L'essentiel

Agriculture

Réduisons les impacts de l’agriculture

96 % des cours d'eau français et 61 % des eaux souterraines sont pollués par les pesticides, sans parler des résidus présents dans tous les sols agricoles en grande culture. 97 % des émissions d’ammoniac, polluant de l’air, et 20% des émissions de gaz à effet de serre sont liées à l’activité agricole. L’agriculture a un impact global indéniable sur l’environnement, qui compromet la production future. Comment imaginer produire demain des aliments sans pollinisateurs, sur des terres sans vie, avec des cours d’eau  asséchés et pollués
crédit photo : Thomas Bresson

Encourageons une agriculture exemplaire

Essentielle à l'équilibre de l’activité agricole, la biodiversité doit être considérée comme une alliée de la production et non comme une contrainte. Nous défendons une agriculture autonome, respectueuse de l’environnement, qui utilise peu d’engrais et de produits chimiques et laisse une place à la nature (haie, mares, bosquet, etc.). Une agriculture fondée sur les principes de l’agroécologie, qui utilise moins d’eau, d’engrais, d’énergie, d’aliments importés pour le bétail…  comme l’agriculture à haute valeur environnementale (HVE) ou l’agriculture biologique. Cette dernière ne représente aujourd’hui que 4 % des terres agricoles ! Nous défendons son développement et la généralisation des produits biologiques dans la restauration collective. La certification HVE, quant à elle, ne concerne qu’un peu plus de 200 fermes en France, alors que le besoin d’associer préservation de l’environnement et production agricole est un enjeu majeur.

crédit : Max Websty

Exigeons de la transparence dans nos assiettes

Qu'il s'agisse de lasagnes au cheval, de vache folle ou des saumons imbibés de métaux lourds, les scandales récents et répétés rappellent que l’industrialisation de l’agriculture produit une alimentation de moindre qualité et un manque de maîtrise de la chaîne alimentaire. Nous avons le droit de savoir si un animal a été élevé de façon industrielle, sans voir le jour et nourri aux OGM, si les produits agricoles ont été traités avec des pesticides dangereux. 

Dans un pays où 3 variétés de pommes représentent 80 % du marché, où chaque habitant jette plus de 20 kg de nourriture par an, nous défendons plutôt une agriculture variée et de proximité, nous invitons notre société à questionner ses habitudes alimentaires, comme la consommation excessive de viande ou de produits hors-saison, et leurs conséquences : gaspillage alimentaire [lien vers dossier gaspillage], impact sur les changements climatiques [lien vers la page climat]. L’avenir des ressources et équilibres planétaires en dépend.

Redonnons sa place à l'agriculture dans nos territoires

L’étalement des villes et les nouvelles infrastructures grignotent les terres agricoles. Tous les sept ans, l’équivalent d’un département est urbanisé. Il est prioritaire de réduire de moitié d'ici à 2020 l'artificialisation des terres agricoles, pour garantir demain la souveraineté alimentaire. Nous défendons notamment les circuits courts et de proximité, qui tissent les liens ville-campagne et aident au maintien de l’activité agricole. Nous plaidons pour la mise en place d’une ceinture verte autour des villes, les rendant plus autonomes et garantissant une meilleure qualité de vie aux citadins.

Défendons le bien-être des animaux

L’image d’Epinal de la ferme avec ses animaux gambadant en plein air a vécu. Aujourd’hui, malgré la reconnaissance de l’animal comme « être sensible », dans les élevages industriels, nombre d'animaux ne voient jamais la lueur du jour. La recherche de performance financière a produit des systèmes concentrationnaires où l’animal est pris pour une machine. La question éthique du bien-être animal dans tous les élevages ne peut plus être éludée.

crédit photo : chmop

Refusons que la nourriture devienne un carburant

Les carburants d’origine agricole, comme l’huile de colza, ne sont pas une solution face à la dépendance énergétique de la France, aux émissions de gaz à effet de serre et au manque de débouchés agricoles. En plus de leur impact négatif sur l’environnement, ils concurrencent la vocation nourricière de l’agriculture : un plein de 4x4 équivaut à 250 kg de céréales, soit la ration d'un homme pendant un an. In fine, les agrocarburants contribuent à la destruction de milieux naturels et forestiers, notamment tropicaux. C'est pourquoi, pour FNE, seule l'huile autoproduite et autoconsommée dans les exploitations agricoles présente un réel intérêt. Voir notre dossier [lien]

Réécrivons la PAC

Mosaïque de territoires, l'Europe se distingue par la diversité de ses modes de production. Pour réguler cette activité économique pas comme les autres, la politique agricole commune, ou PAC, a été mise en place par l'Union Européenne. Mais aujourd’hui, elle ne répond plus aux objectifs d'une agriculture durable. Nous suivons de près les politiques et négociations européennes, nationales et régionales et plaidons pour une autre vision de l’agriculture afin que les aides aux agriculteurs soient liées à l’environnement. Voir notre dossier [lien]

Lire aussi