Projet

Liaison départementale RD30-RD190, dite Pont d'Achères

Cette liaison départementale, mise en oeuvre par le Conseil général des Yvelines, est présentée comme nécessaire pour désenclaver la boucle de Chanteloup et assurer la fluidité d'un trafic local. En réalité, il s'agit de relier toutes les autoroutes de l'ouest parisien entre elles afin de boucler la Francilienne, une voie urbaine à trafic autoroutier. L'Etat n'ayant plus les moyens de financer ces travaux, il délègue la responsabilité au département de terminer ce bouclage sous prétexte d'un simple tronçon de 6 kms de route qui, comme par hasard, possède un gabarit susceptible d'accueillir un trafic autoroutier et va saturer toute la région. Pour preuve, les études de trafic, qui ont été en partie dissimulées lors de l'enquête publique et ont dû être réclamées par les associations qui s'opposent au projet, montrent que le trafic sera bien de type autoroutier, avec tous les dangers que cela implique en termes de santé des riverains (80 000 personnes impactées), de destruction environnementale (le pont va défigurer l'un des plus beaux sites paysagers d'Ile-de-France, dont l'île de la Dérivation, une île piétonne et habitée située à Carrières-sous-Poissy), de menace pour la faune et la flore, et de coût financier exorbitant (120 millions d'euros de budget pour 6 kms de route, soit le double du prix d'une autoroute). Malgré un avis négatif du commissaire enquêteur, le Département et le Préfet des Yvelines sont passés en force. Plusieurs recours en annulation d'utilité publique ont été déposés au tribunal administratif de Versailles, notamment par les associations Non au Pont d'Achères et Adiv environnement. Tous les recours ont été déboutés en première instance. Elles ont interjeté appel de cette décision. Ce projet montre toutes les failles des grands projets inutiles: objectif caché, enquête publique parcellaire voire mensongère, budget sous-estimé, mépris de l'avis des citoyens, trajet alternatif bien moins coûteux ignoré, et décision imposée par un homme politique préalablement condamné pour corruption passive (Pierre Bédier).
Par FNE.
Le mercredi 14 octobre 2015
Je relaie J'agis Je donne