Communiqués

Retenues d’eau : la France sort la tête de l’eau

Lors de la Commission des affaires économiques du mercredi 11 juillet 2012, madame Delphine Batho, ministre de l’Ecologie, a déclaré que « la gestion quantitative [de l’eau] doit être revue en profondeur » . Cette déclaration a été suivie, dans les faits, par l’abandon des deux projets de décrets décriés par FNE. Explication.


Deux décrets pour les irrigants et au détriment de tous

En mars 2012, le président de la République et le ministre de l’Agriculture de la précédente majorité annonçaient deux projets de décrets qui, associés au plan gouvernemental de développement des retenues d’eau pour l’irrigation, allaient entraîner une simplification de la réglementation sur les retenues collinaires et de substitution. Ce n’était ni plus ni moins qu’un affaiblissement des règles de construction et de gestion des retenues d’eau, dans le but de faciliter l’intensification de l’irrigation. Avec ces deux décrets il fallait dire adieu aux régimes d’autorisation et aux études d’impacts, renoncer aux garde-fous pour la préservation des milieux aquatiques.

Des chambres d’agriculture juges et parties

Le « Plan d’adaptation de la gestion de l’eau. Soutiens à la création de retenues d’eau et à l’adaptation des cultures », de juin 2011, accorde beaucoup plus de soutien financier à la création de retenues d’eau qu’à l’adaptation des cultures. Ce plan d’un volume total de 40 millions de m3 pour un montant de 120 millions d'euros finançable à 75% par les aides publiques (Agences de l’eau, fonds européens, MAAPRAT …) est une aide très importante et très inégalitaire réservée à quelques irrigants … Depuis peu, une chambre d’agriculture peut être maître d’ouvrage tout en étant désignée comme Organisme Unique de Gestion Collective (OUGC) en matière d’irrigation. Une chambre d’agriculture pourrait donc créer des retenues et distribuer l’eau, en étant juge et partie ! Ce plan va contrarier la politique de réduction des consommations dans les secteurs en déficit chronique (pour la plupart classés en zone de répartition des eaux ou ZRE), et l’objectif d’équilibre quantitatif fin 2014, assigné par la Directive Cadre sur l’Eau.

FNE, pour un partage équitable des ressources

Bernard Rousseau, pilote du Réseau Eau et Milieux Aquatiques de FNE et membre du CNE (Conseil National de l’Eau) : « l’abandon de ces projets doit être le point de départ d’une nouvelle réflexion aboutissant à une gestion intégrée de la ressource, inscrite dans le contexte de l’évolution climatique et non dans le prolongement des mauvaises habitudes ».

Bruno Genty, président de FNE : « les concertations annoncées avec les agriculteurs et les associations de protection de la nature, doivent déboucher sur une meilleure gestion de la ressource. Cela passe par le développement d’un nouveau modèle agricole basé sur une consommation d’eau réduite. Les alternatives existent. Il faut maintenant aider les agriculteurs à faire une transition dont les bénéfices seront autant écologiques qu’économiques. ».


Télécharger le communiqué en PDF
Par FNE.
Le vendredi 20 juillet 2012
Je relaie J'agis Je donne