Communiqués

La France face à la sécheresse : comment sortir de l’impasse ?

Vendredi 10 novembre 2017, se tenait la première journée thématique de la COP23, consacrée à l’eau, l’agriculture et le climat. Alors que les questions de gestion équilibrée de l’eau sont au cœur des débats, la France vit un épisode de sécheresse alarmant et prolongé. Déficit de précipitations, artificialisation progressive des sols urbains et agricoles, besoins croissants de l’agriculture en eau … France Nature Environnement insiste sur l’urgence de la situation et rappelle que des solutions respectant les milieux et l’équilibre des usages existent.

Sécheresse hivernale et printanière : des niveaux exceptionnellement bas

Les faibles pluies de l’hiver et du printemps dernier n’ont pas suffi à recharger les nappes souterraines, classant l’hiver 2016-2017 parmi les 5 hivers les plus secs selon Météo France. Les pluies de printemps n’ont pas permis de compenser les déficits de recharge cumulés. Alors que des arrêtés « sécheresse », censés faire face à la crise, ont été pris depuis le printemps, de son côté, France Nature Environnement alertait cet été sur les nombreuses dérogations prises au niveau préfectoral pour autoriser les prélèvements d’eau, cela majoritairement à des fins d’irrigation agricole. Ces prélèvements ont porté atteinte à l’intégrité des milieux aquatiques et ont parfois engendré des conflits avec l’usage prioritaire de l’alimentation en eau potable de la population.

Début septembre, 83 départements en France métropolitaine faisaient l’objet d’arrêtés sécheresse, dont 42 au stade « crise ». La situation début novembre reste préoccupante, avec encore 22 arrêtés sécheresse en cours. Parfois, les restrictions ont été levées alors que la situation n’a pas évolué ou a même empiré. Aujourd’hui, certaines communes voient leurs réservoirs d’eau atteindre des niveaux critiques. Des sources se tarissent, obligeant les communes à remplir leurs réservoirs d’eau par camions citernes, afin d’assurer la distribution d’eau potable. Malgré tout, des habitants subissent une pression faible au robinet, des coupures, voire plus du tout d’eau comme c’est le cas dans des petites communes de Côte d’Or ou encore d’Alpes-Maritimes.

Une situation alarmante, mais pas désespérée : des solutions existent

La situation n’est pas encore irréversible. Un retour à la normale est possible si des pluies efficaces ou des chutes de neige importantes viennent reconstituer à terme les réserves d’eau naturelles, durant l’automne, l’hiver et le printemps. Mais nous ne pouvons pas uniquement compter sur les pluies à venir. Afin de préserver nos ressources en eau et éviter qu’une telle situation devienne la norme, il est urgent de réduire et d’adapter la consommation d’eau, à toutes les échelles et dans tous les domaines :

Lorraine Levieuge, chargée de mission Ressources en eau et milieux aquatiques de France Nature Environnement, conclut : « La situation de cette année doit nous faire prendre conscience de la valeur de la ressource en eau dans un contexte de réchauffement planétaire toujours plus critique. Tous les projets fondés sur la disponibilité de la ressource en eau (alimentation humaine, irrigation, industrie, énergie) doivent désormais tenir compte du risque de sa diminution. Il est crucial de préserver l’eau des pollutions et des prélèvements excessifs, pour garantir à tous, pour demain, un accès à une eau de qualité. Dans le cadre des négociations en cours à la COP23, la France doit porter une position ambitieuse en termes de financements et de solidarité pour s’adapter au mieux aux effets de changements climatiques sur la ressource en eau ».

Photo : La Loire asséchée
© Lorraine Levieuge
Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE
Le lundi 13 novembre 2017
Je relaie J'agis Je donne