité, mais il faut voir au-delà en réduisant de moitié l’usage des pesticides d’ici 2018, en diversifiant les cultures dans les champs et en recréant, dans les exploitations agricoles, des espaces de « nature » comme les haies, bosquets, bandes fleuries…

Télécharger ce communiqué en format PDF.


Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE.
Le vendredi 29 juin 2012
Je relaie J'agis Je donne