Communiqués

Méga camions : la FNSEA et les industries agroalimentaires partent en campagne !

Le Président de la République et le Ministre de l’agriculture ont remis à l’ordre du jour, sur demande de la FNSEA et des industries agroalimentaires, la possibilité d’une généralisation de la circulation des 44 tonnes sur les routes françaises. Une décision sera prise prochainement. Réaction de FNE.


Les méga camions* à l’assaut du Grenelle de l’environnement

« Après l’abandon de la taxe carbone et le recul sur la mise en œuvre de la « taxe kilométrique poids lourds », les méga camions reviennent à la charge, s’inquiète Michel Dubromel, responsable transports à FNE. Quel sera le gain environnemental d’une telle mesure ? Nous attendons toujours les conclusions de l’étude inscrite dans la Loi Grenelle I…. »

L’article 11 de la Loi Grenelle 1 prévoit la réalisation d’une étude d’impacts : « Le Gouvernement présente au Parlement, au plus tard trois mois après la promulgation de la présente loi, un rapport sur les enjeux et les impacts relatifs, d'une part, à la généralisation de l'autorisation de circulation des poids lourds de 44 tonnes et, d'autre part, à la réduction de la vitesse à 80 kilomètres/heure pour tous les poids lourds circulant sur autoroute et à leur interdiction de se dépasser sur ces axes. » Aucune étude n’a été réalisée à ce sujet.

La concurrence, encore choisie comme prétexte !

Chez nos principaux partenaires commerciaux, en Allemagne et en Espagne, les camions autorisés à circuler ne font pas plus de 40 tonnes. Et en l’état actuel de la Directive 96/53, la circulation transfrontalière de camions de plus de 40 tonnes est interdite. Toute approche environnementale en matière d’agriculture et de transports implique avant tout la relocalisation des activités et la promotion des circuits courts.

Jean-Claude BEVILLARD, Responsable Agriculture à FNE s’interroge : « On a du mal à comprendre quelle serait l’utilité d’une telle mesure. Quand bien même l’on arriverait à prouver un éventuel gain sur le coût du transport de certains produits agricoles, l’impact sur le prix final serait infime. On peut s'interroger sur la capacité d'une partie de la profession agricole à concilier nécessités économiques et exigences environnementales. Ce signal n'est pas de nature à convaincre les citoyens du bien-fondé d'un budget ambitieux de la future PAC.»

Des méga camions sans « taxe kilométrique poids lourds » : toujours plus à payer pour la collectivité !

Un camion de 40 tonnes, c’est 160 000 fois plus de dégâts pour les infrastructures qu’une voiture. Alors que le Gouvernement vient juste d’annoncer un retard dans la mise en œuvre de la taxe kilométrique poids lourds, une généralisation des 44 tonnes serait toujours plus de coûts à payer pour la collectivité. Rappelons en effet qu’il s’agit de faire payer aux chargeurs l’usage des infrastructures.

FNE s’inquiète d’une possible autorisation de circulation généralisée des 44 tonnes, sur demande de la FNSEA et de l’industrie agroalimentaire et souhaite que l’étude prévue dans la Loi Grenelle 1 soit conduite.

Consulter notre Dossier de Presse de juillet 2009

* : Les camions qui circulent sur le territoire français ne peuvent peser plus de 40 tonnes et mesurer plus de 18,75 mètres. De nombreuses dérogations existent déjà pour la circulation des 44T, notamment pour les campagnes de betteraves.

Télécharger ce communiqué en format PDF.


Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE.
Le jeudi 22 avril 2010
Je relaie J'agis Je donne