Communiqués

OGM : la France déjoue les manœuvres de la Commission Européenne

France Nature Environnement (FNE) approuve l’attitude ferme et responsable du Ministre d’Etat, Monsieur Jean-Louis Borloo, qui a refusé un marché de dupes lors du Conseil européen de l’environnement qui s’est tenu le 11 juin au Luxembourg.


Ce marché consisterait à accorder aux Etats membres la possibilité d’interdire sur leurs territoires les cultures d’OGM à condition de faciliter les autorisations de mise en culture au niveau communautaire !

« FNE a dénoncé a plusieurs reprises les carences de la procédure d’évaluation des risques des OGM menée par l’Agence européenne de sécurité alimentaire (AESA) et dont les avis conditionnent les autorisations accordées par la Commission européenne (CE). Il importe que soit réformée cette procédure qui s’effectue au seul examen du dossier présenté par le pétitionnaire, sans contre-expertise », précise Lylian Le Goff, co-responsable de la mission biotechnologies de FNE. Le Comité scientifique du Haut Conseil des Biotechnologies, en France, a d’ailleurs estimé, lors de l’étude d’un maïs de Monsanto, que la puissance statistique des tests présentés par la firme et analysés par l'AESA, était insuffisante pour conclure.

FNE se réjouit que la France, non seulement refuse ce troc grossier, mais rappelle aussi à cette occasion l’avis unanime, émis en décembre 2008 par le Conseil européen des ministres de l’environnement, que soient « renforcées et harmonisées les méthodes d’évaluation des risques des OGM en Europe ». « FNE soutient sans réserve Monsieur Jean-Louis Borloo pour que la CE revoie sa position d’ici le 13 juillet, date à laquelle elle devrait être mise aux votes », souligne Bruno Genty, président de FNE.

« Nous espérons vivement que le gouvernement dans son entier - y compris le Ministère de l’agriculture et de la pêche - saura faire preuve de cohésion sur ce dossier d’importance capitale pour une agriculture française de qualité, malgré tout encore majoritairement exempte de contamination génétique », ajoute Lylian Le Goff, co-responsable de la mission biotechnologies de FNE.

FNE affirme que tous les avis favorables rendus jusque là en faveur des OGM par la CE devraient être invalidés, à la fois pour des raisons scientifiques et politiques : on ne se donne même pas les moyens d'écarter l’absence de toxicité directe des produits avec un risque raisonnable et l’on ne respecte pas l’expression démocratique.

L’objectif prioritaire en matière d’OGM est au moins de réformer leur procédure d’évaluation qui devra intégrer, outre les risques écologiques et toxicologiques de ces plantes à pesticides, leurs impacts socio-économiques, avec des moyens techniques et budgétaires pour mener des contre-expertises pluridisciplinaires, transparentes et indépendantes.

Télécharger ce communiqué en format PDF.


Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE.
Le lundi 14 juin 2010
Je relaie J'agis Je donne