Communiqués

One Planet Summit : réaction des ONG françaises

Le One Planet Summit a multiplié les annonces climatiques, bonnes comme mauvaises. La France, elle, a joué les passe-plats. Maintenir la question climatique à un haut niveau politique est indispensable, mais encore faut-il ne pas accueillir un sommet les mains vides.

Annonces des acteurs non-étatiques : un écran de fumée face aux maigres annonces des pays

Le sommet a débouché sur un flot d’engagements de banques, d’entreprises, de collectivités locales, et même de pays du Sud. Certains engagements sont à saluer, comme celui d’Axa de désinvestir et de réduire ses soutiens assurantiels au charbon et aux sables bitumineux ou celui de la Banque Mondiale de cesser de financer l’exploitation du pétrole et du gaz après 2019. Ils ne sont qu’un début et doivent faire effet boule de neige auprès de l’ensemble des acteurs pour qu’au plus vite, pas un euro de plus ne soit attribué aux énergies fossiles. Mais dans l’ensemble, les annonces, nombreuses et peu lisibles, se sont surtout contentées de “réchauffer” d’anciens engagements.

Par ailleurs, les annonces des acteurs non étatiques ne doivent pas occulter le rôle indispensable des Etats pour encadrer et s’assurer de l’intégration de la lutte contre les changements climatiques dans l’économie réelle. Nous attendons que les pays sortent du banc de touche en 2018 pour se remettre sur les rails de l’accord de Paris.

La France joue les passe-plats

La France, attendue par nos associations sur de nouveaux engagements, s’est surtout contentée de jouer les passe-plats.

Alors que la banque mondiale a fait un pas en avant, la France n’a pas saisi l’occasion pour annoncer un calendrier de suppression, à la fois du soutien de ses institutions publiques aux énergies du passé et des 7 milliards d’euros de son budget, qui chaque année viennent soutenir les énergies fossiles.

Alors que la nécessité de rééquilibrer les financements dédiés à l’adaptation par rapport à ceux dédiés à la réduction des émissions a été maintes fois soulignée, la France a annoncé une augmentation de 300 millions d’euros de ses financements pour 2020, un montant bien faible comparé aux 300 milliards que devront débourser chaque année les pays pauvres pour s’adapter aux impacts des changements climatiques. Sur le plan d’action genre, la France reste aux abonnés absent. Sur la taxe européenne sur les transactions financières, la France a bien proposé une taxe, mais au rabais, calquée sur le modèle français.

Enfin, alors que le sommet était dédié à l’action, le Président de la République n’a pas donné de gages sur l’aboutissement des multiples chantiers sur le climat, lancés depuis le début du quinquennat dans les secteurs responsables des changements climatiques en France (sur la mobilité, la rénovation des bâtiments, l’agriculture et l’alimentation, le développement des énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, la refonte de la politique commerciale européenne). Il a par ailleurs esquivé le rôle moteur que l’Union européenne doit avoir dans la mise en œuvre de l’Accord de Paris et qui passe nécessairement par un renforcement de ses engagements, pour le moment insuffisants. Pire, un certain nombre d’engagements pourraient comporter des risques forts de soutien aux fausses solutions telles que les OGM ou le nucléaire.

Signataires : Réseau Action Climat, ATTAC France, CARE France, Coordination SUD, France Nature Environnement, Greenpeace France, Oxfam France, WECF France.
Crédit photo : Juliette Eynard
Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE
Le mardi 12 décembre 2017
Je relaie J'agis Je donne