Communiqués

Pour une politique agricole et alimentaire mondiale durable

Au moment où les membres de l’OMC tentent de trouver un accord pour finaliser les négociations de Doha engagées en 2001, France Nature Environnement rappelle sa position pour une politique agricole et alimentaire mondiale durable.

<div align="justify">Les n&eacute;gociations commerciales doivent prendre en compte deux imp&eacute;ratifs :<br />
- l&rsquo;alimentation d&rsquo;une population mondiale qui devrait atteindre 9 milliards d&rsquo;&ecirc;tres humains en 2050.<br />
- le respect des &eacute;quilibres naturels (pr&eacute;servation des sols, du cycle de l&rsquo;eau, de la biodiversit&eacute;&hellip;).<br />
<br />
Si le protectionnisme n&rsquo;est pas une bonne solution pour favoriser l&rsquo;investissement vers l&rsquo;agriculture des pays les plus pauvres, des politiques agricoles durables sont absolument n&eacute;cessaires, car l&rsquo;autosuffisance alimentaire de chaque grande r&eacute;gion du monde est essentielle et ne peut d&eacute;pendre des seules lois du march&eacute; et du libre &eacute;change.<br />
<br />
L&rsquo;agriculture europ&eacute;enne doit &ecirc;tre prot&eacute;g&eacute;e de tout dumping : la production agricole ne doit pas &ecirc;tre livr&eacute;e au moins-disant environnemental, social et sanitaire. L&rsquo;UE ne peut accepter des produits import&eacute;s qui ne r&eacute;pondent pas aux m&ecirc;mes exigences que celles impos&eacute;es &agrave; ses propres agriculteurs, ou qui sous-tendent par exemple la d&eacute;forestation dans les pays &eacute;mergents.<br />
<br />
Les n&eacute;gociations ne doivent pas s&rsquo;attacher &agrave; de simples &eacute;quilibres &eacute;conomiques: l&rsquo;ouverture des march&eacute;s &eacute;mergents aux produits industriels -contrepartie &agrave; la baisse des droits de douanes et subventions agricoles- ne doit pas &ecirc;tre la variable d&rsquo;ajustement des n&eacute;gociations en cours. Les droits de douane et les soutiens internes ne doivent pas &ecirc;tre n&eacute;goci&eacute;s par cat&eacute;gorie de produits, mais selon des crit&egrave;res environnementaux et sociaux.<br />
<br />
D&rsquo;autres organisations internationales (FAO, PNUE &amp; PNUD) doivent prendre une plus grande part &agrave; la gouvernance mondiale pour d&eacute;fendre de mani&egrave;re efficace les enjeux alimentaires, environnementaux et sociaux. Il est essentiel qu&rsquo;&eacute;mergent une organisation mondiale de l&rsquo;environnement (OMEnvi) et une organisation mondiale de l&rsquo;agriculture (OMAgri).<br />
<br />
<strong>Pour Jean-Claude B&eacute;villard, charg&eacute; des questions agricoles &agrave; FNE :</strong><br />
&laquo;Il est vital de pr&eacute;server la capacit&eacute; de production agricole mondiale pour aujourd&rsquo;hui et pour<br />
&nbsp;emain. Il ne s&rsquo;agit pas d&rsquo;&eacute;changer plus, mais de produire autrement et mieux.&raquo;<br />
<br />
<a href="/sites/default/files/com/PDF/080724CPOMCCER.pdf">T&eacute;l&eacute;chargez le PDF</a></div>

Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE.
Le jeudi 24 juillet 2008
Je relaie J'agis Je donne
Faire un don