L'essentiel

Grands prédateurs

Luttons contre l’augmentation démesurée des autorisations d’abattage du loup

Les analyses génétiques et études démontrent incontestablement que le loup est revenu naturellement en France en 1992 dans le parc national du Mercantour depuis l'Italie d'où il n'avait jamais disparu. Malgré les oppositions de la part des éleveurs et des chasseurs, des agitations politiciennes et un braconnage important (tirs et empoisonnement), le loup a réussi à gagner petit à petit du terrain. Aujourd'hui, il conquiert de nouveaux territoires hors des Alpes. Il est présent dans le massif vosgien et à la croisée des départements de la Haute-Marne, des Vosges et de la Meuse, dans le massif central et les Pyrénées Orientales. Malgré cette expansion géographique, FNE reste mobilisée. Depuis deux ans, l’augmentation démesurée du nombre de loups pouvant être abattus et la facilitation des tirs, avec notamment la possibilité donnée aux chasseurs d’abattre le loup lors de chasses ordinaires, sont le signe d’un changement de politique qui malheureusement n’engage pas sur la voie de la coexistence. 

Maintenons la présence du Lynx dans les Vosges

Pourchassé, quasiment éradiqué de France, le félin opère un lent retour. Grâce à des espaces forestiers qui ont augmenté et des populations d’ongulés sauvages prospères, notamment le chevreuil sa proie de prédilection. Grâce aussi à des programmes de réintroduction lancés dans les années 70 (même si tous n'ont pas réussi) qui lui ont permis de se réinstaller en Suisse, en Slovénie et en France. 

En France, la population de lynx se répartit toujours en trois noyaux à la dynamique démographique très diverse et dont seulement deux sont en connexion démographique. Le massif jurassien (Ain, Jura et Doubs) qui est aujourd'hui dynamique au point qu'il constitue l'élément majeur d'une implantation durable du lynx en France. Les Alpes, où après s'être établi dans le nord du massif, le lynx a étendu son domaine vers le sud où il a finalement rejoint le territoire du loup. Le massif vosgien, où malgré les opérations de réintroduction menées au début des années 80, ce noyau est considéré en péril, avec pour principale cause très vraisemblablement des actes de braconnage. Aujourd'hui, sans renforcement, il est à craindre que ce noyau disparaisse à nouveau. La population de lynx reste bien fragile face au développement du tourisme et des activités de loisirs en montagne, aux collisions nombreuses avec des véhicules ou des trains, et des actes de braconnages commis par certains chasseurs le considérant comme un concurrent sévère. 

Renforçons la cohabitation entre l’ours et les activités humaines

Au bord de la disparition avec seulement 5 ours dans le Béarn en 1995, les opérations de renforcement de cette population relictuelle conduites en 1996/1997 puis en 2006 ont permis de sauver cette espèce, élément emblématique du patrimoine pyrénéen. En 2014, 31 ours ont été recensés. Une augmentation de la population qui n'a pas fait grimper pour autant les dégâts au bétail qui sont même en nette baisse en 2015. Preuve qu'avec les mesures de protection, la cohabitation entre les activités humaines et l'ours est possible. Une bonne évolution qui ne doit pas masquer les menaces qui planent toujours sur l'avenir de l'ours. Le noyau historique occidental qui ne comprend que 2 mâles isolés risque de s'éteindre. Il faut impérativement y lâcher des femelles. L'extinction de ce noyau ferait disparaître, en même temps que l'ours, le savoir vivre ensemble avec l'homme qui sera difficile à recréer par la suite. La population du centre des Pyrénées est menacée par la consanguinité. Le nombre d'individus à l'origine de cette population y est trop faible. Il faut introduire du sang neuf. L'État ne doit donc pas rester bloqué par ces derniers chiffres encourageants, ni par des réticences locales qui sont au final minoritaires. Il doit prévoir un nouveau plan de conservation de l'ours brun, avec des renforcements dans un très court terme.

Lire aussi