Devine où

je vais pêcher ?

dans les Aires Marines Protégées !

000000h
000000
Total des heures de pêche relevées dans les Aires Marines Protégées du golfe de Gascogne
Patate
golfe de Gascogne océan Atlantique Brest Nantes La Rochelle Bordeaux Bayonne Interagiravec la carte

Vous avez dit Aires Marines Protégées ?

Chaque aire représentée sur cette carte est une aire marine protégée du golfe de Gascogne, c’est-à-dire un espace dans lequel la biodiversité marine est protégée. Celles-ci sont d’un genre un peu particulier : il s’agit de Zones Spéciales de Conservation du réseau Natura 2000. Ce dispositif européen vise à maintenir et restaurer l’état de conservation d’environ 230 types d’habitats naturels et 900 espèces animales et végétales marines et terrestres.

Dans un monde idéal et selon la loi, toute activité susceptible d’affecter un site Natura 2000 devrait être évaluée avant d’être autorisée, pour vérifier qu’elle n’impacte pas l’intégrité des espèces et habitats protégés par le site. (article 6 de la Directive européenne «Habitats-faune-flore»)

Or, aujourd’hui, la France ne respecte pas ses obligations.

Aucune évaluation des impacts des activités de pêche n’a été conduite pour les aires présentes sur cette carte. La pêche y est pourtant très pratiquée, et certaines méthodes de pêche ont des impacts dramatiques sur le milieu marin.

De quelles pêches parlons-nous ?

Le chalut pélagique

Infographie

Pélagique signifie « en pleine mer », le chalut pélagique pêche donc les poissons de pleine mer, en utilisant un filet remorqué en forme d’entonnoir. Cette forme lui permet de pêcher des poissons vivant en bancs, comme le bar, le merlu ou l’anchois.

Quel est le problème ?

Cette méthode de pêche ne fait pas de tri : elle capture par accident de nombreuses autres espèces, comme les tortues, les requins et les mammifères marins. Les dauphins en particulier, sont capturés par milliers chaque année dans ces filets, et meurent, pris au piège.


Les filets maillants calés

Infographie

Les filets maillants calés sont des filets suspendus à la verticale dans l’eau, ancrés au fond et munis de flotteurs. Ils peuvent mesurer plusieurs kilomètres et ciblent des poissons comme la sole, le merlu ou la daurade.

Quel est le problème ?

Tout comme le chalut pélagique, cette méthode de pêche ne fait pas de tri : elle capture par accident de nombreuses autres espèces, comme les tortues, les requins et les mammifères marins. Les dauphins en particulier, sont capturés par milliers chaque année dans ces filets gigantesques, et meurent, pris au piège.


Le chalut de fond

Infographie

Ce bateau pêche au fond de l’eau, en utilisant un ou deux filets remorqués en forme d’entonnoir. Les filets traînent sur le fond, afin de pêcher les espèces vivant au fond de l’eau, comme la sole ou la langoustine.

Quel est le problème ?

Non-contente de capturer de nombreuses espèces non-ciblées comme les deux méthodes précédentes, le chalut de fond détériore les habitats et les organismes des fonds marins.


La pêche à la drague

Infographie

Ce bateau pêche en tractant une drague : un panier en métal ou en filet, dont la partie intérieure est munie d’une lame ou de dents. Les dragues raclent les fonds marins, afin de pêcher des coquillages.

Quel est le problème ?

En raclant les fonds marins, la pêche à la drague détériore les habitats et les organismes qui y vivent.

En savoir plus

Pourquoi faut-il protéger des aires marines ?

Lorsqu’une aire marine est correctement protégée, la biodiversité y est préservée. Les écosystèmes y sont plus résilients, ils stockent plus de carbone et les risques de catastrophe naturelle y sont moins importants.

C’est également utile pour la pêche, car cela permet de reconstituer les stocks et de ne pas les épuiser.

Ces aires sont aussi des espaces importants pour l’activité humaine : lieux souvent symboliques, ils sont aussi d’une grande utilité pour la recherche et l’éducation. Enfin, leur bonne gestion ainsi qu’un modèle de gouvernance équitable sont indispensables.

[En savoir plus]

Quelle est la situation pour l’ensemble des aires marines protégées françaises ?

Les aires marines protégées nécessitent d’importantes zones de non-prélèvement. Les activités de pêche peuvent y être autorisées, mais uniquement celles ayant un faible impact sur les écosystèmes. A ce jour, la France compte plus de 500 aires marines protégées, soit environ 23.5% des eaux françaises !

Sont-elles pour autant correctement protégées ? Non, car beaucoup de ces sites autorisent des activités qui empêchent une protection efficace du milieu marin. Le constat est le suivant : seulement 1,5% des mers françaises sont réellement protégées. 80% des AMP françaises ne sont pas mieux protégées que le reste des mers françaises. Les moyens dévolus à la connaissance et à la surveillance sont encore insuffisants.


Comment cette carte a-t-elle été conçue ?

Une analyse comparative a été conduite en utilisant les données provisoires de l’effort de pêche concernant les activités de pêche suivantes : engins de pêche de fond (chalut de fond et pêche à la drague), pêche au chalut pélagique et pêche au filet maillant.

Ces données ont été fournies par Global Fishing Watch et Marine Protected Area boundary data, afin de déterminer la quantité et la distribution de l’activité de pêche à l’intérieur et à l’extérieur des Zones Spéciales de Conservation du golfe de Gascogne.

Cette analyse comprend chaque Zone Spéciale de Conservation du golfe de Gascogne, dont au moins 75% de la superficie est recouverte d'eau, désignée pour la protection des fonds marins et des cétacés.
Avant la conduite de cette analyse, les données de Global Fishing Watch ont été croisées avec le registre de la flotte européenne, afin de s’assurer que seuls les navires utilisant les types d’engins souhaités étaient inclus.

Google BigQuery et R x64 3.6.3 ont été utilisés afin d’extraire ces données. L’ensemble de l’analyse spatiale a été réalisé en utilisant ArcPro 2.5.0 et QGIS 2.8.3.


Attention !


Ces données sous-estiment l’activité totale de pêche :

1. Elles ne concernent que les bateaux de plus de 15 mètres. Les bateaux de moins de 15 mètres ne sont donc pas inclus, ce qui signifie que l’activité de pêche totale dans le golfe de Gascogne est sans doute bien plus importante que celle qui apparaît sur cette carte interactive.

2. Ces données se basent sur le système d’identification automatique (SIA) : il s’agit d’un outil de géolocalisation des navires, qui permet d’accroître la sécurité de la navigation et l’efficacité de la gestion du trafic maritime. Or, dans certaines circonstances, il arrive que les bateaux éteignent leur SIA. Dans ces cas-là, ils ne sont plus géolocalisés. Leur effort de pêche n’est pas comptabilisé dans les données fournies par Global Fishing Watch, il n’apparaît donc pas dans cette analyse.

exemple fraude

Crédits

Cette analyse comparative a été réalisée par la branche britannique de l’ONG Marine Conservation Society, dans le cadre d’un projet européen sur les aires marines protégées. La coordination de ce projet est assurée par l’ONG européenne Seas at Risk. France Nature Environnement assure la partie française du projet, qui s’intitule « AMP +, pour des aires marines réellement protégées ».

Coordination éditoriale : Antoine Delalande, Sophie Mjati, Lisa Roche
Données : Frith Dunkley
Réalisation : mnivesse.com

logo AMP+ pour des aires marines réellement protégéeslogo France Nature Environnementlogo Marine Conservation Societylogo Seas At Risk
Faire un don