Communiqués

La société civile méditerranéenne s’engage pour faire face à la « méditerranéisation » du climat

Alors que les discussions portant sur l’adaptation aux effets des changements climatiques se déroulent dans le cadre de la COP21, plusieurs ONG du bassin Méditerranéen regroupée dans l’Alliance pour une Méditerranée Solidaire et Durable (AMSD) proposent samedi 5 décembre une conférence internationale dans le cadre du Climat Forum à Montreuil. Originaires des rives nord et sud, elles présentent les bonnes pratiques, retours d’expériences et propositions pour faire face aux effets des changements climatiques et à la « méditerranéisation » du climat qui est en train de s’opérer en Europe.

Vers une « méditerranéisation » du climat

 

Les effets du réchauffement planétaire sont particulièrement intenses sur le pourtour méditerranéen. On constate notamment une forte augmentation des températures, une baisse des précipitations annuelles variant selon les régions qui engendre une augmentation de la fréquence et de l’intensité des phénomènes extrêmes de sécheresse et d’inondation, un phénomène d’érosion côtière de plus en plus fort… Ces effets s’exacerbent sur la rive sud et gagnent peu à peu la rive nord. On parle dès lors de « méditérranéisation » du climat.

 

Diffuser et soutenir les bonnes pratiques et la coopération

 

Les sociétés méditerranéennes sont porteuses de solutions pour faire face à ces effets croissants des changements climatiques. L’AMSD s’emploie à  les promouvoir et les diffuser aussi bien au niveau de chaque Etat qu’au niveau supra-national de part et d’autre de la Méditerranée. Les pays de la rive sud disposent d’un savoir-faire séculaire en la matière. Une logique de coopération Sud-Nord s’impose de plus en plus.

 

Les Etats doivent prendre leurs responsabilités à la COP21

 

En pleine COP21, plusieurs dispositions doivent être prises pour faciliter cette adaptation aux effets des changements climatiques. Nous demandons aux pays développés de préciser le soutien financier qu’ils comptent apporter dans les prochaines années afin d’atteindre l’objectif de mobiliser 100 milliards de dollars par an d’ici 2020. Nous rappelons que l’aide aux pays en développement ne peut être efficace que dans le cadre d'une diversité des instruments et sous le sceau de la transparence. Nous considérons que les décisions qui seront prise à Paris doivent mettre l’accent sur les besoins des plus démunis et des plus vulnérables. Nous appelons enfin à la création d’un accord régional climat pour la Méditerranée, associant les différents pays du bassin, l’Union européenne, les gouvernements locaux et la société civile.

 

Pour Denez l’Hostis, président de FNE : « La situation de la Méditerranée est emblématique dans la mesure où les effets des changements climatiques y sont particulièrement prégnants et qu’ils tendent à s’étendre de la rive sud vers la rive nord. Pour y faire face, les Etats devront prendre leur responsabilité dans le cadre de la COP21 notamment en termes d’engagement financiers, de transferts de technologie et de savoir-faire. La société civile, qui porte et diffuse au quotidien des solutions et des bonnes pratiques devra être étroitement associée à cet effort de coopération et de solidarité. »

 

France Nature Environnement est la fédération française des associations de protection de la nature et de l'environnement. C'est la porte-parole d'un mouvement de 3000 associations, regroupées au sein de 80 organisations adhérentes, présentes sur tout le territoire français, en métropole et outre-mer. Retrouvez-nous sur fne.asso.fr, Facebook et Twitter (@FNEasso).

 

Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE
Le vendredi 04 décembre 2015
Je relaie J'agis Je donne