Projet

Stokamine : projet de stockage de déchets les plus toxiques en mines de sel

Stocamine est un stockage de déchets des plus toxiques (classe 0 ou 1) en mines de sel. Le stockage s’est arrêté en septembre 2002 en raison d’un incendie qui fut maîtrisé en 2 mois. Aujourd’hui, suite aux études menées par des experts, personne ne conteste qu’une inondation des galeries de stockage aura lieu à plus ou moins long terme. L’eau polluée contaminera probablement la nappe phréatique. Nous demandons le retrait de la totalité des déchets qui, pour un certain nombre, sont des déchets cyanurés, mercuriels, arséniés, chromiques, etc. La direction de Stocamine opte pour un stockage illimité avec des scellements à la bentonite pour isoler ces produits. Les scellements retarderont l’invasion de l’eau dans les blocs de stockage, mais ils ne l’empêcheront pas ! La pollution interviendra de toute façon, dans 50, 100 ans, voire plusieurs centaines d’années (personne ne peut le déterminer) ! Il faut assurer au plus vite le déstockage total (et non partiel suivi de travaux d’isolement comme il est envisagé par l’État) de l’ensemble des déchets stockés dans cette mine. Les travaux d'excavation des déchets ont commencé depuis peu mais pour l'heure seuls les déchets les plus dangereux sont programmés. Pourtant, à la vitesse où la mine évolue (effondrement des galeries) il est quasi certain que la nappe phréatique rentrera en contact avec les déchets et polluera durablement la plus grande nappe phréatique d'Europe sur laquelle des milliers de personnes puisent leur eau et qui alimente des milliers d'entreprises dans leur besoin en eau (agriculture, industrie agro-alimentaire,…). Un gâchis économique L’entreprise Stocamine n’a jamais atteint les objectifs fixés pour rentabiliser l’activité et s’est avérée très rapidement économiquement non viable. Après 3 années de fonctionnement, 44000 tonnes de déchets étaient stockés alors que l’objectif était d’en réceptionner 40 000 tonnes par an. Les manœuvres plus ou moins malhonnêtes organisées par les dirigeants et actionnaires pour rentabiliser l’activité (élargissement du stockage à l’acceptation de déchets de classe 1, stockage de PCB interdit par le cahier de charges, stockage de déchets non autorisés et non identifiés de l’entreprise de l’entreprise Solupack…) ont conduit à l’incendie de septembre 2002., au rachat de l’entreprise par l’Etat et à la cessation d’activité. En stand by depuis 2002, Stocamine coûte chaque année entre 5 et 6. millions d’€ aux contribuables. 50 à 60 millions d’€ doivent être consacrés à la pose de barrage de bentonite dans le seul but de retarderl’ennoyage des déchets et la remontée de la saumure polluée vers la nappe phréatique. Une expérience de confinement destinée à tester ce type de matériau dans la perspective d’enfouissements ultérieurs. ( Cigeo ?) Un gâchis social : Imaginer pour assurer la ré--industrialisation du Bassin potassique après la fin de l’exploitation de la potasse par les MDPA, Stocamine devait créer 100 emplois en début d’activité avec une augmentation de ces derniers grâce notamment à l’installation d’un pôle de recherches environnementales ( ?). Seuls quinze emplois, transfuges des MDPA ont été créés. Un gâchis politique : L’autorisation d’exploitation a été accordée après la promulgation de la loi du 13 juillet 1992, introduisant l’obligation de réversibilité ainsi que la constitution de garanties financières. La réversibilité du site n’a jamais été à l’ordre du jour et le fonds de garanties est inexistant. La concertation publique organisée par Stocamine a confirmé la volonté des riverains et de la majorité des élus de procéder au déstockage total des 44 000 tonnes de déchets. Aujourd’hui, quelques 20 % des 44 000 tonnes sont concernés par le déstockage. Les 80 % restants représentent une menace sur la qualité de la nappe phréatique, hypothèquent sérieusement l’avenir des générations futures et annoncent un gâchis écologique sans précédent.
Par FNE.
Le mercredi 14 octobre 2015
Je relaie J'agis Je donne