Communiqués

Oui, monsieur Le Foll, il faut évaluer l’intérêt socio-économique des OGM !

Le ministre de l’Agriculture vient de déclarer : « Il faut engager des discussions pour repenser le cadre législatif d’autorisation des OGM, permettant aux Etats membres de conduire leur propre évaluation du coût/avantage pour chaque culture ». France Nature Environnement (FNE) prend acte de cette prise de position, tout en tenant à rappeler certains points fondamentaux concernant l’avenir de l’agriculture et de l’alimentation vis-à-vis des OGM.

FNE milite depuis des années pour la prise en compte de l’évaluation socio-économique des OGM, mais à la condition de ne pas réduire cette prise en compte aux seuls arguments scientifiques. Actuellement, seuls les impacts environnementaux et sanitaires font l’objet d’études selon des protocoles vivement contestés.

Pour Lylian Le Goff, copilote de la mission Biotechnologies de FNE : « L’article 2 de la loi française du 25 juin 2005 relative aux OGM stipule que les cultures et la consommation d'OGM ne doivent pas nuire « à l’intégrité de l’environnement et à la spécificité des cultures traditionnelles et de qualité ». Cela concerne beaucoup de productions AOC et AOP en France, sans parler de l’agriculture biologique, qui seraient gravement menacée par des contaminations transgéniques. Nombre de professionnels ont déjà refusé catégoriquement ce risque ».

FNE tient à rappeler aussi, alors que le projet de loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt est en cours d’examen au Parlement, l’article premier de la loi OGM du 25 juin 2008 : « Six mois après la publication de la présente loi, le Gouvernement remet au Parlement un rapport relatif aux possibilités de développement d'un plan de relance de la production de protéines végétales alternatif aux cultures d'organismes génétiquement modifiés afin de garantir l'indépendance alimentaire de la France. ». Cet enjeu est crucial car la France importe chaque année environ quatre millions de tonnes de tourteaux de soja majoritairement OGM, destinés à nourrir ses élevages.

Pour Bruno Genty, président de FNE : Ces dispositions législatives ne sont toujours pas appliquées pleinement, alors qu’elles visent à garantir notre sécurité et notre indépendance alimentaires ainsi qu’à améliorer notre balance commerciale. Nous appelons vivement le gouvernement à faire en sorte que le plan protéines soit mis en œuvre de manière ambitieuse et cohérente dans le cadre du projet agro-écologique gouvernemental.

Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE.
Le mardi 11 février 2014
Je relaie J'agis Je donne